Marco Rossi est devenu le huitième joueur de l’histoire des 67's à recevoir le trophée Red-Tilson remis au joueur par excellence de la Ligue de l’Ontario.
Marco Rossi est devenu le huitième joueur de l’histoire des 67's à recevoir le trophée Red-Tilson remis au joueur par excellence de la Ligue de l’Ontario.

Rossi, joueur par excellence de la LHO

Autre preuve incontestable de leur domination sur la patinoire cette saison, la pluie d’honneurs individuels continue de déferler sur les joueurs des 67’s d’Ottawa.

Jeudi, Marco Rossi est devenu le huitième joueur de l’histoire du club à recevoir le trophée Red-Tilson remis au joueur par excellence de la Ligue de l’Ontario (LHO).

Un des meilleurs espoirs du prochain repêchage de la LNH, Rossi a amassé 39 buts et 81 mentions d’aide pour un total de 120 points en 53 matches. Sa moyenne de 2,14 points par match est la plus élevée depuis celle de Connor McDavid (2,55) en 2014-15. Dans 34 de ses 53 matches, il a accumulé plus d’un point. À 23 reprises, il a connu des matches de trois points et plus.

Joueur complet dans les deux sens de la patinoire, l’Autrichien de 18 ans a aussi dominé la LHO avec un différentiel de +69. Il est le premier porte-couleurs des 67’s à graver son nom sur le trophée Red-Tilson depuis Corey Locke en 2003-04. Il devient seulement le deuxième joueur d’origine européenne à recevoir ce titre.

Justement, cet honneur ne lui aurait jamais été attribué s’il n’avait pas fait à sa tête. Son père, Michael Rossi, est un ancien joueur vedette professionnel en Autriche. Il n’était pas chaud à l’idée de laisser partir son fils en direction du Canada avant la saison 2018-19. Il aurait aimé le retenir à la maison une année de plus, mais Marco a une volonté de fer. Pour lui, son chemin vers la LNH devait passer par la meilleure ligue de hockey junior au monde. Cette ligue, c’était la Ligue canadienne de hockey (LCH).

«C’est un choix que j’assume à 100 %. C’était la meilleure décision que je pouvais prendre. Pour être honnête, c’était un choix facile à faire parce que les 67’s d’Ottawa forment une excellente organisation. Ils ont des entraîneurs chevronnés. Je note le professionnalisme de chacun. Tout ce que je veux dans la vie, c’est de m’améliorer tous les jours. Les 67’s m’offraient cette possibilité et c’est ce qui s’est produit», a expliqué le joueur de centre de 18 ans à partir de sa résidence de Feldkirch en Autriche.

En deux saisons avec les 67’s, il aura inscrit 185 points en 109 matches de saison régulière. Il a ajouté 22 points en 17 matches des séries éliminatoires quand les Ottaviens ont atteint la finale de la LHO au printemps 2019. Les 67’s (50-11-1) étaient encore plus puissants cette saison.

«Après avoir perdu en finale l’an dernier, notre concentration était axé sur le championnat de cette année. Nous étions exactement là où nous voulions être. Nos chances étaient bonnes avant que tout s’arrête.»


« Tout ce que je veux dans la vie, c’est de m’améliorer tous les jours. »
Marco Rossi

Saut chez les pros

Marco Rossi devrait être un des 10 premiers joueurs sélectionnés au prochain repêchage de la LNH. Dans sa tête, la seule façon de revenir à Ottawa repose entre les mains des Sénateurs, qui devraient sélectionner deux des cinq premiers joueurs de l’encan 2020.

«Je ne pense pas retourner au hockey junior l’année prochaine. Ça va dépendre de l’équipe qui va me repêcher. Dans mon esprit, je suis rendu à l’étape de jouer au hockey professionnel. Ottawa est une belle ville qui ressemble à des villes européennes. Les gens sont amicaux, mais je ne contrôle pas le repêchage.»

Meilleur compteur de la LHO à 18 ans, Marco Rossi n’a plus rien à prouver au hockey junior. Tout ce qu’il peut faire en temps de pandémie, c’est de redoubler d’ardeur à l’entraînement. Sur Twitter, il publie d’ailleurs des vidéos de ses entraînements spéciaux. On peut notamment le voir renforcer son tronc en gardant l’équilibre sur un ballon ou encore en marchant sur un cable entre deux arbres.

«Je ne peux pas patiner, alors je m’entraîne deux fois par jour hors glace en variant mes exercices.»

Au scrutin auprès des journalistes, Rossi a recueilli 62 % des votes. Cole Perfetti (Saginaw) a pris le deuxième rang avec 13 % des suffrages.