Le choix de première ronde 2018 des Olympiques de Gatineau, Pier-Olivier Roy.

Roy a les deux pieds sur terre

Les partisans des Olympiques de Gatineau attendaient ce jour depuis longtemps.

Pour la première fois depuis 2014, ils se sont rendus à l’ouverture d’un camp d’entraînement pour épier un choix de première ronde en chair et en os. Choisi au neuvième rang de la séance de sélection 2018 de la LHJMQ, Pier-Olivier Roy n’a pas marqué dans le premier match intra-équipe des recrues — gagné 5-2 par son équipe —, mais il a démontré de la vitesse et de la combativité tout en participant à plusieurs belles pièces de jeu.

L’attaquant de 16 ans savait que les regards seraient tournés vers lui. Il s’y était préparé pendant tout l’été.

« Je sais que le premier choix d’une équipe, ça vient toujours avec un peu de pression. Il y a des attentes envers moi et mon jeu, mais dans un camp, nous sommes tous sur un pied d’égalité. Nous essayons tous de nous faire une place. Je ne pense pas que les joueurs me regardent plus que les autres. »

Joueur étoile des Chevaliers de Lévis où il a récolté 14 buts et 50 points en 40 matches à 15 ans dans la Ligue midget AAA du Québec, Roy a avoué qu’il était un peu agité avant son premier match intra-équipe.

« J’étais nerveux, mais je le suis toujours parce que je veux bien performer. J’avais des papillons à l’estomac, mais ils sont partis après ma deuxième présence sur la glace. Ça patinait pas mal. Le jeu était rapide. En même temps, nous sommes tous conscients que ce n’est pas encore le calibre junior majeur. Les vétérans ne sont pas là. »

En attendant les vétérans, c’est un joueur qui en est à son deuxième camp à Gatineau qui s’est illustré du côté des Blancs jeudi. L’Américain Benjamin Raymond a compté deux fois. Le défenseur gatinois Julien Prévost, Maxime Lavoie et Johnny Howie (sur un tir de pénalité) ont complété la marque pour les vainqueurs. Kieran Craig et Jérémy Quesnel, deux invités d’Alexandria dans l’Est ontarien, ont assuré la réplique des Noirs.

L’entraîneur-chef Éric Landry a bien aimé ce qu’il a vu sur la patinoire. « Il y avait beaucoup de vitesse et plus de talent qu’à nos derniers camps. Il y a eu bien plus que deux ou trois joueurs qui se sont démarqués. »

Sur sa première impression de son choix de première ronde, Landry a indiqué qu’il avait « bien fait ça » avec « de belles passes pour construire des jeux ».

Landry décrit Roy comme un joueur combatif et intelligent avec plusieurs habiletés. Il est loin d’être le seul à avoir cette opinion. Cet été, Roy a été invité au camp de développement de l’équipe canadienne U17 à Calgary.

« J’ai passé une semaine là-bas. Ça m’a aidé à me préparer pour ce camp. À la maison (en Beauce), je me suis beaucoup entraîné. J’ai côtoyé des joueurs de la LHJMQ dont Anthony Poulin de l’Armada et Nathaniel Doyon des Islanders de Charlottetown. Ils m’ont conseillé de ne pas me stresser avec mon premier camp. Ils m’ont dit de jouer comme j’en étais capable et que de bonnes choses allaient se passer. »

Même avec son statut de premier choix et son directeur des opérations hockey qui a mentionné que le plan était de l’utiliser aux côtés du Russe Iaroslav Likhachev, Roy ne veut rien tenir pour acquis.

« Ils pensent que je vais bien faire, mais si mon jeu est ordinaire, ils vont peut-être vouloir me retourner dans le midget. Il faut que je fasse ma place en jouant à la hauteur de mon talent. »

Pour l’instant, Roy n’a qu’un seul objectif : se tailler une place avec l’équipe.

« Je ne pense pas plus loin. Si je fais l’équipe, ils vont me donner des objectifs et je m’en donner aussi, mais je verrai rendu là. »

+

LES OLYMPIQUES EN BREF

Des ajouts au camp

Les Olympiques ont ajouté un troisième invité américain jeudi en obtenant la libération du défenseur de l’État de New York Liam Whitehouse. Âgé de 17 ans,  c’est un colosse de 6’3’’ et 190 livres. Le directeur des opérations hockey a aussi annoncé que deux autres agents libres avaient été invités au camp principal du club en fin de semaine. Ainsi, Jean-Philippe Tourigny, fils de l’entraîneur-chef des 67’s d’Ottawa André Tourigny, tentera de se tailler une place devant le filet. Le gardien de 18 ans a disputé la dernière saison avec les Braves de Richmond dans la Ligue junior B de l’Est ontarien. Il avait été repêché par les Huskies de Rouyn-Noranda en 2016. L’attaquant ontarien Brandon Yeamens, 20 ans, obtiendra aussi un essai. Il a joué quelques matches avec les Majors de Mississauga dans la Ligue de l’Ontario.

***

Des exemptions

Même s’ils ont le statut de joueur recrue dans la LHJMQ, les attaquants Brandon Frattaroli et Lucas Reeves passeront directement au camp principal la semaine prochaine. Les deux joueurs sont âgés de 18 ans et ils ont été dominants dans la Ligue midget AAA du Québec l’an dernier. Frattaroli a été vice-champion compteur avec 29 buts et 64 points en 35 matches alors que Reeves a été le 13e compteur juste derrière Pier-Olivier Roy (voir texte ci-bas) de la ligue avec 48 points en 38 parties. Il avait été un choix de 11e ronde des Olympiques en 2016. Quant à Frattaroli, il a été obtenu dans l’échange qui avait envoyé le défenseur de 20 ans Will Thompson aux Huskies de Rouyn-Noranda en janvier dernier. Frattaroli avait été un joueur invité au camp des Huskies. Il n’a jamais été repêché dans la LHJMQ.

***

Entre les lignes

Même si les Olympiques tiennent leur camp d’entraînement au Complexe Branchaud-Brière cette année pour éviter les épisodes de brouillard au centre Robert-Guertin, la glace du « Vieux Bob » est déjà prête et son plafond est en train de subir une modification. Un anneau a été arraché sous le tableau indicateur afin de le remplacer par des écrans géants qui permettront de faire de l’animation. Le tout devrait être installé d’ici deux semaines... Le hockey coule dans les veines de la famille Groulx à Gatineau. Jeudi, la mère de Benoît Groulx est venue faire un tour à l’ouverture du camp des Olympiques même si son fils et son petit-fils sont rendus bien loin d’ici. « Comme mon petit-fils est trop loin (Benoît-Olivier à Halifax), aussi bien venir voir ça aujourd’hui », a lancé Marie en riant.