Plusieurs hockeyeurs de l’Outaouais seront repêchés par des équipes de la LHJMQ samedi à Québec, mais Emerik Despatie représente l'un des meilleurs espoirs au poste de gardien de but.

Repêchage de la LHJMQ: Despatie, le premier gardien repêché ?

Emerik Despatie a commencé sa saison avec une déception. Il a été le dernier gardien retranché par l’Intrépide de Gatineau midget AAA.

Au rayon des mauvaises nouvelles, ce fut la dernière pour le gardien de 15 ans. Après, il n’y a eu que des hauts et plusieurs surprises.

Tellement que samedi à Québec, il pourrait être le premier gardien réclamé à la séance de sélection de la LHJMQ. Il y a cependant un petit problème. Il ne sera pas sur place pour revêtir son nouveau chandail. Parce que le repêchage a été repoussé d’une semaine en raison d’un spectacle à Québec, un conflit d’horaire est apparu avec le camp d’excellence des gardiens de Hockey Canada à Calgary. Le gardien de Cantley, de même que les trois autres gardiens les mieux classés par le Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ vont tous rater le grand jour.

« C’est plate de ne pas pouvoir être là, mais je vais retenir le côté positif en sachant que je vais vivre une expérience inestimable avec les meilleurs gardiens au Canada », a dit celui qui s’est envolé vers l’Alberta mercredi.

À LIRE AUSSI :

Hinds aura une pensée pour son père au repêchage de la LHJMQ

L’invitation de Hockey Canada, c’est la cerise sur le gâteau. Despatie ne s’y attendait pas, mais c’est une autre récompense pour la belle saison qu’il a connue avec l’Intrépide midget espoir. Son club a pris le premier rang de la Ligue d’excellence du Québec avec une fiche de 23-3-6 en saison régulière en plus de gagner des médailles d’argent et de bronze dans les deux tournois majeurs du circuit.

Après, il a été invité à participer au Challenge CCM de la Ligue midget AAA avec l’équipe d’étoiles du midget espoir. Il a ensuite été le seul gardien issu du midget espoir à être invité au Combiné de la LHJMQ à Boisbriand en fin de saison.

« C’est fou tout ce qui m’arrive cette année ! Et je ne savais même pas qu’il y avait un camp pour les gardiens des moins de 17 ans au Canada. »

Voyez-vous, Emerik Despatie est un athlète dans l’âme et le hockey n’a pas été son premier amour. Détenteur d’une ceinture noire en karaté, il a été champion canadien à plusieurs reprises, et ce, dès l’âge de 8 ans. Il a aussi été vice-champion dans deux championnats du monde, dont un en Écosse et l’autre à Montréal.

« Quand j’étais jeune, je ne faisais pas vraiment d’écoles de hockey, mais le sport me passionne. Je ne suis pas un gars de jeu vidéo », a dit celui dont les deux parents ont des écoles de karaté. Son père, Éric Despatie, chez YKO. Sa mère, Katherine Rivard, chez Karaté K.

En plein développement, Despatie a été classé deuxième sur la liste établie par HockeyProspects.com pour le repêchage 2019 de la LHJMQ. Il n’est devancé que par William Rousseau, qui a déjà indiqué qu’il s’en allait aux États-Unis.

Pourquoi a-t-il dépassé tout le monde malgré son retranchement dans la ligue midget AAA ? D’abord, il est le plus grand du groupe à presque 6’1’’ et il va grandir encore un peu.

Il y a autre chose qui justifie sa montée dans l’estime des recruteurs. Depuis qu’il a décidé de consacrer plus d’heures au hockey, sa progression est fulgurante, mais il lui reste encore beaucoup à apprendre. Il est encore « raw », a noté son agent Marc Lavigne. 

Et le gardien lui ? Où sent-il la plus forte amélioration ?

« J’étais moins sérieux quand j’étais plus jeune. J’avais aussi tendance à me laisser déranger ou distraire par un paquet de trucs. Avant, quand un gars me rentrait dedans, mes instincts de karaté me donnaient le réflexe de me défendre ! Maintenant, j’ai acquis la capacité de ne penser à rien. Après un but, je passe à autre chose. »