Alexandre Perreault a terminé premier au 100 m papillon des championnats nationaux, samedi.

Perreault nage vers un premier titre national

Alexandre Perreault a gagné son premier titre canadien en carrière, samedi, à Montréal. Deux jours plus tard, il était déjà de retour dans la piscine... à 5h30 le matin.

« Ce n’était pas une grosse pratique... C’était juste pour ne pas perdre ce feeling de l’eau », a précisé le nageur franco-ontarien d’Orléans.

Ce dernier a terminé premier au 100 m papillon des championnats nationaux avec un chrono de 53,61 secondes. Un de ses adversaires, Owen Daly, de Montréal, a touché le mur en même temps que lui.

Ce qui fait en sorte que Perreault doit partager ce premier titre en carrière avec un autre nageur.

Ça ne semble pas déranger l’athlète âgé de 19 ans.

« Quand j’ai regardé le tableau après avoir touché le mur, je n’étais pas certain ce qui se passait. C’est le gars à côté de moi qui m’a expliqué. C’était bien de vivre cette joie à deux. »

Surtout que l’an dernier, c’était tout aussi serré.

« J’avais tout juste manqué la plus haute marche du podium. J’avais terminé deuxième. »

Ce fut un bon week-end pour Perreault. Il a gagné l’argent le vendredi au 50 m papillon.

Ces performances arrivent au milieu du cycle olympique menant aux Jeux de 2020, à Tokyo.

Perreault avait participé aux sélections, il y a deux ans, en vue des Jeux à Rio. « Je suis chanceux. J’ai pu vivre les essais et obtenir de l’expérience. J’avais même pu participer à la finale », a-t-il noté.

Des 10 nageurs qui ont concouru au 100 m papillon en 2016, sept se trouvent maintenant à la retraite.

Ce qui laisse la voie libre aux trois autres, dont Alexandre Perreault.

« Mais il y a des jeunes qui poussent, qui s’en viennent », a averti le produit du Ottawa Swim Club, qui s’entraîne à la piscine du centre récréatif François-Dupuis.

« À cinq minutes de la maison », a-t-il précisé, lui qui nage depuis 10 ans. Une décennie passée au sein du même club.

L’an passé, Natation Canada l’avait recruté pour une tournée en Europe. Il y avait eu des arrêts notamment à Monaco, à Rome et Barcelone.

Puis en 2016, Perreault avait participé aux championnats panpacifiques juniors, aidant le relais canadien 4 x 100 mètres de style libre à gagner le bronze.

« Nous avions terminé quatrièmes au relais medley, ratant le podium de quelques dixièmes de seconde. »

Perreault aura un horaire chargé devant lui.

D’abord, il y a l’école. Plus précisément ses études en sciences de l’activité physique à l’Université d’Ottawa. Des examens de fin de session l’attendent à la fin de la semaine.

« C’est le temps de l’année où c’est go, go, go », a-t-il avoué.

Ce sera ensuite des compétitions dans l’eau, dont les sélections canadiennes en juillet en vue des championnats panpacifiques seniors.

À titre de champion canadien, Perreault sera un des favoris pour se tailler une place.