André Tourigny dirigera Équipe Canada junior lors du prochain Championnat mondial présenté en Alberta en 2021.

Tourigny à la barre d’Équipe Canada junior

André Tourigny ne se souvient pas du moment exact où il a rêvé de diriger Équipe Canada junior pour la première fois.

Natif de Nicolet en Mauricie, l’entraîneur-chef de 45 ans s’est vu confier le prestigieux poste lundi.

Après avoir aidé le Canada à monter sur la plus haute marche du podium en République tchèque au début du mois de janvier dans un rôle d’adjoint à Dale Hunter, il aura le mandat de répéter l’exploit dès le prochain Championnat mondial junior présenté en Alberta en 2021.

L’entraîneur-chef des 67’s d’Ottawa s’est dit honoré d’obtenir le privilège de mener la destinée des meilleurs hockeyeurs juniors au pays, une tâche qui lui semblait impossible à ses débuts comme entraîneur-chef des Huskies de Rouyn-Noranda en 2002-03.

« En 2006, je ne parlais pas encore l’anglais. Quand mon adjoint Danny Dupont nous a quittés pour joindre les Lions du Lac Saint-Louis cette année-là, il fallait que j’apprenne cette langue pour communiquer avec mes leaders, dont plusieurs étaient des anglophones. Ce n’est pas que je ne voulais pas devenir entraîneur-chef de l’équipe nationale junior, c’est juste qu’à ce moment-là, c’était carrément impossible », a-t-il expliqué au Droit après l’annonce de sa nomination.

Deux ans plus tard, en 2008, il vivait sa première expérience avec le programme national des moins de 18 ans : une médaille d’or à la classique Ivan Hlinka dans un club mené par Matt Duchene, Taylor Hall, Ryan O’Reilly et Brayden Schenn.


« Si vous m’aviez dit que je dirigerais un jour Équipe Canada junior, je ne vous aurais pas cru ! Mon anglais était assez de base ! »
André Tourigny

« Bill Peters était l’entraîneur-chef et Steve Spott était l’autre adjoint. Ils m’avaient beaucoup aidé, mais à cette époque, si vous m’aviez dit que je dirigerais un jour Équipe Canada junior, je ne vous aurais pas cru ! Mon anglais était assez de base ! »

Depuis, Tourigny a gagné la médaille d’or comme entraîneur-chef avec l’équipe nationale des moins de 18 ans en 2018. Il a été adjoint quatre fois avec l’équipe des moins de 20 ans (2010, 2011, 2013, 2020), remportant deux médailles d’argent et une d’or.

Dans la continuité logique du programme de Hockey Canada, c’était au tour de Tourigny de prendre les commandes du club.

« Mon ascension s’est faite en deux temps. Avant de prendre un poste d’adjoint dans la LNH [2013-2016], j’étais proche d’avoir le poste d’entraîneur-chef de l’équipe nationale. À mon retour au hockey junior, je n’ai pas immédiatement fait part de mon intérêt pour le poste. Je voulais me donner le temps de retomber sur mes pattes pour apprendre à connaître les joueurs et voir où ils étaient rendus dans leurs cycles. Aussi, je suis arrivé dans une nouvelle ligue en Ontario il y a trois ans. Dans mon cheminement, j’étais rendu là où le poste d’entraîneur-chef était à nouveau accessible. »

L’an prochain, à Edmonton et Red Deer, il tentera d’imiter les deux plus récents entraîneurs-chefs québécois à avoir gagné l’or : Dominique Ducharme en 2018 et Benoît Groulx en 2015.

Ressentira-t-il la pression de tout un pays qui craque pour cette bande d’adolescents à chaque temps des Fêtes ?

« Du moment que tu prends un job d’entraîneur-chef, il y a de la pression. Si tu ne veux pas de pression, tu n’as pas ta place à ce poste. »

André Tourigny ignore qui seront les joueurs qui vont composer sa formation en 2021, mais il retrouvera plusieurs éléments qui ont croqué dans l’or avec lui à la Classique Hlinka-Gretzky en 2018.

« On va souhaiter que plusieurs de nos joueurs soient repêchés dans la LNH et que leurs équipes respectives nous les prêtent pour le tournoi ! », a dit celui dont la famille est établie à Kanata depuis son passage avec les Sénateurs d’Ottawa en 2015-16.

Même s’il a quitté la Mauricie depuis près de 20 ans, Tourigny n’a pas oublié ses racines. Profitant de rares journées de congé la semaine dernière, il est allé faire un tour chez ses parents à Sainte-Monique jeudi et vendredi en plus de profiter de sa visite pour aller pêcher sur la glace avec chums au lac Saint-Pierre.

Tourigny ne sera pas le seul membre des 67’s à travailler dans le programme d’excellence de Hockey Canada la saison prochaine. Le directeur général James Boyd supervisera les opérations des équipes des moins de 17 ans.