Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le pickleball est un sport en vogue au Québec depuis quelques années, notamment chez les 50 ans et plus qui désirent demeurer actifs.
Le pickleball est un sport en vogue au Québec depuis quelques années, notamment chez les 50 ans et plus qui désirent demeurer actifs.

Ces trucs pour être en bonne santé longtemps!

Isabelle Gagnon
Isabelle Gagnon
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Saviez-vous que dès l’âge de 30 ans, une perte aussi importante de 8 à 10 % de masse musculaire par décennie peut survenir? Celle-ci risque malheureusement d’être remplacée par un gain de masse grasse.

Nonobstant ce fait physionomique en résultent des dommages collatéraux tels que la perte de force, d’endurance, de puissance, de vitesse d’exécution, d’équilibre, de coordination et bien d’autres aspects englobant la condition physique générale. Concrètement, l’absence de sollicitation et de recrutement musculaire peut s’avérer néfaste à long terme et davantage pervers à l’aube des 50 ans.

Soyez sans crainte, il existe des moyens, appuyés par une bonne revue de littérature, sur les bénéfices de la pratique d’activités. Rien de complexe, simplement par l’accomplissement d’une routine d’exercices destinés même à ceux qui ne carburent pas nécessairement à passer leurs journées à bouger pour bouger!

En prime, cette prévention permettrait un certain contrôle de cette dégénérescence des «fibres corporelles», affectées malheureusement par le facteur temps.

En d’autres termes, cette atrophie musculaire est observée par une diminution du nombre de fibres musculaires et de leur diamètre (fibres de type II, responsables des mouvements rapides) avec les années. Ainsi expliqué et suivant les principes de physiologie de l’exercice, tout porte à croire que les théories de sollicitation spécifiques musculaires ainsi que des exercices cardiovasculaires, combinés à une alimentation équilibrée et variée incluant des sources de protéines, pourraient donner un grand coup de main au corps humain qui prend de la maturité.

Peut-être vous souviendrez-vous de cette fois où vous avez perdu pied sur la surface glacée de l’entrée où était garée votre voiture? Ou encore votre pied a omis d’utiliser la deuxième marche dans l’escalier menant au sol? Stimuler le corps en accomplissant des exercices de renforcement, rappelant au corps que le muscle doit se contracter en cas de crise est donc nécessaire.

Les muscles seront votre force naturelle corporelle et agiront au moment opportun afin de jouer leur rôle en stabilisant, par exemple, vos articulations (genoux, chevilles, hanches, poignets, région lombaire et épaules), souvent les régions les plus touchées. Par cette mise en action de mouvements précis mais accessibles, vos capteurs du corps humain (propriocepteurs) vous protégeront dans certaines situations critiques de perte d’équilibre.

En tant que kinésiologue, j’éprouve quelques inquiétudes sur l’application et comment les connaissances sont véhiculées par tous. Il est primordial de se rappeler qu’avec les années, une certaine partie de la population tend à sélectionner des activités et loisirs un peu plus sédentaires pour diverses raisons. «S’entraîner», peu importe l’âge, est bénéfique physiquement, mentalement et socialement. C’est sécuritaire et adaptable aux goûts de chacun. On peut même se permettre d’essayer de nouvelles façons de bouger.

Accessible pour tous, la marche arrive au premier rang, praticable en toute saison. Il s’agit simplement de se vêtir selon la météo, de porter des chaussures adaptées à la chaussée (espadrilles, crampons l’hiver sur les bottes). Faire de la bicyclette, du ski de fond, de la natation, jouer au golf sont autant de façons très connues des Québécois pour prendre l’air et se donner une bonne raison de bouger!

Récemment, j’ai échangé avec monsieur Richard Lahaie. Ce dernier a piqué ma curiosité en me parlant du pickleball. Instructeur et sportif, fidèle représentant de cette discipline, il est préoccupé et se questionne sur les moyens de préparation des quelque 300 adeptes fédérés en Mauricie (5000 membres au Québec), majoritairement âgés de 50 ans et plus.

Les règles de jeu, le matériel utilisé et la surface d’échanges facilitent la pratique du pickleball pour différents niveaux de condition physique. Un objectif convoité en pratiquant ce sport est le volet social (si on se positionne bien sûr en temps hors pandémie), un plaisir retrouvé dans plusieurs sports d’équipe.

Mais une question demeure, pour ces sports d’équipe où on se doit de posséder à priori une bonne condition physique. On doit se rappeler, autant au pickleball qu’au tennis ou au golf, que notre cœur et nos muscles doivent avoir été entraînés.

On ne doit donc pas négliger ces entraînements en parallèle en guise de préparation, en plus de considérer un échauffement adéquat en début de partie ou au commencement de notre sport individuel pratiqué.

Cette étape sert à préparer le corps à un effort un peu plus relevé pour en retirer tous les bénéfices du jeu en soi, ainsi que d’éviter les blessures. Pour une période de 10 ou 15 minutes, une marche rapide, une petite course sur place ou débuter le sport cardiovasculaire de son choix avec une perception d’effort très léger fait partie des principes de l’entraînement.

Augmenter la circulation sanguine et la fréquence cardiaque permettra de mieux réagir dans le feu de l’action au sein du jeu. Donc, pour plusieurs sports d’équipe, on doit présenter un certain niveau de condition physique pour y prendre part de façon optimale, sécuritaire et afin de nous assurer d’un meilleur plaisir.

Une fois cette étape complétée débuteront les échanges plus soutenus ou la portion où l’entraînement sera plus soutenu. On pourrait d’ailleurs retrouver des pointes d’intensité considérables, d’où l‘importance d’avoir prévu le coup en accomplissant des entraînements cardiovasculaires variés en guise de préparation.

S’ajoutent les exercices visant une dominance plus musculaire. Oui, le sujet peut en faire fuir quelques-uns, mais ils sont tout aussi importants! Mettre à profit de trois à quatre mouvements, exécutés quelques fois dans la semaine, favorisera sans contredit une meilleure préparation physique complète pour vaquer à ces activités sportives que l’on adore!

Certes, comme mentionné au tout début, la musculation peut engendrer un ralentissement dans le processus de perte de masse musculaire (force, puissance, endurance), mais aussi jouer sur l’équilibre et la coordination.

À ces bénéfices s’ajoutent ceux de la sollicitation musculaire, d’une meilleure utilisation des nutriments et de l’oxygène dans le système, d’un meilleur contrôle de la glycémie (dans les cas de diabète), en plus d’améliorer le métabolisme, de contrer l’ostéoporose, de diminuer les douleurs dues à des problèmes articulaires chroniques et d’aider à la perception de son corps dans l’environnement ainsi que de mieux se concentrer.

Après tant d’arguments énoncés pour intégrer dans nos routines hebdomadaires ces entraînements cardiovasculaires et exercices musculaires, on ne doit pas négliger les étirements, de bons compléments pour la santé physique des sportifs, car ils leur permettent de maintenir une mobilité optimale pour la pratique de leur sport favori.

Saviez-vous qu’il existe des organismes et programmes offrant des outils intéressants pour bouger et se divertir pour les personnes de 50 ans et plus?

De plus, si vous êtes curieux comme moi d’en connaître davantage sur ce sport grandissant au Québec qu’est le pickleball, je vous invite à entrer en communication avec monsieur Richard Lahaie. Peu importe votre provenance au Québec, il sera en mesure de répondre à vos interrogations (rlahaie@cgocable.ca).