Le pilote français Jules Bianchi peu de temps avant son accident lors du Grand Prix du Japon, au début octobre.

Particulièrement dur pour Manor

Le pilote français de F-1 Jules Bianchi, mort vendredi après neuf mois de coma des suites d'un accident, était un pilote au «talent éclatant» autant qu'un «être humain magnifique», a estimé son écurie, Manor Marussia, dans un communiqué.
«Jules était un talent éclatant. Il était destiné à accomplir de grandes choses dans notre sport et à décrocher des succès qu'il méritait amplement. Il était aussi un être humain magnifique, qui a laissé une impression durable sur une quantité innombrable de gens à travers le monde», a estimé l'écurie.
«Il était tout à la fois un pilote farouchement motivé et une personne extrêmement chaleureuse, humble et digne d'affection, qui a illuminé nos garages et nos vies», a-t-elle poursuivi. «Nous sommes infiniment reconnaissants d'avoir pu offrir à Jules la possibilité de montrer au monde ce qu'il était capable de faire dans une Formule 1. [...] C'est un honneur que de l'avoir eu comme pilote, équipier et évidemment ami».
«Les mots ne suffisent pas à décrire l'immense tristesse de l'équipe», a ajouté l'écurie, dont les «pensées et les prières vont à la famille Bianchi».
Déjà éprouvée par l'accident de Bianchi en octobre au GP du Japon, l'écurie Marussia F-1 avait été placée en faillite à l'automne en raison de difficultés financières. Elle a ensuite été sauvée in extremis par des repreneurs britanniques et a repris la compétition en F-1 sous le nom de Manor Marussia.