Les Olympiques auraient pu se libérer de l’emprise des Voltigeurs la semaine dernière s’ils avaient pu vaincre des équipes situées tout près d’eux au classement, mais ils se sont inclinés contre Blainville-Boisbriand et Val-d’Or.

Un combat inégal

BILLET / Avez-vous la fièvre du printemps, partisans des Olympiques ?

En temps normal, vous l’auriez. Le centre Robert-Guertin a été le théâtre de grands moments d’extase au fil des ans pour l’équipe la plus titrée de la LHJMQ, mais les mois de mars des dernières années ont manqué de piquant.

L’équipe gatinoise n’a pas gagné une ronde éliminatoire depuis 2016 et elle se dirige tout droit vers un balayage en règle face aux Voltigeurs de Drummondville cette année. Devant la troisième meilleure machine de hockey au Canada, j’ai la ferme impression que la dernière victoire au « Vieux Bob » cette année aura été celle du 8 mars contre les Remparts de Québec.

Les Olympiques auraient pu se libérer de l’emprise des Voltigeurs la semaine dernière s’ils avaient pu vaincre des équipes situées tout près d’eux au classement, mais ils se sont inclinés contre Blainville-Boisbriand et Val-d’Or.

S’ils n’ont pas été capables de gagner ces matches à leur portée, je vois mal comment ils réussiront à le faire quatre fois contre un club bondé de joueurs vedettes.

Il y a quelques semaines à peine, les Gatinois luttaient encore pour l’avantage de la glace au premier tour des séries, mais tout s’est effondré et ils ont finalement terminé la saison à 13 points des Tigres de Victoriaville. Il y a encore une semaine, ils pouvaient toujours espérer un duel de premier tour contre un club en reconstruction. Ça aurait été génial. Il y aurait eu de l’espoir. Même un rendez-vous contre le Phoenix de Sherbrooke aurait pu permettre de rêver, mais les Olympiques ont échoué dans les matches où ils devaient gagner. Aujourd’hui, ils sont pris à lutter contre un club qui aspire sérieusement à la coupe du Président sans leur capitaine Gabriel Bilodeau et sans Creed Jones, leur gardien le plus expérimenté.

Le combat semble bien inégal. Drummondville a amassé 107 points en saison régulière. Les Olympiques 52. Joe Veleno, le meilleur compteur des Voltigeurs a récolté 104 points. Giordano Finoro, le meilleur des Olympiques, en a totalisé 51. Le meilleur joueur des Olympiques contre Drummondville en saison régulière est maintenant un membre des Mooseheads de Halifax. Maxim Trépanier avait inscrit huit points en quatre matches.

La fièvre du printemps ? Un sondage maison sur mon compte Twitter m’a permis de trouver la réponse. Seulement 29 % des répondants ont indiqué qu’ils avaient hâte d’assister à la série Gatineau-Drummondville. Les autres ont dit qu’ils avaient surtout hâte au repêchage à Québec (34 %) ou pensaient déjà à l’année prochaine (37 %).

Il y avait un certain engouement en ce début de saison chez les Olympiques. Les partisans ont été nombreux à assister aux premiers matches de ce jeune club prometteur où Shawn Boudrias (lui aussi échangé) s’était avancé en disant qu’il voyait l’équipe dans le top-6 aux Fêtes.

L’espoir a graduellement fait place à des déceptions et à une autre vente de feu où même le capitaine Jeffrey Durocher a été échangé.

Maintenant, l’avenir des Olympiques va réellement passer par le repêchage à Québec. Le club aura deux choix de première ronde, un en deuxième ronde et deux autres en quatrième ronde. En attendant, les partisans devront encore souffrir un peu, l’instant d’une série contre les Voltigeurs.

Souhaitons que le pire de la reconstruction soit passé parce que l’an prochain, pour la dernière au « Vieux Bob », il serait vraiment excitant de vivre une dernière fois l’ambiance incomparable qu’offre ce vénérable temple du hockey quand les Olympiques ont un club compétitif. Les fantômes ne demandent que ça pour revenir hanter les étrangers !