En 2016, Benoît-Olivier Groulx a été le premier joueur sélectionné lors du repêchage de la LHJMQ.
En 2016, Benoît-Olivier Groulx a été le premier joueur sélectionné lors du repêchage de la LHJMQ.

Repêchage LHJMQ: une anomalie pour l’Outaouais

À moins d’une véritable surprise, les hockeyeurs de l’Outaouais devront s’armer de patience devant leurs écrans de téléphone avant d’être réclamés par une équipe de la LHJMQ le week-end prochain.

Tristan Reid a été identifié comme meilleur espoir de la région au repêchage 2020 du circuit Courteau.

L’attaquant de l’Intrépide midget espoir a été classé entre les rondes 6 à 8 par le Centre de soutien au recrutement (CSR) de la LHJMQ. L’autre outil de référence, Hockeyprospect.com, l’a classé au 108e rang. Heureux hasard, ce choix situé en sixième ronde est détenu par les Olympiques de Gatineau.

Le défenseur Samuel Kimmerly (112e), le petit attaquant Jérémy Fortin (142e) et l’ailier droit Jonathan Presseau-Pieschke (148e) sont les autres patineurs de l’Outaouais à percer le top-150 de Hockeyprospect.com. Jérémy Fortin est le seul à avoir joué à temps plein dans la Ligue midget AAA du Québec. Le CSR a quant à lui placé les gardiens Benoît Forget et Zachary Major entre les rondes 9 à 12.

La cuvée des joueurs nés en 2004 sera donc acidulée à la séance de sélection du circuit Courteau. Inquiétant?

Pas tout à fait. Il s’agirait plutôt d’une anomalie identifiée depuis longtemps déjà. Les cuvées des joueurs nés en 2005 et 2006 s’annoncent excellentes en Outaouais. Les joueurs d’âge pee-wee sont également fort prometteurs.

Aussi, un document soigneusement préparé et publié sur Twitter par Michael Smith, un recruteur de l’Armada de Blainville-Boisbriand, démontre que les joueurs en provenance de l’Intrépide midget AAA se sont plutôt bien démarqués lors des quatre derniers repêchages de la LHJMQ.

Dix-huit de ses joueurs ont été repêchés lors des séances de 2016 à 2019. Parmi les 53 équipes de l’Est du Canada où la LHJMQ a pigé depuis quatre ans, l’Intrépide arrive au 15e rang. Les Chevaliers de Lévis mènent le bal avec 36 joueurs repêchés.

Fait intéressant, 72,2 % des joueurs sélectionnés de l’Intrépide ont joué au moins un match dans la LHJMQ, bon pour le 8e rang dans l’Est du Canada. Ce n’est pas tout. L’Intrépide pointe au quatrième rang avec 27,8 % de ses joueurs repêchés qui ont joué au moins 100 matches dans la LHJMQ, supplantant les grands marchés de Magog et Lévis.

Joueurs de qualité

Mieux encore, avec une moyenne de 36,2 points récoltés par joueur repêché, les anciens de l’Intrépide midget AAA sont les deuxièmes plus productifs de la LHJMQ derrière les Vikings de St-Eustache (38,6 points).

Hendrix Lapierre 

L’Intrépide a été propulsé par Benoît-Olivier Groulx et Hendrix Lapierre, les premiers choix des repêchages de 2016 et 2018. Xavier Simoneau a été un choix de première ronde en 2017. Tyson Hinds et Emerik Despatie ont été choisis en deuxième ronde en 2019.

Pour Alain Sanscartier, responsable de la structure de l’Intrépide avec son programme sport-études à la polyvalente Nicolas-Gatineau, la cuvée des joueurs nés en 2004 a toujours été une source d’interrogation.

«C’est sûr que l’Intrépide midget AAA n’a pas produit plusieurs espoirs pour le prochain repêchage de la LHJMQ, mais plus de la moitié de notre club avait déjà été repêché l’an dernier. Nous savions depuis longtemps que la cohorte de 2004 ferait exception à la règle de nos dernières années. Par contre, nous anticipons une très forte année avec nos 2005. Il reste encore du chemin à faire pour ces joueurs, mais ce sera très prometteur au niveau du talent et de la profondeur.»

Les 2005

Le gardien Olivier Brideau, les défenseurs Nicolas Bilodeau, Anthony Clutchey, Émile Perron ainsi que les attaquants Francis Woods, Christopher Talbot et Alexis Bourque feraient déjà saliver les recruteurs de la LHJMQ pour le repêchage 2021. D’autres joueurs de cette équipe numéro un au Québec pourraient aussi faire carrière dans le circuit Courteau.

Il n’y aura pas de Groulx, de Lapierre ou de Simoneau dans le prochain repêchage de la LHJMQ, mais ce n’est qu’une partie remise pour les hockeyeurs de l’indicatif régional 819.