Isabelle Gagnon
Collaboration spéciale
Isabelle Gagnon
Le yoga et le Pilates peuvent avoir beaucoup de bienfaits.
Le yoga et le Pilates peuvent avoir beaucoup de bienfaits.

Êtes-vous yoga ou Pilates?

Les styles de yoga vous dites? Complexes? Oui ça peut l’être! Car il existe plusieurs styles, en plus d’être distingués du Pilates. En voici quelques-uns!

Se faire du bien ne provient pas uniquement de l’activité du muscle cardiaque, lorsque l’on court et botte un ballon intensément ou que l’on pédale à vive allure! Se sentir mieux dans sa peau pourrait également être comblé par des activités physiques qui sollicitent des masses musculaires autres que celles prédominantes du corps, en plus d’améliorer notre oxygénation corporelle et de libérer notre esprit. Je veux parler ici de deux méthodes d’entraînement qui gagnent à être connues, le yoga et le Pilates.

Seriez-vous plus un yogi ou un amateur de Pilates? Connaissez-vous la différence en lien avec vos besoins? Les principales différences se situent au niveau de l’approche et de l’exécution.

Le yoga est une des deux méthodes d’entraînement originaires de l’Inde, et il est vieux… de 5000 ans!

Les spécialistes (professeurs) de yoga doivent cumuler plus de 200 heures de formation. Cette activité combinant le «corps et l’esprit» possède comme particularité majeure une respiration au niveau du ventre, soit en le «gonflant et dégonflant», à chaque inspiration et expiration. Les postures maintenues visent à étirer l’ensemble des grands groupes musculaires et à renforcir le corps, se synchronisant avec des respirations profondes. Cette action d’adopter une posture combinée à de grandes respirations, dans un sentiment de «ici et maintenant», serait une forme de méditation qui diminuerait stress et anxiété.

En plus de ces bienfaits, le yoga aiderait à la concentration, améliorerait la flexibilité, l’équilibre et la capacité pulmonaire en plus de diminuer certaines douleurs lombaires et la tension artérielle. Fait étonnant, une étude norvégienne mentionne que le yoga pourrait même modifier la façon dont les gènes s’expriment dans les cellulaires immunitaires.

Un vrai yogi aura franchi les étapes du yoga par l’apprentissage des principes éthiques (ne pas voler, ne pas convoiter, avoir de la discipline, l’étude de soi) et où il pratiquera ensuite les différentes postures, nommées asanas. L’harmonisation de ces postures et de ces respirations s’appellera Prana, qui représenterait la «Force de vie».

Seul matériel: tapis de yoga! Et parfois petit coussin! Une fois sur son tapis, le yogi est invité à se concentrer sur sa respiration et à écouter son corps.

Chien tête en bas: pieds au sol, tronc fléchi en ‘’V’’, dos droit, mains au sol

Pilates

Le Pilates a pour sa part été fondé en 1883 par l’Allemand Joseph Pilates. Il était atteint de plusieurs problèmes de santé, et il a conçu cette forme d’entraînement plus sportive et athlétique que le yoga. La méthode Pilates est une façon de renforcir les muscles profonds tels que le transverse au niveau des abdominaux, les fessiers et les muscles stabilisateurs de la colonne vertébrale, les multifides. Tout comme le yoga, cette activité permet d’améliorer la conscience de son corps et a un impact positif sur la posture. Le principe de résistance amené par le corps et l’utilisation de la gravité ainsi que du matériel (élastique, cerceau, ballon, appareil spécifique au Pilates) amènent une augmentation du niveau de difficulté en travaillant contre cette résistance. Contrairement au yoga, le Pilates utilise comme technique de respiration une expansion de la cage thoracique «latéralement», où l’air transigera principalement par les poumons. De multiples bénéfices en découlent, tels que l’atténuation des douleurs rachidiennes. Cela améliore également l’alignement corporel et les amplitudes articulaires en plus de renforcir la chaîne abdominale.

Alors, Yoga ou Pilates?

Il n’y a pas une meilleure pratique qu’une autre! Les options offrent une prise de conscience du corps! Elles sont toutes deux très bénéfiques et complémentaires. Il vous faut simplement connaître vos besoins…

+

Courrier du lecteur

Q. Vous nous parlez souvent de l’importance de se créer une place à nous pour s’entraîner dans la semaine. Avec le boulot, la famille, j’ai bien du mal à y parvenir. Auriez-vous donc un truc pour m’aider à dégager du temps?

L’horaire du quotidien est effectivement déjà bien rempli. L’importance de se réserver une plage horaire pour se faire du bien deviendra aussi primordiale que d’aller faire l’épicerie ou d’aller chercher les enfants à l’école ou la garderie. Une fois que le corps et le cerveau auront enregistré cette sensation de bien-être d’avoir bougé, ce besoin de bouger deviendra prioritaire à placer à l’agenda. Voici comment y parvenir!

Utiliser une plage horaire qui ne pourra être déplacée de l’horaire quotidien et respecter le moment de la journée où votre énergie naturelle est plus optimale. Pour une personne matinale, la routine de se lever légèrement plus tôt que le reste de la famille sera la piste de solution parfaite pour vous. Votre moment plus efficace est de jour? Utilisez la plage horaire du midi ou tout de suite après le boulot. Pour les oiseaux de nuit, une fois que le calme est installé dans la maison, cet horaire d’activité physique deviendra le moment cible idéal.

Q. Je suis souvent confus à savoir si je dois utiliser que de l’eau pour m’hydrater à l’entraînement ou si je dois également utiliser des boissons énergétiques?

L’utilisation de boissons énergétiques, soit de préparations liquides avec électrolytes (commerciale ou maison, composée de sucre, de sels minéraux, pouvant contenir aussi des vitamines et des acides aminés ramifiés), permet de pallier les pertes de liquides corporels dû à la sudation. Si l’hydratation quotidienne est adéquate, qu’il ne fait pas canicule ou temps glacial, pour un effort facile à modéré, le corps n’aura besoin que de l’eau pour des efforts d’une durée de soixante minutes et moins. Par contre, pour un effort modéré à intense, chez une personne qui sue énormément, et qui exécutera son entraînement sous un soleil de plomb, l’utilisation de boissons énergétiques serait fortement recommandée. En cas de doutes ou de malaises lors de vos entraînements, je vous propose fortement de consulter une nutritionniste sportive qui vous confirmera vos besoins.