Le duo Sam Pollock et Scotty Bowman avec le Canadien à Montréal.
Le duo Sam Pollock et Scotty Bowman avec le Canadien à Montréal.

Scotty Bowman, pionnier du hockey junior... à Hull

Pat Burns. Alain Vigneault. Claude Julien. Voilà trois entraîneurs qui ont appris à gagner à Hull avant de diriger le Canadien de Montréal dans la LNH.

Bien avant ce trio célèbre, un autre personnage plus grand que nature avait fait ses classes à Hull en dirigeant la première équipe à faire vibrer les colonnes du centre Robert-Guertin en 1957.

Avant la saison 1956-57, le Canadien junior de Montréal avait déménagé son club à Ottawa. Sam Pollock avait été son premier entraîneur-chef. Il avait choisi Scotty Bowman comme adjoint.

À LIRE AUSSI : Des noms et des adresses

Les premières vedettes à patiner à Hull

Pollock, le plus futé des directeurs généraux de l’histoire de la LNH.

Bowman, détenteur du record du plus grand nombre de victoires et aussi l’entraîneur le plus décoré de l’histoire du même circuit.

Deux futurs membres du Temple de la renommée derrière le banc de la même équipe junior. Époustouflant.

À leur première année à Ottawa, les Canadiens disputent leurs matches à l’Auditorium au coin des rues O’Connor et Argyle. Parce qu’ils ne s’alignent pas dans une ligue spécifique, les meilleurs espoirs du grand club attirent peu, mais ils atteignent la finale de la coupe Memorial contre Flin Flon en 1957.

L’année suivante, Pollock cède les rênes à Scotty Bowman. L’équipe devient officiellement les Canadiens d’Ottawa-Hull et jouera la moitié de ses matches à Ottawa et l’autre moitié dans le «nouvel» aréna de Hull, qui deviendra plus tard le centre Robert-Guertin.

En 1958, Scotty Bowman inscrit son nom sur le premier d’une série de trophées prestigieux. La coupe Memorial.

À l’époque, l’emblème de la suprématie du hockey junior canadien était décerné au gagnant d’une série quatre de sept entre les champions de l’Est et de l’Ouest du Canada. Les Canadiens ont battu les Pats de Régina en six matches. Deux matches avaient été disputés à Hull, mais le match ultime s’était déroulé à Ottawa.

Neuf fois champions de la coupe Stanley dans un rôle d’entraîneur-chef, Scotty Bowman s’en souvient encore.

«L’arrivée du nouvel amphithéâtre à Hull avait fait du bien. L’Auditorium avait été construit en 1923. Il se faisait déjà vieux, mais l’aréna de Hull était tout neuf. Il était confortable. Il avait près de 5000 sièges et nous attirions beaucoup plus de partisans à Hull qu’à Ottawa. La glace était surtout d’excellente qualité», a expliqué au Droit le double récipiendaire du trophée Jack-Adams remis au meilleur entraîneur de la LNH.


« C’est à Ottawa et Hull que tout a vraiment commencé pour moi. »
Scotty Bowman

Bien sûr, les Olympiques de Hull ont remporté la coupe Memorial sur la glace de Guertin en 1997, mais en réalité, la glorieuse histoire du hockey junior en Outaouais a commencé dès la saison inaugurale de l’aréna de la rue Carillon.

D’ailleurs, Scotty conserve un souvenir favorable de feu 

Robert Guertin.

«C’était un échevin célèbre à Hull. Il était très populaire auprès de la communauté sportive.»

22 ans

Scotty Bowman avait 22 ans lorsque Sam Pollock l’a traîné avec lui à Ottawa. Même s’il travaillait déjà pour le Canadien de Montréal, c’était la première fois que ce vendeur de peinture chez Sherwin-Williams pouvait vivre exclusivement du hockey.

«C’est à Ottawa et Hull que tout a vraiment commencé pour moi. J’ai passé deux belles saisons là-bas. J’ai adoré mon passage en Outaouais. Avec Sam, nous avons fait la finale de la coupe Memorial en 1957. En 1958, mon équipe l’a gagné. En 1959, je suis allé diriger les Petes de Peterborough, un autre club junior associé au Canadien. Nous avons gagné le championnat de l’Ontario avant de perdre en finale de la coupe Memorial contre les Braves de Winnipeg. C’est un trophée difficile à gagner parce que tu perds des joueurs en raison de leurs âges.»

Avant de devenir un monument du hockey en dirigeant les meilleurs joueurs au monde pendant cinq décennies, d’être élu au Temple de la renommée du hockey (à Ottawa en même temps que Denis Potvin) et de gagner 1244 matches dans la LNH (il conserve une avance de plus de 300 victoires sur Joel Quenneville au deuxième rang), Scotty Bowman a été le premier à établir une tradition d’excellence au «Vieux Bob». 

Il faudra s’en souvenir quand le vénérable «Forum du hockey junior» fermera ses portes au terme de la prochaine saison.