Olympiques

Saison surprenante, enivrante, frustrante

ANALYSE / La 45e saison de l’histoire de la franchise des Olympiques de Gatineau dans la LHJMQ s’est terminée vendredi soir et elle aura été unique en son genre.

Confrontés au club à qui ils ont vendu leur meilleur joueur, les Olympiques avaient bien peu de chances de renverser les Tigres de Victoriaville au premier tour des séries éliminatoires, mais ils leur ont quand même livré toute une bataille.

D’abord surprenante, la saison 2017-18 des Olympiques est devenue complètement enivrante avec une énorme séquence de victoires après l’échange de Vitalii Abramov, pour ensuite prendre fin sous le signe de la frustration.

Les partisans, tout comme les entraîneurs, pourront toujours se poser la question. Qu’est-ce que cette bande de « survivants du hockey » aurait pu accomplir si elle n’avait pas été démantelée dans une saison où aucune équipe du circuit Courteau ne se démarquait du plateau ?

Sans véritable gardien numéro un, même l’Armada de Blainville-Boisbriand – champions de la saison régulière – ne forme pas une équipe parfaite cette saison.

En conservant le meilleur marqueur européen de l’histoire de la LHJMQ (Abramov), en gardant le deuxième meilleur franc-tireur de la ligue en date du mois de décembre (Mitchell Balmas) et en ne touchant pas au duo infernal d’Alex Breton et de Will Thompson à la ligue bleue, les Olympiques auraient pu lutter pour un huitième championnat au printemps 2018.

Le club a plutôt choisi de sacrifier son avenir à court terme en espérant pouvoir gagner son huitième titre dans trois ou quatre ans... si tous les morceaux tombent en place.

Si près du sommet

À la pause de Noël, malgré l’échange du magicien russe aux Tigres (derrière les Olympiques au moment de la transaction du mois de novembre), les Olympiques pointaient au deuxième rang du classement général de la LHJMQ, à deux points de l’Armada.

Ils formaient l’équipe qui avait accordé le moins de buts. Ils étaient en plein cœur d’une irrésistible poussée victorieuse qui s’est étirée sur plus d’un mois.

Mais parce que ses coffres étaient vides en raison des multiples achats des dernières saisons de l’ère Benoît Groulx, la direction de l’équipe a décidé de monnayer ses joueurs à plus forte valeur. Le capitaine Alex Breton a échappé à la grande liquidation par défaut. Malgré sa grande utilité chez les Olympiques, il demeurait un défenseur sous-estimé à travers la ligue et les offres n’ont pas été nombreuses pour ses services.

En faisant le plein de choix au repêchage, les Olympiques auront maintenant des munitions pour accélérer leur reconstruction, mais encore faudra-t-il sélectionner les bons joueurs. Parmi les joueurs acquis par le directeur des opérations hockey Alain Sear pendant la dernière période des transactions, peu ont démontré qu’ils allaient pouvoir remplacer les Balmas, Thompson ou Abramov.

L’attaquant Brandon Frattaroli et le défenseur Chris McQuaid représentent d’intéressants projets, mais Maxim Trépanier, acquis contre un choix de première ronde, n’a pas encore démontré qu’il pourra devenir un moteur offensif avec Shawn Boudrias la saison prochaine. Remarquez que deux blessures consécutives ont contribué à sa baisse de régime en fin de saison.

Attentes surpassées

Il faut aussi noter que les attentes n’étaient pas très élevées en début de saison. Le club avait commencé à liquider de bons éléments l’année précédente avec les transactions d’Alex Dostie, Nicolas Meloche et Mark Grametbauer. Le plan était assez clair pour l’année en cours. Abramov allait permettre aux Gatinois de renflouer leur banque de choix. Puis, l’éclosion de Mitchell Balmas et la progression fulgurante de Will Thompson ont permis à l’équipe d’aller chercher encore plus qu’anticipé sur le marché des transactions.

Malgré le surprenant début de saison et un mois de décembre infernal où ils ont gagné le cœur de leurs partisans en travaillant avec acharnement, les joueurs des Olympiques ont vécu une grande instabilité toute la saison. Gardera-t-on Abramov ? Gardera-t-on Balmas ? Ajouterons-nous des joueurs pour nous aider à aller jusqu’au bout ?

Finalement, l’équipe a été démembrée en fonction de l’avenir, mais pour les Olympiques, l’avenir ce n’est pas l’an prochain.

Il manque de valeurs sûres dans cette équipe et celles-ci seront probablement sacrifiées encore l’an prochain. Shawn Boudrias, Gabriel Bilodeau et Tristan Bérubé seront des joueurs sollicités. Dans ce contexte, l’équipe sera bien jeune en 2018-19. Trop jeune pour gagner immédiatement. Peut-être même trop jeune pour participer aux séries éliminatoires...

Olympiques

Deux buts d’Abramov éliminent les Olympiques

On aurait dit un scénario écrit d’avance.

Quand les Olympiques de Gatineau ont décidé de monnayer le meilleur joueur de la LHJMQ au mois de novembre, Vitalii Abramov venait d’inscrire le but victorieux de son équipe... contre les Tigres de Victoriaville.

Olympiques

Les Olympiques reprennent des forces

La fin de saison de misère des Olympiques de Gatineau semble enfin faire partie de l’histoire ancienne.

Déclassés 7-2 dans le premier match de leur série éliminatoire contre les Tigres de Victoriaville, ils ont pu se dégager des griffes des Félins en prenant des forces dans les trois matches suivants.

Olympiques

Les Olympiques refusent d’abdiquer

Et s’il fallait que le scénario de 2017 se répète ?

Au bord du précipice, les Olympiques de Gatineau ont refusé de sauter dans le vide mercredi soir en signant une première victoire de 2-1 contre les Tigres de Victoriaville. Travaillant avec l’énergie du désespoir, ils sont revenus de l’arrière avec des buts de Dawson Theede et Anthony Beauchamp en troisième période pour forcer la tenue d’un cinquième match dans les Bois-Francs vendredi soir.

Ils étaient peu nombreux dans les gradins du «Vieux Bob». On a annoncé une foule de 1994 spectateurs, mais complètement charmés par la résilience de leurs favoris, les partisans n’avaient jamais été aussi bruyants depuis plusieurs semaines quand la sirène s’est fait entendre.

L’an dernier, après avoir tiré de l’arrière 0-3 dans leur série face au Cap-Breton, les hommes d’Éric Landry avaient gagné les trois matches suivants pour ensuite s’incliner dans la prolongation du septième match à Sydney.

Mercredi soir, les Olympiques ont démontré qu’ils avaient encore la foi. Ils ont même comblé un déficit de 1-0 après deux périodes pour l’emporter 2-1 et ainsi mettre fin à une série de 10 défaites consécutives. Et ils ont réussi à le faire sans leur meilleur compteur, Shawn Boudrias, qui a raté les trois derniers matches en raison d’une commotion cérébrale. Les Tigres, de leur côté, ont vu leur séquence de 14 victoires consécutives prendre fin.

Auteur du but gagnant, Anthony Beauchamp a avancé qu’il s’agissait du but le plus important de sa jeune carrière.

«C’est spécial de compter un but comme ça chez moi, mais ce but a aussi été l’affaire de William Basque, qui a bloqué un tir pour construire le jeu», a raconté le Thursolien qui a maintenant trois buts dans cette série.

Dawson Theede, jouant avec du feu dans les yeux, avait amorcé la remontée des siens en fonçant au filet pour pousser un retour de Pier-Olivier Lacombe derrière Étienne Montpetit.

Mathieu Sévigny avait été le seul marqueur du match jusqu’en troisième période. Il avait profité d’une passe de Vitalii Abramov pendant une infériorité numérique pour monter la patinoire et battre Tristan Bérubé, magistral dans les moments clés mercredi.

En deuxième période, il a effectué son plus bel arrêt de la soirée en étirant la jambière pour voler un but presque certain à Alexandre Grisé et ainsi garder les Tigres à un but d’écart.

L’ancien des Olympiques, Vitalii Abramov a récolté un neuvième point sur les 15 buts des Tigres dans la série, mais plus la série avance, plus les protégés d’Éric Landry parviennent à contenir la grosse attaque des Tigres, qui avait tout détruit sur son passage dans les 11 derniers matches de la saison régulière.

Contre Gatineau, les félins ont bien compté sept buts dans le premier duel, mais les Olympiques ont ensuite limité les hommes de Louis Robitaille à quatre, trois et un buts dans les trois autres matches.

«Je trouve que nous faisons de l’excellent travail contre leur premier trio. Plus la série va être longue, plus ça avantage un club physique comme le nôtre. Quand la fatigue s’installe, ça devient plus difficile de contourner de gros joueurs. De l’autre côté, ils savent qu’ils auront à travailler très fort pour obtenir chaque pouce de glace. De notre côté, nous avons les joueurs qui sont prêts à travailler encore plus fort, et ce, jusqu’à la dernière partie», a lancé l’entraîneur-chef, Éric Landry.

Les Olympiques auront encore le dos au mur vendredi à Victoriaville, mais maintenant, ils tirent de l’arrière 1-3.