Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Isabelle Gagnon
Collaboration spéciale
Isabelle Gagnon

Transformer nos zones rouges… en zones blanches

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Le verdict est tombé pour le temps des Fêtes! Faudra être imaginatif! On a décidément besoin d’autre chose que cette fameuse lumière bleue provenant de nos outils informatiques. Je vous propose plutôt de contempler de doux paysages pour nourrir notre cerveau autrement. De transformer nos zones rouges en… zones blanches!

Que ce soit pour une balade pour respirer l’air pur ou une expédition de plus longue durée, cette traditionnelle marche de quartier pourrait se traduire en une randonnée en raquette au rythme de la nature ou au pas de course dans un sentier, dans un centre de ski ou un centre de plein air du Québec. Une fois le soleil couché, admirer le ciel étoilé en découvrant de superbes endroits, munis d’une lampe frontale, soit en ski de fond, en vélo ou à pneus surdimensionnés (fat bike) éveilleront la curiosité des petits, des ados et des grands!

Le nombre d’endroits à visiter au Québec est incroyable en termes de choix.

Comment s’y retrouver?

Une petite consultation de la SÉPAQ (Société des établissements de plein air du Québec) est très utile. Existant depuis 1885, la SÉPAQ est une société d’État gérant plus des 24 parcs nationaux, 13 réserves fauniques ainsi que certains établissements touristiques. Son objectif? Préserver les richesses naturelles tout en les faisant découvrir aux gens. Donc sans souci pour la nature et notre sécurité, on peut utiliser leurs informations. Pour compléter les derniers détails plus pointus de nos escapades, consulter les bureaux touristiques de votre région. Dans la situation actuelle, il ne faut pas omettre de réserver en ligne avant votre départ, et tenir compte que certains services comme la restauration ne seront pas disponibles, ou encore restreints. Pour compléter votre équipement, plusieurs endroits offrent également la location.

Pour être plus autonome et bien équipé dans le contexte actuel… 

Notre tenue vestimentaire pourra faire la différence quant à l’appréciation de notre périple. Être bien vêtu veut à la fois dire, ne pas avoir froid, ET, ne pas trop suer pour ensuite geler! Il faut donc utiliser le système multicouches, soit de porter un minimum de couches lorsque vous êtes en déplacement, et avoir la latitude d’en ajouter lorsqu’arrive le repos. Pour des vêtements humides, le meilleur endroit pour les sécher en saison hivernale est sur soi! Encore faut-il respecter la fibre de cette couche pour y parvenir. 

La première couche, communément appelée la couche de base, collée au corps, devrait évacuer la transpiration. Elle devrait être constituée de laine ou d’une fibre synthétique tel que le polyester. Gardez en tête que frissonner est guise d’une perte importante en énergie, en plus de se geler les extrémités. 

La seconde couche est également assez ajustée au corps, pour isoler tout en emprisonnant la chaleur. Les manteaux en duvet, en laine, en synthétique (Polartec et Thinsulate) et en laine polaire en sont d’excellents alliés. La troisième couche est votre protection contre le froid, le vent ou les précipitations. Cette dernière pourrait être un simple coupe-vent, fabriqué en Gore-Tex, qui doit permettre la ventilation.

Pour des sorties de longue durée, prévoir un vêtement de rechange au niveau de la couche de base pour les sous-vêtements, le chandail, le pantalon et les bas. En peu d’espace, vous pouvez ranger le tout dans un petit sac à dos.

Côté carburant pour préserver notre énergie… 

L’apport énergétique doit aussi être prévu. Pour bouger à des températures hivernales et combattre le froid à l’effort, le corps tente de constamment se régulariser au niveau de sa température corporelle, il a besoin de s’alimenter et de s’hydrater. Par la digestion, le corps reçoit une part de chaleur. Ingérer à chaque journée 55 à 65 % en glucides, 15 à 20 % en protéines et 20 à 30 % en lipides. Nos besoins énergétiques doivent être autant planifiés que les vêtements à porter. On a besoin de glucides, de protéines, de nourriture nutritive, mais occupant peu d’espace.

Trucs en rafale…

> Consommer des aliments plus protéinés avant le dodo (lait chaud, barre ou biscuits maison à base de protéines, fromage)

> Des aliments chauds et épicés vous réchaufferont davantage

> On peut se permettre certains aliments qui doivent être conservés au froid, vu la température extérieure

> Pour éviter que les liquides gèlent, les transporter près du corps ou dans des contenants bien isolés

> Comme on ne veut pas que la nourriture gèle, les choix judicieux seront la nourriture déshydratée (lait en poudre, avoine, fruits séchés, sachets de soupe). La sudation est moins perceptible à basses températures mais elle est toutefois présente. Il ne faut donc pas faire l’erreur de ne pas s’hydrater! Aux quinze minutes, consommer de l’eau froide ou chaude en boisson, environ 200 ml. Pour de longues sorties, on y ajoutera des électrolytes et des glucides.

Pour vivre la totale en aventure!

Dans la cour arrière de la maison ou à plusieurs endroits, il est possible de faire du camping d’hiver! En tente personnelle, sur plate-forme dans certains sites ou en chalet, équipé d’un bon sac de couchage, ça peut vous faire vivre une expérience unique!

Nous sommes chanceux! Au Québec, c’est beau l’hiver!

Randonnée, marche et course en raquette, Fat Bike, ski de fond, de randonnée, haute route ou de randonnée alpine et ski Hok, escalade de glace, camping d’hiver, sont autant d’activités possibles à pratiquer pour un après-midi, une soirée ou sur un plus long séjour.

Profitez-en pour éloigner tout votre monde des écrans…

+

Troisième semaine du défi On bouge!