Réal Paiement est maintenant l'entraîneur des Gee Gees de l'Université d'Ottawa.

Un «vieil ami» pour relancer l'avantage numérique

Benoît Groulx a fait appel à un vieil ami pour venir lui donner un coup de main afin de relancer un avantage numérique déficient depuis trop longtemps.
Embauché à titre de consultant pendant la saison morte, Réal Paiement était sur la patinoire du centre Guertin hier matin pendant que les Olympiques effectuaient du travail avec leurs joueurs des unités spéciales.
Paiement est maintenant l'entraîneur des Gee Gees de l'Université d'Ottawa, mais il a déjà remporté 541 matches dans la LHJMQ, le troisième plus haut total de l'histoire. Il a notamment dirigé Benoît Groulx à l'époque où il jouait pour les Bisons de Granby.
« Ça fait quelques fois que Réal vient faire son tour à nos entraînements cette saison. Quand nous l'avons embauché, l'une de ses tâches était de venir travailler avec nos entraîneurs selon sa disponibilité. Aujourd'hui, nous lui avons demandé de venir travailler notre avantage numérique afin que nos joueurs entendent une voix différente », a expliqué Benoît Groulx.
Malgré la présence de plusieurs joueurs talentueux, l'attaque à cinq des Olympiques est 17e rang de la LHJMQ avec un taux de succès de 16,1 %. « Nos joueurs sur l'avantage numérique doivent adopter une attitude différente d'ici la fin de l'année. »
Benoît Groulx a pesté contre les passes imprécises de ses meilleurs joueurs après les revers à Baie-Comeau et Chicoutimi en fin de semaine dernière. Le calendrier des Olympiques sera difficile d'ici la fin de la campagne. Plusieurs matches sont au programme contre des formations de premier plan. S'ils veulent éviter de chuter dans le classement extrêmement serré, ils devront profiter de leurs attaques massives pour inscrire des buts. Les unités spéciales font souvent la différence dans les rencontres chaudement disputées.