Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Cédric Paquette était sur la patinoire du PNC Arena, lundi soir, quand les Hurricanes ont vaincu les Blue Jackets de Columbus.
Cédric Paquette était sur la patinoire du PNC Arena, lundi soir, quand les Hurricanes ont vaincu les Blue Jackets de Columbus.

Paquette a roulé jusqu’en Caroline

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Cédric Paquette n’a «rien de mal à dire sur l’organisation des Sénateurs».

Le Gaspésien semble néanmoins très heureux de ne plus en faire partie.

Paquette a déjà disputé un match avec sa nouvelle équipe. Il était sur la patinoire du PNC Arena, lundi soir, quand les Hurricanes ont vaincu les Blue Jackets de Columbus.

Sa simple présence dans la formation débutante nous en dit long sur sa personnalité.

Pour satisfaire aux exigences du protocole COVID-19 de la Ligue nationale de hockey, il a été obligé de parcourir en voiture les 1325 km qui séparent Ottawa de Raleigh.

«J’ai pris l’avion de Winnipeg à Toronto avec les Sénateurs. Par la suite, je me suis rendu à Ottawa par mes propres moyens. En faisant le reste du trajet en voiture, seul, je n’ai croisé personne. C’est ce qui fait en sorte que je peux tout de suite me mettre au travail, sans d’abord me placer en quarantaine», a-t-il expliqué.

Passer une douzaine d’heures en voiture ne représentait pas un si grand sacrifice.

«Ce n’était pas si mal, honnêtement. Le régulateur de vitesse a fait son travail. J’ai essayé de profiter du paysage. C’était correct.»

«J’ai passé quelques coups de fil. J’ai pu parler à mes proches et leur dire à quel point j’étais content de me joindre aux Hurricanes...»

Les Hurricanes connaissent un des meilleurs débuts de saison de leur histoire. On commence même à penser que la jeune formation dirigée par Rod Brind’Amour pourrait rivaliser avec le Lightning de Tampa Bay pour le championnat de la Division centrale.

«Je n’aime pas les comparaisons», a déclaré Brind’Amour, lundi matin.

«Notre fiche est bonne, mais quand je regarde notre équipe, je constate que nous pouvons encore nous améliorer. J’essaie de me concentrer sur la tâche que nous avons à accomplir aujourd’hui.»

Brind’Amour est convaincu que Paquette lui donnera un fier coup de pouce, dès maintenant.

«Quand tu as la chance d’acquérir un joueur qui a tout vu, tout vécu, et qui sait comment gagner... Ces joueurs sont utiles. Cédric est un joueur qui se présente, chaque soir, dans le but d’offrir un honnête effort. C’est tout ce qu’on lui demandera.»

Paquette a disputé son premier match avec les Hurricanes au centre du quatrième trio, entre Jesper Fast et Jordan Martinook.

«Les bonnes équipes ont de la profondeur au centre, note le coach. On ne peut jamais avoir assez de profondeur à cette position.»

Il était clairement le joueur ciblé par les Hurricanes, dans cette transaction.

L’autre joueur impliqué, Alex Galchenyuk, n’a même pas été vu à Raleigh. Après l’avoir soumis au ballottage, les Hurricanes l’ont échangé, à nouveau, aux Maple Leafs de Toronto.

Déception

Paquette était le même joueur qui sait gagner et qui évolue au centre.

On comprend mal comment les choses ont pu si mal tourner.

«La situation à Ottawa était différente. Il y avait beaucoup de jeunes... Il était clair que les jeunes allaient prendre de plus en plus de place, au fil des semaines et des mois. Quand j’ai passé les derniers matches dans les estrades, j’ai commencé à me poser des questions.»

Paquette reconnaît qu’il a livré quelques mauvaises performances, durant son court passage dans l’organisation des Sénateurs.

Il jouait souvent à l’aile gauche. Ce n’était pas naturel.

En Caroline, en plus de retrouver sa position, il renouera avec de vieux amis.

«Ça m’a pris environ une heure pour comprendre que j’allais évoluer dans la même division que le Lightning. C’est excitant», commente-t-il.

Le premier duel entre Paquette et ses anciens coéquipiers doit avoir lieu le 24 février.

Les joueurs des Hurricanes seront alors très contents d’avoir un transfuge de leur côté.

«Paquette, c’est un dur. Il n’est jamais facile de l’affronter. Il avait déjà fière allure, avec nous, durant sa première journée», a dit Andreï Svechnikov, lundi.