Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Cette photo prise au parc national de la Mauricie démontre bien toute la beauté des paysages hivernaux qu’il est possible de voir en ski de fond.
Cette photo prise au parc national de la Mauricie démontre bien toute la beauté des paysages hivernaux qu’il est possible de voir en ski de fond.

Le ski de fond et ses astuces [CHRONIQUE AUDIO]

Isabelle Gagnon
Isabelle Gagnon
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Le ski de fond! Tout de même un sport qui ne date pas d’hier!

Écoutez cette chronique en version audio.

Il fut fort utile pour les Scandinaves dès les années 1000 av. J.-C., plus précisément en Norvège pour le déplacement dans les régions éloignées, le ramassage du bois, la chasse et même pour les troupes militaires, plusieurs années plus tard.

Le ski de fond serait une déclinaison du ski de randonnée alpine, qui fit sa marque dans les années 1840 par une pratique plus connue d’aujourd’hui, soit le style classique, et fut en tête d’affiche des Jeux olympiques d’hiver de 1924. Le style du pas de patineur arrivera plus tard, dans les années 1980, et il procurera une plus grande vitesse de croisière.

Avec l’arrivée de la semaine de relâche, peu importe le matériel que vous pourriez trouver, ça vaut le coup de l’essayer.

En tant qu’amateur de la nature, le fondeur est gâté! La pratique du ski de fond présente des paysages apaisants et la plupart du temps, uniques! Les athlètes pratiquant déjà ce sport ou désireux de le faire amélioreront simultanément les composantes cardiovasculaires et musculaires, de même que l’équilibre, en plus des bienfaits psychologiques.

Le ski de fond est en soi un sport complet qui offre à lui seul une multitude de possibilités. Peut-être connaissez-vous déjà les différentes techniques et styles de ski possibles?

Le ski de style classique

Le classique, ou communément appelé le ski du pas alternatif, gagne sa popularité chez les différents niveaux de skieurs.

Pour visualiser en quelques mots, c’est de la «marche glissée». L’équipement du ski de fond classique inclut bien entendu les skis, de 15 à 20 cm plus longs que la taille de la personne. Le poids sera également à considérer, avec une spatule présentant une certaine courbe à l’avant.

Le classique offrira sous le ski une zone «de grippe», où s’effectuera la traction sur la neige pour se propulser. Cette grippe découle soit d’une portion écaillée sur certains de ces skis, soit d’une peau de phoque appliquée ou encore d’un «fart» appliqué. Cette zone est plus ou moins sous le pied du skieur.

À ses deux extrémités se trouveront les portions de glisse. Les bottes de ski présentent des semelles légèrement flexibles, arrivant à la cheville, pour permettre une certaine flexion au niveau des orteils. La longueur des bâtons devra viser entre les épaules et le menton.

Pour améliorer l’allure du ski classique, voici quelques points techniques à considérer:

1) Coordination de la propulsion des bras opposée avec le ski de glisse.

2) Transfert léger du poids sur le ski de glisse, avec une légère flexion du genou.

3) On peut se permettre une légère élévation du ski arrière pour une glisse allongée sur le ski avant et en maintenant une petite flexion du tronc également vers l’avant.

4) Le «planté ou piqué» du bâton s’effectuera avec le panier à la hauteur du pied avant, le bâton incliné et non à la verticale.

5) Bien compléter la poussée avec le bâton arrière en le relâchant légèrement.

Dans les zones où un faux plat descendant se présente, le pas alternatif sera plus difficile à maintenir à cause de la vitesse.

Pour les montées, le pas alternatif en utilisant moins de glisse, donc mouvement plus court pour demeurer dans la zone de grippe, ou encore en «ciseaux» si le degré d’inclinaison est accentué, sont privilégiés.

Finalement, en descente, demeurer dans le tracé si le dénivelé le permet ou utiliser un des deux skis en chasse-neige pour réduire la vitesse.

Le ski de style pas de patin

Au tout début, les skieurs considèrent cette technique plus ardue à maîtriser. L’équilibre est l’aspect le plus énoncé quand cette technique est comparée au classique.

L’objectif est de glisser d’un ski à l’autre qui se dirige légèrement vers l’extérieur (triangle inversé) et se pratiquera sur une surface damée comparativement à un tracé de classique. Les skis seront de 10 à 15 cm plus courts que les classiques. On devra également considérer le poids du skieur et son niveau pour faire un choix judicieux. Le ski sera plus rigide et nerveux que le classique.

Le ski de pas de patin présente une surface de glisse du talon du ski à la spatule, plus prononcée dans le cas présent. Les bottes offriront un soutien supplémentaire par la présence d’une coquille à la cheville, légèrement plus hautes. Les bâtons seront de longueur à arriver au nez du fondeur.

Voici quelques petits trucs d’expert qui peuvent vous aider à améliorer votre ski ou à vivre une belle première expérience:

1) Pour bien saisir le transfert de poids d’un ski à l’autre, se propulser d’un ski à l’autre sans bâtons; cet éducatif ne sera pas facile au début, mais sachez que même les skieurs élites le pratiquent encore pour obtenir de bonnes sensations.

2) Dans la portion glisse, éviter de skier sur le «carré» du ski, soit sur le côté du ski; tenter plutôt d’avoir le ski à plat, et non incliné, pour glisser.

3) Pour le ski de propulsion, c’est à ce moment que la carre pourra être utilisée pour agripper la neige.

4) Les hanches se retrouveront au-dessus du ski de glisse (élément primordial pour un meilleur équilibre et une meilleure glisse).

5) Au tout début, le ski du pas de patin une poussée- deux pas de glisse, signifiant que le skieur fera une poussée avec ses bâtons pour glisser de façon alternative sur ses deux skis, sera la technique privilégiée.

6) Maintenir une légère flexion du tronc vers l’avant (éviter ainsi de se retrouver en posture vers l’arrière et perdre cet équilibre) est fortement suggérée.

Dans les cas de faux plats descendants, le pas de patin une poussée- un pas est privilégié où la vitesse de croisière se verra augmentée. Lors des montées, le pas ciseaux glissé ou le pas décalé afin d’économiser de l’énergie, sont deux techniques utilisées.

Peu importe votre choix de style de ski, prenez le temps, comme dans tout autre sport, de vous laisser un moment d’échauffement au début de votre séance. Ce premier dix à vingt minutes vous permet de placer techniquement votre corps, à un niveau d’effort léger. Vous pouvez également intégrer des mouvements de bras ou de jambes pour mieux décortiquer chaque partie des techniques. Cette façon de faire aide pour assimiler chaque aspect.

Obtenir de meilleures sensations, voire des améliorations, c’est à vous de trouver ce qui vous rend heureux en pleine nature au Québec. Bon ski!