Le portier des Olympiques Rémi Poirier a cédé à huit reprises dans un revers de 8-0 aux mains des Huskies de Rouyn-Noranda, vendredi soir.

Rémi Poirier effectue 52 arrêts... mais alloue huit buts à Rouyn

« Les Huskies forment la meilleure équipe au Canada. C’est simple. Quand leurs joueurs ont la rondelle sur la palette, ils trouvent des ouvertures. »

Éric Landry gardait la tête froide, en fin de soirée, vendredi.

Son équipe venait de subir un cuisant revers de 8-0, à Rouyn-Noranda. 

La soirée avait été longue pour tout le monde. À commencer par le gardien des Olympiques de Gatineau, Rémi Poirier, qui est resté devant son filet pendant les 60 minutes.

Il a fait face à un barrage de 60 lancers.

« Il a joué une excellente partie. Il a fait de gros arrêts », commente Landry.

Le jeune gardien de 17 ans a permis à son équipe d’y croire pendant une vingtaine de minutes. Au premier entracte, les Huskies menaient par un seul but, même s’ils dominaient 19-2 au chapitre des tirs.

Les meneurs au classement ont ouvert la machine au deuxième engagement. Sept joueurs différents ont touché la cible. Le capitaine Rafaël Harvey-Pinard a été le plus productif avec deux buts et une passe. Le Tchèque Jakub Lauko a obtenu trois mentions d’aide.

Les Huskies ont profité de leurs 10 supériorités numériques pour marquer quatre buts.

« Vers la fin du match, ils continuaient d’envoyer leurs meilleurs éléments lors des attaques massives », a constaté Landry.

« De notre côté, le manque d’expérience a parfois paru. Il nous manque Gabriel Bilodeau. Ça fait une grosse différence. »

« J’aurais quand même aimé que nos joueurs qui comptent deux années d’expérience ou plus démontrent un peu plus de leadership. J’aurais voulu un effort plus soutenu. J’aurais souhaité plus de hargne. »

Les Olympiques n’auront pas vraiment le temps de broyer du noir. Il reste un gros match à disputer pour conclure la saison. Ça va se passer au Centre Air Creebec de Val-d’Or, samedi après-midi. Les Olympiques veulent compléter la saison en force. Il existe toujours, pour eux, une possibilité de terminer la saison au 14e rang du classement général.

« Les gars savent tout ça », assure Landry.