Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Courir au Québec nous permet de profiter de cet air revigorant d’hiver.
Courir au Québec nous permet de profiter de cet air revigorant d’hiver.

Bien chaussés pour aimer courir l'hiver

Isabelle Gagnon
Isabelle Gagnon
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Au printemps, bon nombre de gens au Québec ont emboîté le «pas de course». Pour s’activer, dire bonjour au soleil qui devenait de plus en plus radieux, pour gorger ses poumons d’air frais, pour changer de décor! Et parce que courir, en suivant son rythme et sa progression, procure ces endorphines très satisfaisantes, sans être trop compliqué. Nos espadrilles, la rue ou les sentiers tout près et hop, c’est parti!

En tant que kinésiologue, je suis agréablement surprise de constater que ces coureurs sont de plus en plus nombreux à occuper nos quartiers à cette période de l’année.

Inévitablement, de nombreuses questions surgissent sur le choix des chaussures à adopter. Courir au Québec nous permet de profiter de cet air revigorant d’hiver… mais ça requiert aussi un équipement adéquat pour en profiter pleinement.

Les principales qualités que l’on veut retrouver dans une chaussure de course «d’hiver» sont l’imperméabilité au froid et à l’humidité, ainsi que l’adhérence aux différentes surfaces telles que la neige et les surfaces glacées. Bien entendu, le confort doit également être au rendez-vous.

Les crampons, une bonne idée

Plusieurs compagnies offrent une variété d’espadrilles fabriquées en membrane imper-respirante, qui protège en bonne partie du vent et de l’humidité. Une de ces membranes est communément appelée GORE-TEX®. Elle garde donc les pieds plus au chaud et au sec, lorsque vos parcours les mettent durement à l’épreuve. De plus, il est plus efficace et sécuritaire d’y ajouter des semelles à crampons. Au Yéti, Richard Dubuc penche beaucoup pour cette option lorsqu’il est temps de conseiller ses clients. Ceci fait en sorte que ses coureurs n’ont pas à modifier leurs espadrilles favorites, en plus d’avoir l’embarras du choix du type de crampons de différents degrés d’adhérence. Glace et neige représentent la magie hivernale, mais aussi des ennemis dont il faut se méfier si le choix n’est pas adapté pour la pratique de la course en hiver.

Si vous demeurez non loin de sentiers légèrement tapés, courir avec des chaussures de sentiers d’été, munies de semelles légèrement plus épaisses avec des crampons plus agressifs, peut s’avérer votre meilleure sélection. Pour les coureurs qui préfèrent le confort de leurs espadrilles régulières de course, une multitude d’options sont possibles. Yves Lamothe, chez Maïkan à Trois-Rivières, propose des bas qui sont à la fois imperméables et qui respirent, ce qui va maintenir le confort de nos espadrilles de prédilection. Y ajouter la guêtre de plein air dans des conditions de neige un peu plus abondante et le sportif conservera alors le confort de courir avec la chaussure avec laquelle il est habitué de sortir.

De son côté, Jean Pellerin du Sports Experts au Centre Les Rivières mentionne que des espadrilles «tout-en-un» fabriquées avec une membrane imper-respirante, possédant des semelles à crampons avec une guêtre intégrée, font le bonheur de plusieurs - débutants ou invétérés coureurs – et sont un choix gagnant de confort qui offrent toutes les caractéristiques intéressantes d’une bonne chaussure de course hivernale.

LA RAQUETTE DE COURSE

Pour ceux et celles qui voudraient découvrir les boisés environnants à la course, mais là où la neige est un peu plus abondante, il est possible de se lancer ce défi, en utilisant des raquettes de course, pour courir ou pratiquer la course-marche. Cette façon de découvrir la nature, en plus d’être un entraînement en soi, est une excellente méthode de course alternative qui gagne en popularité. Ces raquettes sont très légères et permettent un support plus important dans la neige. Elles respectent normalement les dimensions de 20 par 60 cm. Les espadrilles GORE-TEX, de sentiers ou régulières avec guêtres, sont d’excellentes options qui s’utilisent avec les différents modèles de raquettes de course existants.

Une bonne paire de bas de laine mérino, avec un choix de grandeur de chaussures adéquate vous permettront d’apprécier la liberté de cette activité cardiovasculaire.

Au Québec, nous sommes choyés! Dans la plupart de ses régions, des magasins spécialisés de course, de plein air ou encore de sports existent pour vous donner un coup de main à en apprendre davantage. Les conseillers sont à l’affût des nouveautés et peuvent vous guider adéquatement en plus de travailler régulièrement avec vos professionnels de la santé. Consultez-les, ils sauront bien vous guider pour un choix éclairé!

***

Vous souhaitez vous initier à la course à pied? Consultez cette chronique précédente.

***

Voici notre deuxième vidéo du défi On bouge!

COURRIER DES LECTEURS

Q. Auriez-vous des trucs pour moi? Je crois que j’approche de la ménopause. J’ai moins de motivation et d’énergie qu’avant, je ne comprends pas trop ce qui se passe!?

C’est effectivement un changement important chez la femme, un peu comparé à l’adolescence dû aux changements hormonaux avec un arrêt des règles pendant au moins douze mois. Cette phase arrive normalement autour de la cinquantaine (parfois un peu avant). Comme inconforts, on peut retrouver les bouffées de chaleur, l’irritabilité, la prise de poids, l’insomnie la perte osseuse et des problèmes cardiovasculaires accrus. Pour ces raisons, le fait de bouger pour minimiser ces impacts représente bien une motivation pour un choix de santé. Renforcement musculaire, travail au niveau du muscle cardiaque, aideront à contrer ces effets non souhaitables, en plus d’aider à une meilleure énergie et à un sommeil plus réparateur. Comme toute personne voulant reprendre un programme d’entraînement, respectez vos limites, soyez réaliste et dites-vous que vous le faites pour votre santé physique et psychique! 

Q. Les Fêtes approchent, j’ai peur de prendre du poids. Quels sont les meilleurs trucs?

Ne pas oublier qu’on a le droit de tricher un peu pour se faire plaisir! Petit rappel que l’apport alimentaire (ce que l’on consomme en aliments et en liquides), si elle demeure sous la dépense énergétique (ce que l’on dépense à bouger) ou que ces facteurs s’équivalent, le poids corporel devrait demeurer statu quo. Permettez-vous des gâteries quelques jours durant cette période. Doser la surconsommation des sucres et des gras les journées moins festives viendra équilibrer celles qui le seront davantage. Participez au calendrier de l’avent du sportif, prenez des marches après les repas ou jouez à des jeux de société qui bougent, seront là d’excellents éléments pour vous aider à bien vous sentir tout en profitant des Fêtes!