Melodie Collard porte un protecteur au poignet gauche pendant sa convalescence qui lui fera rater le Challenger de Gatineau la semaine prochaine.

Pause nécessaire pour Mélodie Collard [VIDÉO]

Au rythme où elle a engrangé les points sur le circuit international junior en 2019, Mélodie Collard avait hâte de mesurer sa progression contre des professionnelles au Challenger de Gatineau la semaine prochaine.

Une blessure au poignet gauche va toutefois lui faire rater le tournoi qui se déroulera dans sa cour. Sa récente participation à Roland-Garros lui aura au moins permis de constater qu’il était temps de guérir une blessure qu’elle traînait depuis trop longtemps.

« À Roland-Garros, nous avons profité des services médicaux sur place pour faire des échographies et des tests d’imagerie par résonnance magnétique pour bien examiner ma blessure au poignet. Ils ont rapidement constaté que j’avais un sérieux problème. Ils m’ont même suggéré d’immobiliser mon poignet pendant des mois pour guérir comme il faut. À Gatineau, mon physiothérapeute n’avait pas la même approche. Il trouvait ça intense. J’aurais perdu toute ma force et cinq mois de tennis. Nous avons plutôt préparé un programme par étape pour que je revienne au jeu à la fin août. »

Si tout va comme prévu, l’athlète qui vient d’avoir 16 ans pourra participer aux Internationaux juniors de Repentigny et à l’Omnium des États-Unis, le troisième tournoi du Grand Chelem.

« C’est frustrant de rater le tournoi organisé par mon coach (Mathieu Toupin) et ma mère (Johanne Demers) à Gatineau. Il n’y a jamais de bon moment pour se blesser, mais au moins ça arrive dans une partie du calendrier où je n’avais pas de tournoi junior à l’horaire. Il n’y avait que des tournois professionnels. Mon classement junior n’en souffrira pas. C’est ce qui m’importe pour le moment, car je ne veux pas sauter les étapes. »

45e au monde

Finaliste deux fois au Costa Rica, quart-de-finaliste en Colombie et en Équateur, championne au Panama et à Burlington (Ontario), puis demi-finaliste en Italie, Collard a vu son classement mondial grimper jusqu’au 45e rang en 2019 après sa participation à Roland-Garros, où elle a été sortie au premier tour après avoir été rongée par la nervosité pour la première fois de sa jeune carrière.

Maintenant qu’elle a goûté à son premier Grand Chelem, elle pense être en mesure de mieux gérer l’amplitude des grandes scènes à sa deuxième expérience.

« Je ne pouvais pas me préparer à ça. Je devais le vivre. C’est fait maintenant. Je suis convaincue que ça va mieux se passer la prochaine fois », a-t-elle dit après un entraînement modéré au parc Fontaine mercredi.

Son poignet gauche l’empêche d’effectuer ses revers. Elle vient à peine de recommencer à en frapper quelques-uns par jour.

« C’est de l’usure. Il n’y avait rien à faire. Il fallait le soigner. J’ai tellement connu une bonne saison que j’avais hâte de voir où j’étais rendue par rapport aux joueuses du circuit professionnel avec ma confiance acquise dans les derniers mois. L’année dernière, j’avais perdu à Gatineau au premier tour des qualifications. J’ai aussi perdu au premier tour l’an dernier à Repentigny, mais je n’avais pas de classement à ce moment-là. Ça devrait mieux se passer cette année. »

Même si elle sautera le Challenger de Gatineau, Mélodie Collard sera quand même au parc de l’île la semaine prochaine. Leylah Fernandez, sa partenaire en double aux Internationaux de France et championne junior à Roland-Garros, est inscrite dans le tableau principal.

« Je vais aller frapper des balles avec elle et quelques autres joueuses juniors que je connais. Je dois juste être patiente. Je ne manque rien d’important. J’ai confiance en mon jeu. J’ai travaillé fort. J’ai très hâte de recommencer à jouer à fond ! »