Jean-Gabriel Pageau occupe une place importante chez les Sénateurs. Mais sa situation contractuelle signifie que les Sénateurs pourraient être tentés de le remplacer par un jeune centre moins coûteux comme Logan Brown ou Josh Norris.

Pageau voudrait imiter Chabot et prolonger son contrat

Jean-Gabriel Pageau est bien heureux de voir que Thomas Chabot s’est engagé pour rester longtemps avec les Sénateurs d’Ottawa.

Le centre gatinois ne demanderait pas mieux que de faire de même, mais il n’a pas encore discuté avec le DG Pierre Dorion de la possibilité de prolonger son contrat arrivant à échéance le 1er juillet prochain, quand le hockeyeur de 26 ans pourrait réclamer son autonomie complète.

« J’étais super content de voir ça (la mise sous contrat du défenseur étoile pour huit ans). Pas juste moi, les gars dans la chambre étaient super contents, et les gens dans la communauté aussi. J’ai beaucoup d’amis qui m’ont envoyé des messages sur les médias sociaux. Tout le monde est heureux qu’il se soit engagé comme ça. C’est un gars qui a mérité sa place ici, qui est respectueux avec tout le monde, il travaille fort et il fait tous les détails jour après jour, donc c’est bien mérité. C’est un gros engagement de l’organisation aussi », a-t-il commenté.

« En tant que joueur, ça inspire confiance en l’organisation quand des jeunes joueurs talentueux comme ça sont “signés” à long terme. C’est bon de voir qu’ils font un commitment envers l’équipe, qu’ils veulent gagner et qu’ils voient le noyau de l’équipe qui change. Après toutes les distractions qu’on a eues ces dernières années, c’est encourageant », ajoute le nouvel assistant-capitaine des Sénateurs.

Membre de l’organisation depuis qu’il a été repêché en quatrième ronde en 2011, Pageau est assez jeune pour cadrer dans les plans de l’équipe pour les « cinq ans de succès sans parallèle » promis l’an passé par le propriétaire Eugene Melnyk, fenêtre qu’il voyait s’étaler entre 2021 et 2025. D’un autre côté, l’équipe a plusieurs jeunes centres qui pourraient venir le remplacer, à moindre coût, d’ici là, des gars comme Logan Brown et Josh Norris en particulier.

Josh Norris

« On verra »

Le DG Pierre Dorion, qui a repêché le centre de 5’ 10’’ et a toujours eu un faible pour lui, aura évidemment son gros mot à dire dans son avenir avec le club. Avant de lui consentir son présent contrat, bon pour trois ans et un total de 9,3 millions $ (3,1 M$/an), Dorion avait déclaré qu’il espérait que Pageau soit « un Sénateur à vie ».

« On verra ce qui va arriver. En ce moment, c’est quelque chose que je ne contrôle pas, ce qui se passe avec l’organisation côté négociations. Moi, mon but, c’est d’avoir un impact et d’être en game shape, prêt pour le match numéro un. C’est d’amener mon niveau de jeu encore plus haut comparativement à l’an passé, a-t-il confié. Il me reste encore une année pour voir ce qui va arriver pour les prochaines années. Je ne me concentre pas là-dessus. »

Populaire dans sa région natale, Pageau ne cache pas qu’il ne demanderait pas mieux que de rester avec la seule équipe professionnelle qu’il a connue, maintenant que le pire de la tempête semble être passé.

« C’est certain que j’ai toujours été fier de jouer pour les Sénateurs, je soutire de la fierté de porter ce chandail soir après soir. C’est ma communauté, je viens d’ici, ma famille est ici, ma femme est d’ici, mes amis sont ici. Je connais bien la ville, je fais de belles connaissances. D’un autre côté, je sais que le hockey est une business. Présentement, je suis un Sénateur et c’est certain que je veux essayer de gagner avec les Sénateurs », affirme-t-il.

Si les Sénateurs n’arrivent pas à s’entendre avec son agent Craig Oster, de Newport Sports, pour une prolongation de contrat d’ici la date limite des échanges en février, Dorion peut s’attendre à recevoir plusieurs appels pour son numéro 44 qui a souvent été un homme des grandes occasions en séries éliminatoires. Faut-il rappeler son tour du chapeau contre Montréal en 2013 et de ses quatre buts contre les Rangers de New York lors du printemps magique de 2017 ?

+

ZAITSEV DEVRA «FAIRE LE MÉNAGE»

Après avoir évité d’affronter ses anciens coéquipiers des Maple Leafs plus tôt cette semaine, Nikita Zaitsev est prêt à faire ses débuts aux côtés du nouvel « homme de 8 millions $ », Thomas Chabot, samedi lors de la visite du Canadien de Montréal au Centre Canadian Tire.

Le défenseur russe obtenu dans l’échange de Cody Ceci obtient cette place de choix de préférence à Ron Hainsey et Dylan DeMelo, deux autres droitiers qui pourraient bien compléter le style de jeu de l’arrière québécois. Il a hâte de voir quel genre de chimie il pourra établir avec celui-ci.

« J’ai hâte de jouer un match après avoir manqué ceux contre les Leafs... Il (Chabot) est un excellent joueur, son talent est bien évident. Il déplace la rondelle vraiment bien. Je vais juste essayer de l’aider avec certaines choses en zone défensive, et après ça, il pourra faire à sa guise. Il est tout un joueur, un défenseur de niveau élite. Je dois juste faire mon travail à ses côtés, comme avec (Morgan) Rielly à Toronto », a commenté Zaitsev après l’entraînement des Sénateurs vendredi.

« C’est d’essayer de lui créer de l’espace dans notre zone pour qu’on sorte le plus rapidement de notre zone et qu’il puisse faire ses jeux pour appuyer l’attaque », a-t-il ajouté quand il s’est fait demander de préciser en quoi consiste son travail.

Jouer aux côtés d’un tel joueur pourrait permettre à Zaitsev de revenir à son niveau de production d’il y a trois ans, quand il avait récolté 36 points, dont 4 buts, en 82 matches avec les Leafs, qui lui ont consenti un lucratif contrat de sept ans à un salaire moyen de 4,5 M$. L’an dernier, il s’est contenté de 14 points (3 buts), ce qui lui a valu des critiques des médias torontois. Ça l’a ensuite amené à demander d’être échangé par Toronto, requête à laquelle le DG Kyle Dubas a accédé.

D.J. Smith

L’entraîneur-chef qu’il a suivi de Toronto, D.J. Smith, semble penser que Zaitsev pourrait contribuer plus en attaque.

« Chabot est un gars dont nous avons besoin pour appuyer l’attaque, donc Zaitsev doit être le gars qui fait le ménage un peu pour lui. On veut qu’il sorte bien la rondelle de notre zone, mais qu’il la défende aussi. Il a le rôle que Ron Hainsey avait l’an dernier avec Rielly, mais à un certain point, on veut que Zaitsev ait une certaine liberté pour s’impliquer lui aussi (en attaque) », a-t-il indiqué.

Zaitsev, qui est âgé de 27 ans, apprécie l’approche de Smith. « Je suis à l’aise avec lui. Je sais tout ce qu’il veut que je fasse sur la glace. Pour moi, il n’y a pas de transition à faire comme si j’arrivais dans une autre équipe. C’est bien », affirme le hockeyeur natif de Moscou, qui se dit déjà à l’aise dans la capitale et avec ses nouveaux coéquipiers, la présence des trois autres anciens Leafs (Hainsey, Connor Brown et Tyler Ennis) aidant.