Xavier Simoneau n’a raté que trois matches après avoir été secoué par une mise en échec vicieuse.

Xavier Simoneau en visite à Gatineau

Quand il a été envoyé au pays des merveilles par Mikaël Robidoux dans un match contre les Remparts de Québec le 29 septembre dernier, Xavier Simoneau pensait rater sa première visite de la saison à Gatineau.

Robidoux a été suspendu 15 matches pour sa mise en échec à la tête de l’attaquant des Voltigeurs de Drummondville, mais Simoneau a récupéré plus vite que prévu après sa sortie en civière du centre Marcel-Dionne.

Content d’avoir évité une commotion cérébrale, la fierté de St-André-Avellin n’a raté que trois matches. Dès son retour au jeu, le 11 octobre, il a récolté deux points dans une victoire convaincante de 7-1 contre le Drakkar de Baie-Comeau.

Après un passage à vide de toute son équipe dans un cuisant revers de 9-0 contre les Huskies de Rouyn-Noranda, Simoneau a repris là où il avait laissé en récoltant des points dans les trois gains suivants des Voltigeurs, dont celui de jeudi soir contre les Foreurs de Val-d’Or.

Simoneau et les Voltigeurs (8-4-0) seront justement les prochains visiteurs au centre Robert-Guertin vendredi soir.

« C’était très excitant de savoir que je ne raterais pas mon premier match à Gatineau. J’ai bien récupéré du coup qui m’avait secoué. J’ai suivi toutes les directives avec le physiothérapeute. Je suis revenu au jeu plus vite que je pensais », a-t-il dit au Droit après un match où il marqué un but en désavantage numérique jeudi soir à Drummondville.

« Je n’ai pas encore de point en avantage numérique cette saison, mais ça va bien en désavantage. Nicolas Guay m’a fait une belle passe dans une descente à deux contre un pour récolter son 100e point en carrière. Mon retour au jeu va bien. Je n’ai pas changé mon style de jeu malgré le coup », a dit celui qui a cinq buts et neuf points en neuf parties cette saison.

Le jeune guerrier de 17 ans n’a jamais eu froid aux yeux. Ce n’est pas demain qu’il va changer. Il est d’ailleurs deuxième chez les Voltigeurs avec 19 minutes de punition.

« C’est parce qu’il y a eu une bagarre là-dedans. À Shawinigan, ça jouait dur et Alex Plamondon a laissé tomber les gants devant moi. Je ne recherche pas les bagarres, mais je n’avais pas vraiment le choix. Il était bien plus grand et plus gros (6’1’’) que moi (5’7’’), mais je me suis bien débrouillé. C’était mon deuxième combat dans la ligue ! Je m’étais battu à Bathurst l’an dernier. »

À Drummondville, il n’est pas rare de voir des dizaines de chandails frappés du nom de Simoneau dans les estrades. Son fan-club va le suivre à Guertin vendredi.

« J’ai beaucoup de parents et amis qui se déplacent pour me voir jouer. Ils seront nombreux vendredi. »

Bérubé de retour

Blessé mercredi dernier dans le match contre Moncton, le gardien Tristan Bérubé a repris l’entraînement cette semaine et pourra affronter les Voltigeurs qui en seront à un troisième match en quatre jours.

Toujours solide contre son ancienne équipe, il tentera de mener les Olympiques à leur première victoire au « Vieux Bob » cette saison. « Nous avons eu des chances de gagner quatre de nos cinq matches à la maison. Comme groupe, il faut apprendre à aller chercher les matches qui sont à notre portée. Nous n’avons pas encore réussi chez nous », a signalé le coach Éric Landry.