Olympiques

Voyage infructueux pour les Olympiques

Victorieux pour la première fois en six matches mercredi dernier, les Olympiques n’ont pas pu amorcer une nouvelle séquence victorieuse dans leur voyage dans le nord-est du Québec en fin de semaine.

Défaits 5-1 à Chicoutimi samedi dans un match où les Saguenéens ont retiré le chandail du gardien Éric Fichaud, les Gatinois se sont frottés à un gardien en pleine forme à Baie-Comeau dimanche où ils se sont inclinés 5-3.

Soumis au ballottage par l’Armada de Blainville-Boisbriand et réclamé par le Drakkar au début du mois de janvier, Francis Leclerc a effectué 30 arrêts au centre Henry-Leonard pour priver les Olympiques d’une victoire aux yeux de l’entraîneur-chef Éric Landry.

« Leclerc a fait la différence. Il a sauvé le match pour Baie-Comeau. De la façon dont nous avons joué, nous aurions dû gagner. Nous avons fourni un effort soutenu de 60 minutes, mais nous avons aussi manqué trois filets complètement ouverts, soit pour prendre l’avance, soit pour revenir de l’arrière », a-t-il dit.

Creed Jones a effectué son deuxième départ devant la cage des Olympiques et il a relativement bien fait, bloquant 29 tirs du Drakkar, mais les locaux auront surtout profité de deux avantages numériques consécutifs en fin de deuxième période pour marquer deux buts rapides et briser une égalité de 2-2.

Bradley Lalonde et Luke Kirwan ont été les auteurs de ces buts. Édouard St-Laurent, l’ex-Olympique Joakim Paradis et le Gatinois D’Artagnan Joly ont aussi fait secouer les cordages dans le camp du Drakkar. Le but de Joly a été compté dans un filet désert. L’espoir des Flames de Calgary a terminé son match contre son ancienne équipe avec trois points.

Alex Breton a été le meilleur des Olympiques dimanche avec une récolte de deux buts et trois points. Shawn Boudrias a été l’autre membre de l’équipe gatinoise à tromper le gardien Leclerc.

Les Olympiques ont perdu les services du défenseur Vincent Lampron tôt dans ce match. Il a été blessé après avoir été plaqué sévèrement. « Son absence n’a pas aidé les choses », a constaté l’entraîneur Landry, qui était aussi privé de Pier-Olivier Lacombe, suspendu un match pour avoir retiré le casque d’un adversaire dans un combat à Chicoutimi la veille.

Lampron avait justement été l’unique marqueur des Olympiques contre les Saguenéens. Il s’agissait de son premier point depuis son acquisition du Phoenix de Sherbrooke. William Basque a quant à lui inscrit son premier point de la saison à Chicoutimi.

L'INTRÉPIDE DÉFAIT

Dans la Ligue midget AAA du Québec, l’Intrépide de Gatineau s’est à nouveau buté à sa bête noire en perdant 5-3 contre les Vikings de St-Eustache dimanche.

Les Vikings ont ainsi mis fin à la séquence de sept victoires de suite de l’Intrépide, qui n’a toujours pas gagné en quatre matches contre St-Eustache cette saison.

Les Vikings avaient pris les devants 3-0 avant de voir les visiteurs revenir de l’arrière pour égaler la marque 3-3, mais Antoine Rochon a inscrit le but de la victoire avec 50 secondes à faire au match.

Olympiques

Frattaroli invité à une autre audition

Son entrée dans la LHJMQ a été tellement fracassante que Brandon Frattaroli a été invité à étirer son audition avec les Olympiques en fin de semaine.

Après avoir récolté trois points dès son premier match avec le club gatinois, l’attaquant de 17 ans accompagnera l’équipe à Chicoutimi et Baie-Comeau samedi et dimanche.

Au cours des 10 dernières saisons, seul Vitalii Abramov a fait mieux à son premier match en carrière avec les Olympiques. À son baptême dans la LHJMQ en 2015, le magicien russe avait placé la barre haute avec un match de quatre points. Il avait le même âge que Frattaroli, acquis avec un choix de deuxième ronde dans une transaction qui a fait passer Will Thompson à Rouyn-Noranda le 4 janvier dernier.

« Il a très bien paru mercredi, a affirmé l’entraîneur-chef Éric Landry. Pendant les deux premières périodes, c’est lui qui se compliquait le moins la vie et il ressortait du lot. Il joue en pleine confiance avec son équipe midget AAA et il a transporté ça ici. Nous voulons voir s’il va pourra poursuivre sur cette lancée dans le prochain voyage. »

Soyons clairs. L’attaquant des Lions du Lac St-Louis est avec les Olympiques par mesure d’urgence. Dawson Theede n’est toujours pas assez remis d’une blessure au haut du corps pour faire le voyage dans le nord-est du Québec.

Maxim Trépanier sera de ce voyage, mais sa présence dans l’alignement n’est pas assurée. Même s’il a été impressionnant au centre Robert-Guertin mercredi, Frattaroli peut seulement être rappelé pour un maximum de 10 matches jusqu’à l’élimination de son équipe midget AAA.

Là-bas, il est le deuxième marqueur de la ligue et il venait de connaître une séquence infernale de cinq matches où il avait amassé 14 points.

Son entraîneur chez les Lions, Jon Goyens, voit un joueur en pleine ascension lorsqu’il parle de Frattaroli. « Brandon a travaillé très fort et démontré une force de caractère pour arriver où il en est aujourd’hui. Il n’a jamais joué AAA au niveau bantam. Il a été capitaine de son équipe midget espoir à 15 ans. Chez nous, l’an dernier, il a commencé la saison sur la quatrième ligne, mais dans les séries, son trio avait été le seul à se présenter. Il a été, de loin, notre joueur le plus amélioré. Il a travaillé sans relâche pour arriver là. »

Pour Goyens, Frattaroli doit encore améliorer son coup de patin, mais ce n’est pas nécessairement un handicap.

« Il a d’autres atouts comme son lancer. Ses habiletés s’améliorent. Il mesure 5’11’’, mais il joue comme un joueur de 6’1’’. Il est fort comme un bœuf. »

Dans la victoire de 7-5 contre Sherbrooke, Frattaroli a été à l’origine de trois buts grâce à ses passes précises et sa lecture du jeu.

« Il n’a pas eu la passe primaire, mais c’est lui qui a orchestré les jeux en changeant les points d’attaque pour se donner des options. On voit qu’il a de bonnes aptitudes offensives », a expliqué à son tour Éric Landry.

Ce dernier signale qu’à 17 ans, Frattaroli se démarque des autres joueurs de 16 ans rappelés par les Olympiques cette saison.

« Il est plus mature physiquement et mentalement. Il lui a fallu deux présences pour s’ajuster à la vitesse du jeu, mais il a fait la transition rapidement. »

Frattaroli est retourné chez lui après la victoire des Olympiques mercredi. Il sera de retour à Guertin tôt vendredi matin pour sauter dans l’autobus vers Chicoutimi.

Olympiques de Gatineau

De match terne à match légendaire

Ce n’était vraiment pas parti pour ça, mais la minuscule foule qui s’est déplacée au centre Robert-Guertin mercredi soir a été récompensée en restant jusqu’à la fin.

Les 1843 spectateurs annoncés ont eu droit à 40 minutes de jeu terne de la part des Olympiques de Gatineau, mais les 20 dernières minutes ont tout effacé pour faire passer ce match dans la catégorie des légendes.

Les protégés d’Éric Landry ont d’abord comblé un déficit de 4-2 après deux périodes pour transformer une prestation décevante en victoire de 7-5 contre le Phoenix de Sherbrooke.

Dans cette première victoire en cinq matches, les partisans ont peut-être assisté à la naissance d’une étoile. Rappelé des Lions du Lac St-Louis pour venir en aide à une attaque moribonde, Brandon Frattaroli a connu un début de carrière de rêve dans la LHJMQ en héritant la première étoile avec trois mentions d’aide.

Pour couronner ce match de fou, le gardien Tristan Bérubé est devenu le troisième gardien des Olympiques à marquer un but au cours de l’histoire récente. Après François Brassard et Mathieu Bellemare, Bérubé a expédié un haut ballon dans une cage déserte pour concrétiser la victoire des siens.

Le gardien était fou de joie. Ne sachant pas trop quoi faire pour célébrer, il a suivi la recommandation du capitaine Alex Breton d’aller «taper dans les mitaines» des joueurs au banc comme le font tous les buteurs !

«C’est un rêve de jeunesse de marquer un but. Comme gardien, tu y penses souvent, mais les occasions sont rares. J’ai eu la chance de l’essayer en fin de match et j’ai probablement réussi mon meilleur tir à vie sur la séquence ! Avec une avance d’un seul but, c’était risqué un peu, mais j’ai expédié la rondelle haut dans les airs pour être sûr que mon tir ne serait pas intercepté. J’étais tellement content, je ne savais pas comment réagir ! Je ne me rendais pas compte de ce qui venait de se passer ! Puis, Alex Breton m’a dit d’aller au banc !»

Bérubé était bien au fait de l’historique des gardiens des Olympiques capables de marquer des buts.

«Quand Mathieu a compté l’année dernière, j’étais tellement heureux pour lui. Je me disais que ça devait être tripant. Puis, nous étions déjà tous les deux au courant des exploits offensifs de François Brassard.»

Le gardien de 18 ans a également fait son travail de bloquer des rondelles. Les Olympiques ont été dominés 39-29 au chapitre des tirs et Bérubé a souvent été laissé à lui-même pendant les deux premières périodes. Ses prouesses ont permis à ses coéquipiers de remonter la pente en troisième période grâce à deux buts de Shawn Boudrias. Anthony Beauchamp avait amorcé la remontée, puis Giordano Finoro a lui aussi inscrit son deuxième but du match pour donner une première avance de 5-4 aux locaux à la 52e minute de jeu.

L’avantage numérique, qui a produit trois buts en quatre tentatives, a aidé les Gatinois à revenir de l’arrière. En plus de Frattaroli, Finoro (deux points) et Boudrias (trois points), Jeffrey Durocher s’est éclaté avec quatre points pendant que Mikhail Shestopalov a effectué deux superbes passes qui ont mené à des buts.

Frattaroli se pince

Brandon Frattaroli devait se pincer à la fin de la rencontre. Jamais il n’aurait osé croire qu’il récolterait trois points à son baptême dans le circuit Courteau.

«Jamais ! J’étais nerveux parce que c’est mon objectif de jouer dans cette ligue. La marche est grande entre le midget AAA et la LHJMQ, mais j’arrivais en pleine confiance», a dit celui qui venait d’inscrire 14 points à ses cinq derniers matches avec les Lions. Il était également le deuxième meilleur compteur de la ligue avec 56 points en 31 matches.

Rapidement, il s’est retrouvé avec des joueurs offensifs pour se mettre à l’aise. Il s’est bien entendu avec Giordano Finoro et Jeffrey Durocher. «C’est une belle connexion italienne ! Finoro m’a aidé à me calmer avant le match. Je suis content des points, mais surtout de la victoire.»

Pier-Olivier Lacombe a été l’autre marqueur des vainqueurs. Marek Zachar, Mathieu Olivier, Nicolas Poulin, Yaroslav Alexeyev et Nicolas Roy ont riposté pour le Phoenix.

Olympiques

Une séquence inversée

Pratiquement invincibles en décembre où ils n’ont perdu qu’un match sur 11, les Olympiques de Gatineau vivent la situation inverse depuis la fin de la période des transactions le 6 janvier.

En quatre matches, ils ont subi quatre défaites où ils n’ont généré que quatre buts en s’éloignant de la recette qui leur avait permis de traverser une séquence de 14 matches sans revers en temps réglementaire entre le 22 novembre et le 29 décembre.

Pour rectifier le tir, l’entraîneur-chef Éric Landry et ses adjoints ont passé énormément de temps avec leurs joueurs après l’entraînement de mardi en prévision de la visite du Phœnix de Sherbrooke au centre Robert-Guertin mercredi.

Ensemble, ils ont étudié des séquences vidéo et discuté de quelques sujets chauds.

« C’est le temps de remettre les pendules à l’heure. La période des transactions est terminée. Je voulais voir comment le club allait s’ajuster. Plusieurs joueurs sont partis. D’autres sont arrivés. La hiérarchie a changé au sein de notre club et la transition n’est pas facile à faire parce que Dawson Theede (un attaquant de 20 ans) n’a pas encore joué et Maxim Trépanier est maintenant blessé. Tout le monde cherche ses repères », a expliqué Éric Landry.

Mardi, il a tenu à remettre son équipe dans le bon état d’esprit.

« Je regarde notre dernier match contre les Tigres et je constate que cette défaite de 3-2 s’est jouée sur peu de choses. Si certains avaient fourni un effort de plus, nous aurions pu empêcher un ou deux buts et en compter un ou deux de plus. Ça peut faire une grosse différence entre un revers de 3-2 ou une victoire de 4-1. »

Landry ne savait pas encore si Dawson Theede allait pouvoir affronter le Phoenix mercredi. L’attaquant obtenu du Titan d’Acadie-Bathurst n’a pas joué un match depuis un mois. Maxim Trépanier manquera aussi à l’appel alors que le défenseur Darien Kielb a été blessé dimanche et ne sera pas disponible lui non plus.

L’échange de Will Thompson aux Huskies de Rouyn-Noranda a aussi affecté la dynamique de la brigade défensive gatinoise.

Gabriel Bilodeau reconnaît que le vétéran de 20 ans était un défenseur fiable employé à toutes les sauces et il veut s’assurer de prendre le flambeau.

« Ce sont des gars comme moi, Tyler Higgins et Vincent Lampron qui doivent compenser le départ de Will en haussant notre jeu d’un cran », a dit celui qui a compté son sixième but de la saison dans la défaite contre les Tigres dimanche.

Pour le vétéran de 19 ans, la solution aux récents déboires des Olympiques est simple.

« Pendant notre séquence de 10 victoires, nous formions un club confiant. Parce que nous travaillions fort, tout tombait en notre faveur. Nous nous sommes éloignés de ça récemment et les bonds ne nous sont plus favorables. Il faut se regarder dans le miroir et revenir à ce que nous faisions de bien. »

Bilodeau admet aussi que le va-et-vient de la période des transactions a modifié l’allure du club.

« Il faut laisser le temps à la chimie de reprendre. Le tiers de l’équipe est parti. Nous travaillons là-dessus que je suis convaincu que ça va bien aller bientôt. »

Quant à l’attaque, Éric Landry répète qu’il a confiance en tous ses effectifs. « Des gars comme Samuel Hatto, Charles-Antoine Roy, Alec Malo et Jeffrey Durocher ont marqué de gros buts pendant notre séquence victorieuse. Je sais ce qu’ils peuvent nous amener. Nos attaquants peuvent tous marquer des buts. Métis Roelens a aussi brisé la glace. Notre attaque n’est pas l’affaire de trois joueurs et tout le monde doit en être conscient. »