Remi Poirier a cédé pour la première fois en 172 minutes et 17 secondes en fin de deuxième période. Sa séquence sans accorder de but a été la deuxième plus longue de l’histoire des Olympiques et la 15e de l’histoire de la LHJMQ.

Poirier deuxième dans l'histoire des Olympiques

Avec un gardien au sommet de son art, les Olympiques de Gatineau ont inscrit une huitième victoire à leurs neuf derniers matches vendredi soir au centre Robert-Guertin.

Rémi Poirier a repoussé 44 des 47 tirs des Foreurs de Val-d’Or pour conduire les siens à un gain de 4-3. Auteur de deux blanchissages à ses deux matches précédents, le gardien de 18 ans a étiré sa séquence sans accorder de but à 172 minutes et 17 secondes durant le match contre les Foreurs.

Il s’agit de la deuxième plus longue séquence de l’histoire des Olympiques et la 15e plus longue de l’histoire de la LHJMQ. Il a notamment surpassé Ryan Mior, José Théodore, Mathieu Bellemare et Frédéric Mallette en repoussant les 28 premiers tirs des Abitibiens vendredi.

Le record de la franchise est détenu par Anthony Brodeur (194:28) et celui de la LHJMQ par Philippe Desrosiers de l’Océanic de Rimouski (243:35). Quand David Noël l’a enfin déjoué pendant un avantage numérique avec 15 secondes à écouler à la deuxième période, Poirier était déçu.

« C’est une pas pire séquence ! J’ai trouvé ça plate quand ça s’est terminé. J’étais déçu, mais en même temps, nous avons gagné le match. Ce n’est pas bien grave ! »

Poirier savait qu’il s’approchait d’un record et qu’il ne pourrait pas surpasser la marque d’Anthony Brodeur vendredi, mais il ignorait qu’il avait grimpé dans le classement jusqu’au deuxième rang de l’histoire du club.

« Les gars m’avaient parlé de ma séquence. Ils m’ont dit où je me situais dans l’histoire du club, mais je pensais que j’étais rendu à peu près quatrième. Durant cette séquence, je me sentais super confiant et super chanceux aussi. J’ai senti que la chance était de mon côté, surtout dans ce match-ci, à part à la fin », a dit celui qui a été poivré de 35 lancers dans les deux dernières périodes.

Pendant qu’il multipliait les bijoux devant son filet, les Olympiques avaient réussi à prendre les devants 2-0 sur des buts de Pier-Olivier Roy et Manix Landry. David Noël l’a ramené sur terre en fin de deuxième période, mais Mathieu Bizier lui a redonné un coussin de deux buts avec un peu plus de six minutes à jouer au match.

À 3-1 et avec Poirier en grande forme, les Gatinois (15-24-3) pouvaient respirer d’aise, mais Payton Hoyt a rendu les choses sérieuses en marquant un but bizarre avec 3:20 à jouer.

« La rondelle était sur le dessus du filet, mais il a donné un coup de bâton en dessous du but pour la faire dévier dans le filet », a expliqué Poirier au sujet du but qui a nécessité une révision vidéo.

Avec plus de trois minutes à écouler au tableau, les Foreurs (18-18-6) ont pris une décision audacieuse en retirant leur gardien Jonathan Lemieux, excellent lui aussi dans la « clinique de gardiens » vendredi. Aussitôt fait, Jérémy Rainville a marqué dans une cage déserte.

Les visiteurs n’avaient pas dit leur dernier mot. Jérémy Michel a fait 4-3 en déjouant Poirier pour la troisième fois en moins de 20 minutes avec 2:17 à écouler au tableau. À partir de là, Rémi Poirier a connu toutes sortes de difficultés quand il s’aventurait pour toucher des rondelles à l’extérieur de son filet et il s’est compliqué la tâche.

« Je ne suis pas fier de mes cinq dernières minutes. Oui, j’ai fait beaucoup d’arrêts ce soir, mais je n’ai pas bien communiqué avec mes défenseurs à deux reprises. »

Finalement, Poirier aura compensé sa mauvaise exécution de rondelle avec d’autres arrêts clés.

Les Olympiques tenteront d’étirer leur séquence victorieuse contre les Mooseheads de Halifax du Gatinois D’Artagnan Joly dimanche au centre Guertin. Les Mooseheads ont vaincu les Tigres de Victoriaville en prolongation vendredi.