«La rondelle a frappé ma culotte. C'est mon premier but de la saison sans mon hockey!», a avoué Vincent Dunn, après avoir marqué en prolongation.

Vincent Dunn marque en prolongation

Pour la première fois de la saison, l'Armada de Blainville-Boisbriand n'occupe pas le premier rang de la division Telus-Ouest de la LHJMQ ce matin.
Les Olympiques de Gatineau sont grandement responsables des malheurs de l'équipe de la Rive-Nord de Montréal. Quand Vincent Dunn a compté un but en prolongation pour procurer un gain de 2-1 aux Olympiques au Centre d'excellence Sports Rousseau hier soir, il a aussi permis aux siens de vaincre l'Armada pour la sixième fois en huit duels cette saison.
Pendant que l'Armada (40-16-10) a excellé contre le reste des équipes du circuit Courteau, les équipiers de Benoît Groulx ont maintenu une fiche de 6-1-1 contre les protégés de Jean-François Houle.
La victoire a également permis aux Olympiques (40-22-4) d'atteindre le plateau des 40 victoires cette saison. Huitièmes au classement général avec 84 points et deux rencontres à disputer en saison régulière, ils ont toujours des chances mathématiques d'accéder au sixième rang détenu par Québec (87 points) ou le septième rang détenu par Drummondville (86 points).
Vainqueurs à Rouyn-Noranda hier, les Foreurs de Val-d'Or sont les nouveaux meneurs de la division.
Avantages numériques
À Boisbriand, Vincent Dunn a hérité de la première étoile pour avoir tranché le débat en prolongation. Il a cependant avoué avoir été chanceux en faisant dévier un tir d'Émile Poirier. «La rondelle a frappé ma culotte. C'est mon premier but de la saison sans mon hockey!»
Le but de Dunn a été inscrit pendant un avantage numérique. L'autre but des Gatinois, celui de Frank Schumacher en deuxième période, a également été inscrit sur l'attaque massive. Dans un match serré où la discipline a régné, les Olympiques ont gagné un rare match en raison de leur avantage numérique. Sur la route, ils affichent un faible taux de succès de 11,5% avec l'avantage d'un joueur sur la patinoire. Hier, ils ont marqué deux fois en deux occasions.
«À l'extérieur, notre jeu de puissance n'est pas très reluisant cette saison, mais à nos trois derniers matches sur la route, nous avons marqué quatre buts en avantage numérique. Les joueurs déplacent bien la rondelle et ceux qui doivent tirer le font bien», a indiqué Benoît Groulx après la victoire.
Marc-Olivier Roy a été le seul à déjouer le gardien Robert Steeves pour l'Armada. Il y est parvenu sur le premier lancer du match dès la deuxième minute de jeu. Le gardien des Olympiques s'est toutefois ressaisi en bloquant les 20 autres tirs en sa direction. À l'autre bout de la patinoire, Étienne Marcoux a affronté 26 lancers.
Benoît Groulx disait ne pas avoir de recette miracle pour avoir eu le numéro de l'Armada aussi souvent cette saison.
«S'il y avait un secret, il s'ébruiterait très vite à travers la ligue. Nous avons procédé à quelques ajustements après une première période où nous avons connu un lent départ. Les joueurs voulaient gagner ce match-là. La saison n'est pas finie. Nous sommes toujours dans la course pour améliorer notre sort et nous gagnons des matches sans quatre joueurs réguliers.»
Les Olympiques ont disputé leur dernière partie sur la route hier. Ils vont compléter leur saison en recevant le Phoenix de Sherbrooke vendredi et les Huskies de Rouyn-Noranda samedi.
jfplante@ledroit.com