À son 10e départ consécutif devant la cage des Olympiques de Gatineau, Rémi Poirier a été fidèle à lui-même.

Rémi Poirier résiste, Zach Dean s’éclate

À son 10e départ consécutif devant la cage des Olympiques de Gatineau, Rémi Poirier a été fidèle à lui-même.

Il a été deux fois plus occupé que les deux gardiens des Islanders de Charlottetown vendredi soir.

Il a repoussé 41 tirs contre seulement 18 pour ses adversaires Matthew Welsh et Jacob Goobie. En attaque, Zach Dean s’est éclaté en récoltant son deuxième tour du chapeau de la saison et les Olympiques ont signé une victoire de 6-2 devant une foule moins imposante que le week-end dernier lors du passage d’Alexis Lafrenière. En ce soir de la St-Valentin, ils étaient 1676 spectateurs dans les gradins du centre Robert-Guertin.

Kieran Craig a aussi connu une soirée faste en marquant une fois tout en récoltant quatre points. Evan MacKinnon n’a pas été en reste. Il a inscrit son 10e filet de la saison et terminé le match avec trois points. Ça lui en fait 17 en 15 matches depuis son acquisition du Titan d’Acadie-Bathurst.

« Après le match à Boisbriand mercredi où nous avions laissé Rémi à lui-même, il fallait rebondir, a indiqué Kieran Craig. Il a affronté plusieurs tirs, mais nous avons limité les grosses occasions de compter à part les fois où nous nous sommes placés dans le pétrin avec nos punitions. Nous dépendons beaucoup de Rémi, mais il fallait l’aider mieux que mercredi. »

Craig mène l’équipe avec 17 buts, mais son trio complété par Manix Landry et Evan MacKinnon est devenu une menace constante pour les Olympiques (20-30-4), qui ont remporté leur 20e match de la saison vendredi.

« Quand Charlot (Charles-Antoine Roy) est parti, nous avions besoin d’un joueur rapide pour le remplacer. MacKinnon a cette vitesse et un bon sens du jeu. Ses passes sont très bonnes. Nous sommes sur la même page Manix, lui et moi. Nous utilisons nos habiletés et nous profitons de nos chances de marquer », a expliqué Craig.

Appelé à commenter les trois buts de Zach Dean, Craig a esquissé un sourire. Son deuxième but a encore été digne des jeux de la semaine. Sa feinte a complètement mystifié Matthew Welsh. Ce but a d’ailleurs mis fin à la soirée de travail du gardien numéro un des Islanders. Les Gatinois venaient de prendre l’avance 4-0 en début de troisième période.

« S’il a la rondelle près du filet adverse, il ne ratera pas sa chance. Il est toujours dangereux sur la glace. Surtout en zone offensive. Il n’a pas joué autant ce soir parce que nous avons écopé de plusieurs punitions, mais quand il était sur la glace, il a fait la différence. Sans lui, nous avons peut-être un résultat différent. »

Après deux périodes, les locaux menaient 2-0. MacKinnon et Pier-Olivier Roy avaient été les marqueurs, mais une première pénalité de quatre minutes pour bâton élevé décernée à Émile Hegarty-Aubin avait placé l’équipe dans l’eau chaude.

Pendant que Poirier multipliait les arrêts pour tuer les punitions, Zach Dean a traversé la patinoire pour inscrire le premier de ses trois buts de la troisième période. Après avoir fait 4-0 quelques secondes plus tard, c’est William Dagenais qui a été puni quatre minutes pour un autre bâton élevé.

Cette fois, les Islanders (27-23-5) en ont profité. Thomas Casey a marqué deux fois sur les deux punitions. Le momentum aurait pu basculer, mais dans la minute suivante, Craig a saisi un retour de lancer de Dean pour redonner un coussin de trois buts aux Gatinois. Dean a complété sa période de quatre points en comptant pendant un avantage numérique dans la dernière minute de jeu.

La victoire des Olympiques leur a permis de prendre quatre points d’avance sur les Mooseheads de Halifax au 16e rang du classement général de la LHJMQ. Ceux-ci se sont fait battre 6-2 par le Titan d’Acadie-Bathurst. Les Gatinois auront une autre lourde tâche samedi soir. Les Eagles du Cap-Breton (34-16-3) seront en visite. Ils ont la meilleure fiche du circuit Courteau depuis le retour de la pause de Noël.

+

LE HOCKEY JUNIOR EN BREF

Les 67’s gagnent un match de fous

Les Steelheads de Mississauga ont compliqué la vie des 67’s d’Ottawa vendredi soir au Centre Paramount Fine Foods, mais la troupe d’André Tourigny a comblé deux déficits pour finalement s’imposer par la marque de 6-5. Les locaux avaient pris les devants 2-0 sur des buts de Charlie Callaghan et Keenan Washkurak, mais Marco Rossi et Joe Garreffa ont ramené les deux clubs à 2-2 pendant la deuxième période. Les 67’s ont poursuivi leur remontée en troisième période sur des buts de Mitchell Hoelscher et Austen Keating, mais les Steelheads (24-25-4) n’avaient pas dit leur dernier mot. En seulement 20 secondes, Richard Whittaker et James Hardie ont égalé la marque 4-4 et Keenan Washkurak a même donné les devants aux locaux. Toujours meilleurs en fin de match, les 67’s (42-8-0) ont marqué les deux derniers buts pour revenir de l’arrière une dernière fois. Marco Rossi a fait 5-5 et Noel Hoefenmayer a inscrit le but victorieux contre Kai Edmonds, un gardien natif de Carlsbad Springs. Will Cranley a gagné un 14e match en 15 départs. Les 67’s seront de retour à Ottawa pour accueillir les Spitfires de Windsor dimanche et les Knights de London lundi après-midi.

Intrépide : fin de séquence victorieuse

La séquence victorieuse de l’Intrépide de Gatineau a pris fin vendredi soir quand les Élites de Jonquière sont venus les blanchir 3-0 au Complexe Branchaud-Brière. L’Intrépide (21-15-1) avait gagné ses cinq derniers matches, mais il n’a pu battre le gardien William Blackburn malgré ses 31 tirs au but. Félix Abraham, Gabriel Tremblay et Fabrice Fortin ont déjoué Médéric Blouin-Rochon pour les Élites (21-14-3). Le gardien gatinois a été mis à l’épreuve 23 fois dans la défaite survenue le jour de l’anniversaire de l’entraîneur-chef Martin Lafleur. La veille, il avait signé une prolongation de contrat d’un an. La saison dernière, il a mené l’Intrépide dans le carré d’as de la Ligue midget AAA du Québec en séries éliminatoires. Son équipe avait pris le premier rang de la division CCM et le troisième rang du classement général. L’Intrépide a encore rendez-vous avec les Élites samedi après-midi au Complexe Branchaud-Brière.