Contrairement à jeudi dernier, Gabriel Bilodeau s’est entraîné avec tout son équipement lundi, mais il ne se déplaçait pas encore avec son aisance habituelle sur la patinoire.

Présence incertaine de Bilodeau pour le prochain match des Olympiques

Les Olympiques n’ont pas goûté à la victoire depuis que leur capitaine Gabriel Bilodeau a été blessé il y a deux semaines dans un match de saison régulière disputé à Drummondville.

Les Gatinois sont zéro en cinq en l’absence de leur défenseur de 20 ans. Dans les séries éliminatoires, ils ont pris un recul de 0-2 contre ces mêmes Voltigeurs qui seront les visiteurs au centre Robert-Guertin mardi et mercredi.

Jouera, jouera pas ? Les chances de récolter une victoire contre la puissante formation de Steve Hartley seraient améliorées si Bilodeau pouvait reprendre sa place à la ligne bleue, surtout qu’il a lui-même compté le but vainqueur en prolongation dans le dernier gain des Olympiques contre les Voltigeurs au « Vieux Bob ».

Bilodeau a participé à l’entraînement des Olympiques lundi matin. Il portait tout son équipement et le chandail jaune réservé aux joueurs blessés. Il n’a pas pris part à tous les exercices et ne se déplaçait pas avec son aisance habituelle sur la patinoire, mais au moins, il était là, et souriant en plus.

« Il y a eu de l’amélioration depuis la semaine dernière. Je me croise les doigts. Je pourrais me lever demain matin et me sentir beaucoup mieux. Idéalement, j’aurais encore une semaine ou deux pour guérir, mais j’ai 20 ans et le temps est limité. Je suis en fin de carrière junior. Je suis prêt à endurer beaucoup de douleur pour pouvoir terminer ma carrière sur la glace et non dans les gradins. Je voudrais savourer le moment le plus longtemps possible en revenant au jeu pour l’équipe, pour les gars, pour moi, pour mon orgueil. »

À la lueur de l’entraînement de lundi, Bilodeau semble avoir besoin de temps additionnel pour pouvoir réintégrer l’alignement et être utile à l’équipe sans risquer d’aggraver sa blessure, mais il dit avoir vu une amélioration rapide au cours des derniers jours.

« J’ai été blessé il y a deux semaines hier (dimanche). Ce matin, je me sentais beaucoup mieux. Ce n’est même pas comparable avec la sensation initiale. Je suis capable de vivre normalement. On va réévaluer ça quotidiennement. »

Aebischer prend du galon

Pendant que le défenseur aux 305 matches d’expérience de la LHJMQ est hors de combat, Darien Kielb et David Aebischer ont mis les bouchées doubles lors des deux premiers duels contre les Voltigeurs. Les Olympiques ont essayé d’avoir au moins un des deux sur la patinoire en tout temps. Seul Kielb est un vétéran du circuit Courteau.

Pour la première fois de sa carrière, Aebischer joue plus de 30 minutes par match. Sa réaction ?

« C’est compliqué ! Gabriel est un leader autant sur la glace qu’à l’extérieur. C’est dur de compenser son absence. Il jouait déjà beaucoup lui-même. Avec Darien, j’essaie d’aider le plus possible nos jeunes défenseurs et Rémi (Poirier) aussi. C’est sûr que c’est plaisant de jouer beaucoup et d’avoir la confiance des entraîneurs. Ce n’est pas toujours évident de défendre notre territoire pendant plus de 30 minutes contre une aussi bonne équipe que celle des Voltigeurs. C’est dur physiquement. Ça prend beaucoup d’énergie, mais j’essaie de me reposer le plus possible entre les matches. »

Même si le défenseur suisse est utilisé à outrance en l’absence d’un gros morceau de la brigade défensive, il ne faut pas oublier qu’il n’a que 18 ans et qu’il est aussi une recrue.

« Chaque jour est un apprentissage et je grandis rapidement dernièrement ! Depuis que je suis revenu du championnat mondial junior, j’ai eu plus de responsabilités. »

À sa première saison dans la LHJMQ, Aebischer a inscrit 28 points en 59 matches. La majorité de ces points sont survenus à son retour du Mondial junior où il a récolté 19 points dans les 30 derniers matches de la saison.

+

RÉMI POIRIER RÉUSSIT SES PREMIERS TESTS

C’était le scénario prévu par tous les « experts ». Les Olympiques sont rentrés bredouilles de leurs deux premiers matches à Drummondville contre une formation qui a tout misé pour gagner la coupe du Président, mais en cette saison de reconstruction, ils ont quand même vu des choses rassurantes.

D’abord, à 17 ans, Rémi Poirier a démontré qu’il avait l’étoffe pour devenir leur gardien d’avenir.

À ses deux premiers matches des séries de la LHJMQ en carrière, il a été poivré de 83 tirs face à la meilleure attaque de la ligue. Il a arrêté 90,4 % de ceux-ci. Ceux qui craignaient un carnage ont donc été rassurés par les revers « honorables » de 4-0 et 4-1 dans les deux premiers duels au centre Marcel-Dionne.

« Ça s’est bien passé, mais j’étais stressé et nerveux au début du premier match. C’était la première fois que je jouais devant autant de monde. J’avais déjà joué à Moncton devant une grosse foule, mais ce n’était pas les séries éliminatoires où tout est amplifié. Je dois améliorer mes débuts de matches. J’ai laissé trois buts dans les premières minutes du premier match et deux autres dans les premières minutes du deuxième. Je devrai être meilleur à ces moments-là. »

Poirier dit avoir été un peu moins nerveux dans le deuxième match et malgré la féroce opposition des Voltigeurs, il dit apprécier l’expérience acquise jusqu’à maintenant.

« Je suis content de vivre les séries tout de suite. Je suis en train de me bâtir une confiance. »

Rappelons que les Voltigeurs ont remporté le trophée Luc-Robitaille remis à l’équipe qui a compté le plus de buts en saison régulière. Leur attaque dévastatrice a produit une moyenne de 4,97 buts par match (338 buts en 68 parties). Deux fois, ils ont compté 12 buts dans un match durant la dernière saison.

Sept joueurs des Voltigeurs ont franchi le seuil des 25 buts cette saison contre un seul pour les Olympiques (Giordano Finoro).

Joe Veleno a mené la charge avec 42, suivi de Nicolas Guay (40), Gregor MacLeod (35), Maxime Comtois (31), Dawson Mercer (30), Félix Lauzon (28) et Pavel Koltygin (25). Cédrick Desruisseaux, qui en a compté 19, a été laissé de côté pour le premier match contre les Olympiques. Ça donne une idée de leur force de frappe variée !

Entre les lignes

  • Éliminé des séries de la Ligue midget AAA du Québec avec la défaite de l’Intrépide de Gatineau dimanche, l’attaquant William Dagenais a été rappelé par les Olympiques. Il était à l’entraînement mardi. Il a récolté sept points en 12 matches des séries.
  • Les Olympiques n’ont pas été capables de marquer sur leurs quatre échappées à Drummondville samedi alors les joueurs et même les entraîneurs ont pratiqué cette facette du jeu avec beaucoup d’entrain mardi.
  • Seul Mathieu Bizier a pu déjouer le gardien Anthony Morrone après deux matches, mais les entraîneurs ont été impressionnés par le jeu intense et solide de la recrue Émile Hegarty-Aubin à Drummondville. L’attaquant de 17 ans était impliqué dans toutes les batailles et il a démontré qu’il avait l’ADN recherché par le club.