Xavier Simoneau, de Saint-André-Avellin, a généré beaucoup d’applaudissements dans la foule derrière le banc des Voltigeurs de Drummondville en marquant le troisième but de l’équipe visiteuse.

Zéro en six pour les Olympiques à domicile

Les fantômes du « Vieux Bob » sont-ils à ce point pressés de déménager au nouvel amphithéâtre du secteur de la Cité ?

Parce qu’on dirait qu’ils ont déjà déserté le site mythique de la rue Carillon. Vendredi soir, les Olympiques de Gatineau n’ont pas été en mesure de gagner un premier match devant leurs partisans. Les Voltigeurs de Drummondville leur ont infligé un sixième revers de suite à domicile en les blanchissants 4-0.

Rien ne va plus au centre Robert-Guertin. Les Olympiques (5-6-1) n’ont marqué que sept buts en six matches à la maison et pour la première fois de la saison, leur fiche est tombée sous la barre de ,500. Pendant ce temps, les Voltigeurs (9-4-0) remportaient un quatrième match de suite, un troisième en quatre jours cette semaine.

Les locaux ont pourtant tenu leur bout après une première période sans but ou les deux clubs avaient dirigé neuf tirs sur les gardiens Tristan Bérubé et Olivier Rodrigue, mais comme c’est devenu une habitude, tout s’est écroulé en deuxième période. Cédric Desruisseaux a ouvert la marque en avantage numérique. Puis Xavier Bernard et Xavier Simoneau ont fait 3-0 en marquant deux buts en l’espace de seulement 11 secondes.

L’entraîneur-chef des Olympiques Éric Landry n’en pouvait plus. Il a demandé un temps d’arrêt pour sermonner ses joueurs.

Pendant ce temps, les partisans de Xavier Simoneau, venus de Saint-André-Avelin, festoyaient dans les gradins.

« C’est mon deuxième but à Guertin en carrière. Les gens applaudissaient beaucoup, mais ce n’était pas juste pour moi. Il y a un autobus de partisans qui est venu de Drummondville ce soir. Mon but était assommoir. Même nous, comme équipe, quand nous encaissons deux buts rapides, ça nous fait paniquer », a raconté celui qui est maintenant rendu à 10 points en 10 matches.

Incapable d’acheter un but malgré quelques belles occasions, Shawn Boudrias n’entendait pas à rire après le match. La disette des siens commence à peser lourd.

« Nous arrivons et nous ne sommes pas prêts. C’est tout ce que j’ai à dire », a-t-il laissé tomber.

Mais en le questionnant davantage, le meilleur compteur du club s’est exprimé davantage.

« Nous savons exactement quoi faire. C’est juste que nous ne le faisons pas. Nous avons fait tout ce qu’il fallait en première période. Nous suivions les Voltigeurs. Ça allait bien. Puis, nous avons toujours cette deuxième période malchanceuse qui nous tue. Nous avons une bonne petite équipe, mais nous ne faisons pas ce qui nous est demandé... »

De son côté, Éric Landry dit avoir exigé un temps d’arrêt à 3-0 pour demander à ses joueurs de ne pas baisser les bras.

« Je voulais surtout que les joueurs retrouvent leur énergie. On se faisait battre sur toutes les rondelles. En deuxième période, les Voltigeurs ont eu deux chances et ils ont marqué. C’est décourageant par bout. À 2-0, l’autre équipe prend confiance alors que nous avons pris des risques en trichant pour marquer. Rapidement, tu perds 3-0 et ça change le match. »

Les Olympiques ont été dominés 41-21 au chapitre des tirs. Tristan Bérubé a gardé le score raisonnable contre son ancienne équipe. À l’autre bout, Olivier Rodrigue a réalisé quelques bons arrêts pour frustrer les Olympiques, notamment deux fois sur des échappées. À cinq contre trois dans la dernière minute de jeu, il a repoussé toutes les attaques des Gatinois pour récolter le jeu blanc.

Éric Landry aimerait bien trouver la solution à ses problèmes offensifs, mais il ne peut que hausser les épaules pour le moment.

« Nous avons d’excellentes chances de marquer, mais il arrive toujours quelque chose. On ne réussit pas à lancer quand on fait un beau jeu ou on n’arrive pas à battre l’adversaire pour prendre les retours. »

Battus dans toutes les facettes du jeu vendredi, les Olympiques tenteront de mettre fin à leur souffrance à domicile dimanche avec le passage des Foreurs de Val-d’Or.

+

EN BREF

Lapierre absent de 4 à 6 semaines

Meilleur compteur parmi les recrues de la LHJMQ avec 14 points en 11 matches, le Gatinois Hendrix Lapierre devrait rater entre quatre et six semaines d’action après avoir été blessé à une épaule jeudi soir dans un match contre les Remparts de Québec.

Premier joueur sélectionné dans le circuit Courteau cette saison, l’attaquant de 16 ans des Saguenéens de Chicoutimi pourrait du même coup devoir faire une croix sur le Défi mondial des moins de 17 ans qui se déroulera du 3 au 10 novembre au Nouveau-Brunswick. Là-bas, il devait réaliser son rêve de représenter le Canada pour la première fois de sa jeune carrière.

Des examens plus approfondis vont permettre de connaître le diagnostic final, mais on soupçonne une entorse sévère chez les Saguenéens.

***

Intrépide : Groleau demeure parfait

L’Intrépide de Gatineau n’a toujours pas perdu un match quand Alexandre Groleau défend son filet.

Vendredi soir, l’espoir des Voltigeurs de Drummondville a signé sa septième victoire consécutive en repoussant 23 tirs des Vikings de St-Eustache pour signer son deuxième blanchissage de la saison dans un gain de 3-0.

Son opposant, Nikolas Hurtubise, lui a donné du fil à retordre pour garder sa fiche intacte. Il a fait face à 53 tirs de l’Intrépide et il a seulement cédé en troisième période devant Tyson Hinds et Victor Barakett. Le but de Mathis Demers a été compté dans une cage déserte.

L’Intrépide (10-1-2) sera de retour au Complexe Branchaud-Brière samedi après-midi pour accueillir les Lions du Lac St-Louis.