Les Olympiques de Gatineau sont les principaux locataires du centre Robert-Guertin, mais ils sont loin d’être les plus grands utilisateurs de l’amphithéâtre de la rue Carillon.
Les Olympiques de Gatineau sont les principaux locataires du centre Robert-Guertin, mais ils sont loin d’être les plus grands utilisateurs de l’amphithéâtre de la rue Carillon.

Plus de 1500 hockeyeurs touchés par la fermeture de Guertin

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Les Olympiques de Gatineau sont les principaux locataires du centre Robert-Guertin, mais ils sont loin d’être les plus grands utilisateurs de l’amphithéâtre de la rue Carillon.

En réquisitionnant l’aréna du secteur Hull pour venir en aide aux personnes les plus démunies de la société, le CISSSO règle un problème, mais vient aussi en créer plusieurs autres. Ce sont plus de 1500 joueurs et joueuses du hockey mineur de la région qui vont perdre autour d’une cinquantaine d’heures de glace par semaine.

Avec ses 1300 inscriptions la saison dernière, Hockey Aylmer sera l’association la plus durement touchée. Une trentaine d’heures par semaine étaient prévues aux horaires de ses équipes. À l’Association du hockey mineur de Hull (AHMH), on s’en tire mieux puisque les quelque 350 joueurs inscrits ne devaient pas jouer à Guertin cette saison, mais son président, Michel Côté, craint l’effet domino causé par la fermeture imposée du centre pour les 12 prochains mois.

«Aylmer va devoir aller chercher ses heures ailleurs. Nous sommes surtout à l’aréna Sabourin, mais nous aurons peut-être moins d’heures de glace maintenant. Ça va être un véritable casse-tête, surtout que nous avons déjà perdu 12 heures et demie par semaine en raison de la fermeture définitive de l’aréna Campeau. On dit que les trois nouvelles glaces à Gatineau ne seront pas prêtes à temps non plus», a expliqué M. Côté.

À Aylmer, le vice-président Grégoire Meguerditchian avait déjà des inquiétudes avec la gestion du dossier de la Covid-19. Voilà qu’il craint que son association soit confrontée à faire des choix difficiles.

«Nous avions moins d’inscriptions que la normale cette année en raison des incertitudes causées par la Covid-19. Nos inscriptions se terminent le 4 septembre, mais nous aurons peut-être des choix difficiles à faire. Nous attendons toujours de recevoir l’horaire révisé des heures de glace, mais la fermeture de Guertin pourrait avoir un impact sur la quantité de nos équipes. Nous pourrions être forcés à limiter le nombre d’inscriptions. Au niveau de la logistique, ça vient créer un impact majeur sur la prochaine saison», ajoute M. Meguerditchian.

Pour Michel Côté, cet autre dommage collatéral de la pandémie mondiale ne fait qu’accentuer le problème du manque de patinoires dans l’ouest de la ville.

«Nous ne pouvons pas déplacer des équipes ici et là. Nous avons déjà une pénurie d’arénas. Ça augure très mal. Je ne peux même pas m’imaginer le scénario si Hockey Québec décide que nous devons jouer à quatre contre quatre. Comment allons-nous gérer ça? Il faudra faire plus d’équipes. Ensuite, il faudra couper dans les pratiques ou le nombre de matches. Comment allons-nous survivre? Nous risquons de perdre pas mal de monde. Ce ne sont pas que les enfants qui seront pénalisés, mais aussi les parents qui aiment voir jouer leurs enfants.»

Michel Côté peine à croire qu’il n’y a pas d’autres solutions pour loger les sans-abri dans le secteur Hull.

«J’ai confiance qu’une solution sera trouvée. Il faut embrayer en deuxième vitesse. Si les Olympiques n’ont pas de domicile et qu’ils peuvent jouer au Complexe Branchaud-Brière, il va se passer quoi pour l’Intrépide de Gatineau? Encore une fois, l’effet domino va se faire ressentir sur toute la structure du hockey régional.»

Hockey féminin, hockey-luge et hockey d’adultes

À Hockey Outaouais, qui chapeaute tout le hockey mineur dans la région, personne n’a répondu aux appels du Droit lundi, mais cette association gère aussi des équipes du hockey féminin qui jouent à Guertin.

Les personnes à handicap seraient également affectées. Le «D-Luge», un club de hockey-luge qui obtient 80 minutes de glace tous les dimanches, se retrouverait également sans tribune si la glace de Guertin ne revenait pas à l’automne. Enfin, il ne faut pas oublier les ligues d’adultes qui louent plusieurs heures de glace par semaine.

Bref, le dossier de la fermeture des sports de glace à Guertin n’a pas fini de faire jaser.