Louis Robitaille a hâte d’assister au premier match intra-équipe des Olympiques lundi soir à l’aréna Baribeau.
Louis Robitaille a hâte d’assister au premier match intra-équipe des Olympiques lundi soir à l’aréna Baribeau.

Une semaine déterminante

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
L’accueil a permis de casser la glace. Les tests physiques ont révélé certaines informations. Les premiers entraînements sur la patinoire ont été intenses.

La première journée du camp d’entraînement "masqué et sans spectateur" des Olympiques de Gatineau à l’ère de Louis Robitaille est maintenant classé. Au deuxième jour, la compétition va s’élever d’un cran et les outils d’évaluation vont s’accentuer.

Les 34 joueurs invités au camp seront divisés en deux groupes de neuf attaquants, six défenseurs et deux gardiens pour la tenue d’un premier match intra-équipe de trois périodes de 15 minutes lundi soir. Le match se déroulera dans des conditions normales: à cinq contre cinq (six avec les gardiens) et avec des contacts. Équipe Talbot contre Équipe Giroux.

«Je veux voir des joueurs qui travaillent avec acharnement et qui sont engagés, a avancé Louis Robitaille avant de sauter sur la glace dimanche. Nous voulons devenir une équipe difficile à affronter. Nous voulons être physiques. Nous voulons payer le prix. Il y a souvent des choses inaperçues sur des feuilles de pointage qui amènent une équipe à avoir du succès collectivement. Est-ce que les joueurs vont faire des erreurs? Oui! Ils sont plusieurs à ne pas avoir patiné beaucoup cet été. Il y a des erreurs qui sont acceptables et d’autres qui ne le sont pas.»

Dans son discours d’introduction auprès des 34 joueurs qui se sont rapporté à lui, visage couvert, tôt dimanche matin, Robitaille a souligné le privilège qu’ils avaient de jouer au hockey avec tout ce qui se passe dans le monde.

Les alignements pour le premier match intra-équipe lundi soir à l'aréna Baribeau.

«Je pense que les joueurs comprennent qu’ils sont privilégiés. Il n’y a pas beaucoup de monde qui joue au hockey en ces temps de pandémie. Nous avons aussi partagé une vidéo avec les grands artisans des Olympiques: Charles Henry, Pat Burns, Alain Vigneault, Claude Julien, Benoît Groulx, Maxime Talbot, Luc Robitaille, Claude Giroux, Paul Byron et j’en passe. Les joueurs ont vu Guertin plein à craquer pour la conquête de la coupe Memorial. Ça va être important que ce groupe mette son grain de sel dans l’histoire du club.»

Heureux de voir ses joueurs enfiler l’uniforme et le logo des Olympiques pour la première fois, Robitaille a aussi insisté sur la prochaine semaine du camp d’entraînement. Elle sera déterminante avec deux matches intra-équipe et trois matches hors-concours d’ici samedi.

«Ça va être court et intense. Je veux voir des joueurs sortir de leur zone de confort. La fatigue mentale et physique va s’installer. C’est dans ces moments que la vraie personnalité des gens ressort. Comment vont-ils réagir dans l’adversité? Pourront-ils demeurer de bons coéquipiers et aider les autres même quand ils seront au bout de leurs forces? On dit que les bonnes équipes, celles qui gagnent des championnats, ont un esprit d’équipe à toute épreuve. Nous allons traverser de bons et de mauvais moments, mais il faudra toujours nous en sortir ensemble.»