Dale Hawerchuk et les Royals de Cornwall lors de la visite des Éperviers de Sorel au complexe civique. Ces deux villes ne possèdent plus de franchise de hockey junior majeur.
Dale Hawerchuk et les Royals de Cornwall lors de la visite des Éperviers de Sorel au complexe civique. Ces deux villes ne possèdent plus de franchise de hockey junior majeur.

Royals: la guerre des tuques, version Cornwall

À quel point les gens de Cornwall aimaient-ils leurs Royals? Ils étaient prêts à tout pour les défendre. Doug Gilmour se souvient d’une bataille à coups de boules de neige durant un match éliminatoire.

La scène se passait en avril 1981 durant sa saison recrue. «Nous étions en demi-finale contre Sherbrooke. C’était le septième match de la série. Une bagarre générale a éclaté avec deux minutes à disputer à la deuxième période. Les deux équipes avaient été renvoyées dans leur vestiaire respectif, explique Gilmour, qui a joué trois ans à Cornwall avant de briller dans la LNH.

«Nos partisans étaient sortis de l’aréna pendant l’entracte. Il neigeait dehors. Les gens étaient rentrés avec des boules de neige qu’ils avaient lancées en direction des arbitres avant le début de la troisième période! La zamboni avait dû ressortir pour refaire la glace!»

À LIRE AUSSI: Les Royals, l’équipe junior locale oubliée

> Royals de Cornwall: une conquête dans des débris et... un poulet vivant

Dan Daoust, lui, aura trouvé l’amour à Cornwall durant ses trois saisons passées en bordure du fleuve Saint-Laurent. Sa femme Julie Lalonde l’a suivi ensuite dans son aventure chez les pros avant de s’établir à Markham avec leurs enfants Josée, Mélanie et Éric.

«Il y a tellement du bon monde à Cornwall. Mes parents avaient même décidé de partir de Kirkland Lake pour venir habiter à Cornwall lors de ma dernière saison.»


« Nos partisans étaient sortis de l’aréna pendant l’entracte. Il neigeait dehors. Les gens étaient rentrés avec des boules de neige qu’ils avaient lancées en direction des arbitres avant le début de la troisième période! »
Doug Gilmour

Natif du Nord ontarien, Gilles Crepeau a décidé de demeurer dans l’Est ontarien après son parcours chez les Royals. Il est devenu chef pompier à Cornwall avant d’accepter un poste similaire dans la municipalité de South Stormont, à Long Sault.

Quant à Doug Gilmour, il trouve encore le moyen de visiter son restaurant favori, même s’il habite maintenant à Kingston. «Quand je vais voir mon plus jeune garçon jouer en troisième division dans les rangs collégiaux américains dans l’état de New York, j’effectue toujours un arrêt au Blue Anchor, qui est encore en affaires le long de la route régionale 2», souligne-t-il.