Marc-Antoine Séguin et Xavier Martine portent fièrement le chandail des Huskies de Rouyn-Noranda, les champions 2019 de la coupe du Président et de la coupe Memorial.

Repêchage 2019 : les Huskies réclament le neveu d’une légende olympienne

QUÉBEC — Profitant de la présence de leur coupe du Président et de leur coupe Memorial au Centre Vidéotron samedi, les Huskies de Rouyn-Noranda ont tenté un coup du destin en sélectionnant le neveu d’un célèbre Gatinois qui a aussi gagné les deux précieux trophées en 1997.

Martin Ménard est un des meilleurs joueurs de l’histoire des Olympiques de Hull. 

Au début de la sixième ronde, les Huskies ont sélectionné Xavier Martine, le fils de la sœur de Ménard, au 92e rang. 

À la fin de la cinquième ronde, au 90e rang, ils venaient de réclamer Marc-Antoine Séguin, son coéquipier de l’Intrépide midget espoir. 

Comme le hasard fait bien les choses, le nom de l’ancien capitaine de l’Intrépide Mathieu Gagnon vient fraîchement d’être gravé sur la première coupe Memorial de l’histoire des Huskies.

Après sa sélection, Martine et sa famille prenaient plaisir à chercher le nom de Martin Ménard sur les coupes.

« Martin c’est mon parrain. Je suis capable de faire des points, mais pas comme lui ! Je suis plus un joueur de caractère. Je suis très content d’être repêché par les Huskies. Je n’étais pas classé dans une ronde spécifique. Je faisais seulement partie des joueurs admissibles. D’être réclamé en sixième ronde, c’est bien plus tôt que prévu pour moi. Je tombe à la bonne place. Les Huskies ont eu une super année, mais ils ont aussi gagné souvent par le passé. Ça prouve qu’ils ont une organisation bien structurée. »

À ses côtés, Marc-Antoine Séguin admirait les deux trophées des Huskies avec son nouveau chandail sur le dos. « Tu vois que c’est une organisation de première classe. Nous sommes vraiment fiers de faire partie de leur équipe. »

Le recruteur-chef de la « meute » Daniel Leblanc a dit que c’était un pur hasard si son club avait repêché deux Gatinois coup sur coup.

« Nous n’avons pas fait exprès, mais les deux joueurs ont toujours été près d’un de l’autre sur nos listes. Ce sont deux joueurs que nous aimions. Ils ont eu des hauts et des bas, mais à ce prix-là (90e et 92e choix), nous ne voulions pas les perdre. »

Sur Séguin, Leblanc a dit qu’il était bon sur les 200 pieds de la patinoire et qu’il avait beaucoup de potentiel. Sur Martine, qui a sensiblement la même taille que son oncle à 5’7’’, il a aussi parlé d’un potentiel intéressant.

« C’est un late et nous pensons qu’il pourra se développer en quelque chose de spécial en raison de ses habiletés et de son sens du jeu. »

Excités de se retrouver dans le même uniforme dans la loge réservée aux nouveaux membres de la famille des Huskies, Séguin et Martine estimaient que la saison de rêve de l’Intrépide midget espoir leur avait ouvert les portes de la LHJMQ.

« Toute la saison, nous nous sommes battus pour le même but. Maintenant, on se fait repêcher dans la même équipe ! Nous aurons un autre but commun », a ajouté Martine, auteur de 28 points en 31 matches avec le midget espoir. Séguin a récolté 30 points en 32 matches.

En septième ronde, les Saguenéens de Chicoutimi ont sélectionné un membre de la famille d’un autre champion des Olympiques. Le gardien Médéric Blouin-Rochon est le cousin de Claude-Charles Sauriol, un défenseur de l’édition championne de 1988.

+
FILLIÈRE GATINOISE À SHAWINIGAN

Personne n’a fait le saut quand Tyson Hinds a été le premier joueur de l’Outaouais à être réclamé à la fin de la deuxième ronde du repêchage 2019 de la LHJMQ.

Ce qui était plus difficile à prévoir, c’est que le défenseur de l’Intrépide midget AAA allait retrouver un entraîneur-chef et un recruteur-chef de sa région chez les Cataractes de Shawinigan. Daniel Renaud, qui dirige le club de la Mauricie, et Mario Carrière, qui a la tâche de superviser de travail de ses dépisteurs, sont tous les deux des anciens membres de l’Intrépide.

« C’est vraiment incroyable. C’est un rêve qui devient réalité. Toute ma jeunesse, j’ai rêvé de jouer au hockey junior majeur. J’allais voir les matches des Olympiques et je demandais des bâtons aux joueurs. Maintenant, ils vont devenir des rivaux, en espérant que ce soit dès l’an prochain », a dit celui qui avait fait couper ses longs cheveux pour le grand jour.

Bien à l’aise avec son rang de sélection avant d’arriver à Québec, Hinds était plutôt stressé par l’endroit où il allait aboutir. Finalement, il s’est montré satisfait d’atterrir à Shawinigan.

« J’avais le sentiment qu’ils me réclameraient. C’est une bonne organisation. Je suis vraiment content. Je pense que ça va bien aller. C’était un des endroits où j’espérais me retrouver. Je suis tellement émotif. Ça me frappe droit au cœur. Ce moment va me rester pour toujours. C’est très excitant tout ça. »

Questionné sur l’exploit d’avoir été le premier joueur de l’Outaouais à être réclamé dans la LHJMQ en 2019, Hinds a fait preuve d’humilité.

« C’est vraiment l’fun. Ça veut dire quelque chose, mais ça aurait pu être n’importe qui. Regardez, Emerik vient d’être repêché lui aussi », a dit le défenseur de 6’3’’.

Emerik, c’est Emerik Despatie, le gardien repêché cinq rangs (35e) après lui par les Remparts de  Québec, toujours en deuxième ronde. Il a été le deuxième gardien repêché après Jacob Goobie, réclamé par Charlottetown au 31e rang.

Parce qu’il participait à un camp de Hockey Canada à Calgary, le gardien de l’Intrépide midget espoir n’a pas pu revêtir le chandail des Diables rouges, mais ses parents Eric Despatie et Katherine Rivard étaient sur place pour le représenter.

« Il est vraiment content. Nous l’avons informé par messagerie texte. Il a répondu : “Yééééé” », a dit sa mère dans la loge des Remparts.

Après tout, les Remparts sont dirigés par un certain Patrick Roy, un des meilleurs gardiens de l’histoire de la LNH.
Un peu plus tard dans la quatrième ronde, l’Océanic de Rimouski a réclamé Frédéric Brunet. Dans la même ronde, Andrew Belchamber a pris le chemin de Blainville-Boisbriand.

***
Des joueurs locaux choisis par Gatineau

Enfin, les Olympiques se sont assurés des droits de trois joueurs locaux : Samuel Emery (8e ronde), Vincent Maisonneuve (10e) et Samuel Tremblay (11e). Médéric Blouin-Rochon (7e ronde, Chicoutimi), Jonathan Delorme (8e, Drummondville) et Thomas Côté (9e, Val-d’Or) sont les autres joueurs de l’Outaouais à avoir été sélectionné. Laissé pour compte, Marc-Olivier Racine-Roy a aussitôt été invité au camp des Screaming Eagles du Cap-Breton.