«Le moral est très bon» dans le vestiaire de l’Intrépide de Gatineau. L’équipe a gagné huit de ses 11 matches disputés cette saison.

Une dose de confiance pour l’Intrépide

Une équipe qui joue avec assurance, c’est difficile à arrêter.

Parlez-en aux joueurs et aux entraîneurs de l’Intrépide de Gatineau qui connaissent un début de saison fracassant. Ils ont donc rapidement fait le plein de confiance.

Les hommes de Martin Lafleur affichent un rendement de huit victoires et trois défaites en 11 matches jusqu’à présent cette saison.

« En ce moment, on est une équipe très confiante. Nos joueurs sont enthousiastes et le moral est très bon », relate l’entraîneur-chef de l’équipe.

Ce qui fait la force de l’Intrépide jusqu’à présent ? Son identité de col bleu.

« On veut jouer avec beaucoup de vitesse et d’acharnement, on veut garder une bonne éthique de travail. On veut toujours mettre de la pression sur les joueurs adverses, affirme Lafleur. C’est notre identité, c’est le genre d’équipe qu’on veut être et ça nous permet d’être compétitifs à chaque match. »

Même si l’entraîneur-chef est satisfait de la fiche de son équipe, c’est surtout le rendement de ses joueurs sur la glace qui l’encourage.

« On ne fonde pas notre jugement ou notre évaluation sur les résultats. On aime les résultats qu’on a eus jusqu’à maintenant, mais ce qui est important pour nous ce n’est pas nécessairement le résultat, mais plutôt comment on joue. Surtout en début de saison, on veut s’assurer de jouer du mieux qu’on peut tôt dans l’année pour que ça se poursuive ensuite tout au long de la saison. »

Lafleur est conscient que la saison n’est vieille que de 10 matches. C’est pourquoi il ne s’emballe pas trop malgré ce début de saison positif.

« On sait qu’on a des choses à améliorer. On doit améliorer notre constance et notre jeu sans la rondelle. Il reste encore beaucoup de hockey à jouer, la saison est encore jeune. On est dans une ligue extrêmement compétitive. On joue souvent des matches très serrés. On veut continuer de progresser chaque jour », souligne-t-il.

L’Intrépide excelle à domicile cette saison, lui qui a remporté six de ses sept matches sur la glace du Complexe Branchaud-Brière. Les Gatinois ont de plus marqué 36 de leurs 42 buts devant leurs partisans. C’est toutefois plus laborieux à l’étranger alors que l’équipe n’a signé que deux victoires sur les patinoires adverses, accumulant un maigre total de six buts.

Les succès du club se sont d’ailleurs poursuivis mercredi soir au Complexe Branchaud-Brière alors que l’Intrépide est venu à bout des Riverains du Collège Charles-Lemoyne par la marque de 5 à 4 en tirs de barrage.

Les Gatinois, qui revenaient d’un long congé de sept jours, n’ont pas semblé trop rouillés en début de match. Le meilleur pointeur de l’équipe, Marc-Antoine Séguin, a ouvert la marque à l’aide d’un tir des poignets précis. La réplique des visiteurs est venue du bâton de Mathys Beaudoin, moins de deux minutes plus tard.

Après une période médiane au cours de laquelle les Riverains ont pris l’avantage, l’Intrépide est revenu de l’arrière deux fois plutôt qu’une en troisième période pour niveler la marque à quatre buts de chaque côté.

La prolongation n’aura pas su faire de maître, si bien que des tirs de barrage ont été nécessaires. C’est finalement Marc-Antoine Séguin qui a tranché le débat pour procurer la victoire aux siens.

Le gardien Médéric Blouin-Rochon a tenu le fort devant la cage de l’Intrépide en repoussant 23 des 27 rondelles dirigées vers lui. Il s’est aussi dressé devant les trois tireurs des Riverains durant les tirs de barrage.

Le prochain match de l’Intrépide aura lieu samedi au Complexe Branchaud-Brière. Les Gatinois recevront la visite des Chevaliers de Lévis à l’occasion de la cinquième édition du Match en rose. Les profits récoltés durant la rencontre seront versés à la fondation Les Rêves de Monique qui offre du support aux victimes du cancer du sein.