Patrick Lavoie avait déjà été remplacé par Jean-Christophe Beaulieu chez les Alouettes en 2014.

Patrick Lavoie remplacé par J-C Beaulieu... encore

Neuf semaines se sont écoulées depuis que Jean-Christophe Beaulieu a reçu cet appel inattendu à la fin janvier.

Le choc d’être échangé par les Alouettes de Montréal a laissé place à l’excitation de se joindre au Rouge et Noir, dont le mini-camp aura lieu du 23 au 25 avril à Place TD. «Je suis très excité», précise le centre-arrière québécois au bout du fil.

Ottawa a acquis ses services en retour du vétéran Patrick Lavoie. Les deux hommes se connaissent.

Ils ont notamment été entraîneurs durant l’hiver à des cliniques de l’équipe de football collégial du CNDF, à Québec.

Ironiquement, c’est Beaulieu qui avait remplacé Lavoie chez les Alouettes en 2014 lorsque ce dernier s’était joint au Rouge et Noir à la suite du repêchage d’expansion. Quatre ans plus tard, il prendra à nouveau sa place, mais dans la capitale nationale.

«C’est comme une vieille joke plate, lance l’athlète trifluvien âgé de 27 ans.

«Patrick, c’est un bon modèle pour les jeunes centres-arrières. C’est le gars que je regardais jouer. Il est tellement passionné.»

En Beaulieu, le Rouge et Noir a mis la main sur un joueur quatre ans plus jeune que Lavoie. Et moins coûteux.

Aussi, il obtient un athlète qui a toujours connu ses meilleurs matches dans la LCF contre Ottawa.

Son premier touché en carrière a été inscrit contre le Rouge et Noir en 2015.

Beaulieu a aussi bloqué un botté contre cette même équipe.

«Ma plus longue passe captée a aussi été réussite contre Ottawa. Comme je te disais, ça vient avec l’environnement. C’est le fun jouer dans ce stade. Il n’y a pas jamais un temps mort. Les amateurs ne se taisent jamais, explique-t-il.

«Quand je regarde ça, il n’y a que du positif pour moi. J’arrive dans une super équipe dirigée par une super équipe d’entraîneurs. Le stade est merveilleux. Les amateurs sont incroyables. Chaque match que j’ai joué à Ottawa, l’ambiance était malade.»

Beaulieu retrouvera plusieurs visages familiers dans sa nouvelle région d’adoption. Un de ses amis et anciens coéquipiers chez les Estacades de Trois-Rivières, Marc-Antoine Lapointe, travaille à Ottawa en tant que policier.

«Nous avions gagné ensemble le Bol d’Or à l’école secondaire», précise-t-il.

Chez le Rouge et Noir, le spécialiste des longues remises Louis-Philippe Bourassa est natif comme lui de la Mauricie.

Puis tout le monde semble connaître Antoine Pruneau, le populaire maraudeur québécois!

Beaulieu a passé les neuf dernières semaines à simplement s’entraîner. C’est qu’il a perdu son emploi d’hiver en étant échangé à Ottawa.

«Je faisais la tournée des écoles pour les Alouettes», souligne-t-il.

Le nouveau membre de la «French Mafia» du Rouge et Noir s’amène fort d’avoir connu sa meilleure saison en carrière. Il a porté le ballon sept fois pour 91 verges et un touché en 2017 en plus de capter six passes pour 50 autres verges.

Tout ça en seulement dix parties, résultat de deux blessures malchanceuses.

D’abord il y a eu cette blessure ligamentaire au genou gauche à la mi-août.

Puis en octobre, il s’est fracturé le pied gauche.

«Chaque fois, c’est arrivé dans le feu de l’action. Un coéquipier m’est tombé dans les jambes. C’est difficile, mais ce sont des blessures sur lesquelles tu n’as aucun contrôle.»

Jean-Christophe Beaulieu tient à rassurer ses nouveaux patrons. Ils le verront en santé au mini-camp.

«C’est sur et certain, puis avec un sourire en plus!»

MAHER TENTERA SA CHANCE CHEZ LES COWBOYS

Le Rouge et Noir va devoir se trouver un nouveau botteur en vue de la prochaine saison. La direction de l’équipe misait sur le retour de Brett Maher.

Le hic? Maher espérait obtenir un autre essai dans la NFL. Son souhait a été exaucé mercredi lorsque les Cowboys de Dallas l’ont mis sous contrat.

Selon ESPN, les Cowboys ont embauché le botteur américain afin de reposer ses deux autres botteurs, Dan Bailey et Chris Jones, durant le camp d’entraînement en juillet et août. Ils connaissent bien Maher. Ce dernier avait mis à l’essai durant la saison morte, en 2013, à Dallas.

Quant au Rouge et Noir, il n’a que deux botteurs sous contrat en vue de 2018. Ce sont deux recrues canadiennes. Il y a Lewis Ward, qui a fait carrière chez les Gee Gees d’Ottawa et Mathieu Hebert, qui vient de terminer son passage chez le Vert et Or de l’Université de Sherbrooke.

Maher s’occupait autant des tentatives de placement que les bottés de dégagement et d’envoi.

Les options sont peu nombreuses pour la direction de l’équipe à un mois et demi du début du camp d’entraînement. Elle pourrait toujours faire appel au vétéran québécois Chris Milo, qui a participé à deux parties chez les Eskimos d’Edmonton l’an dernier.