Loin de vouloir partir en guerre avant d’avoir parlé à tous les intervenants, Norman MacMillan n’écartera aucune option pour sauver la prochaine saison des Olympiques de Gatineau au centre Robert-Guertin.
Loin de vouloir partir en guerre avant d’avoir parlé à tous les intervenants, Norman MacMillan n’écartera aucune option pour sauver la prochaine saison des Olympiques de Gatineau au centre Robert-Guertin.

Olympiques: une mise en demeure et un déménagement temporaire?

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Loin de vouloir partir en guerre avant d’avoir parlé à tous les intervenants, Norman MacMillan n’écartera aucune option pour sauver la prochaine saison des Olympiques de Gatineau au centre Robert-Guertin.

Lundi soir, le club de la LHJMQ devait même envoyer une mise en demeure à la Ville de Gatineau afin de protéger ses intérêts dans son bail de location. Le président du club refuse de céder à la panique et pense qu’une solution sera trouvée pour satisfaire tous les partis.

Dans son esprit, il ne sera pas nécessaire d’avoir recours aux tribunaux même si le CISSS de l’Outaouais a pris la décision unilatérale d’expulser les Olympiques de leur domicile afin de faire place à une cinquantaine d’itinérants du Vieux-Hull en pleine période de pandémie pour les 12 prochains mois.

«Une mise en demeure est une option parmi tant d’autres. Nous avons un plan pour sauver notre prochaine saison, mais nous allons étudier toutes les options pour obtenir un compromis qui va satisfaire notre équipe et bien sûr le CISSSO. Nous avons collaboré depuis le début. À deux reprises, nous avons accepté d’aider les itinérants, sauf que cette fois-ci, nous n’avons pas été consultés avant d’être expulsés de notre domicile», a dit l’ancien ministre libéral lundi après-midi.

Au début du mois d’avril, les Olympiques avaient déjà accepté de prêter leur domicile afin de permettre aux sans-abri du Vieux-Hull de pratiquer les mesures de distanciations sociales sur une plus grande surface. Puis, toujours dans le souci du bien-être de sa communauté, le club avait accepté de déplacer son camp d’entraînement à l’aréna Baribeau. Le club devait reprendre les clés du «Vieux Bob» le 19 septembre afin d’y lancer sa saison le 1er octobre comme prévu par la LHJMQ, mais soudainement, le club se trouve lui-même en situation d’itinérance.

«Nous sommes estomaqués de ne pas avoir fait partie du processus décisionnel alors que nous avons un bail avec la Ville. Nous sommes à quelques semaines du début de notre camp d’entraînement. Soudainement, il faudrait se tourner pour trouver un endroit avec un gymnase, des vestiaires et des bureaux. Ça ne peut pas se faire en claquant des doigts.»


« En politique, j’ai toujours été un homme de compromis. J’ai souvent eu à mettre de l’eau dans mon vin pour trouver des solutions. »
Norman MacMillan

Déménagement

Le téléphone de Norm MacMillan ne dérougit pas depuis l’annonce du CISSSO tard vendredi après-midi. Un de ses contacts lui a même proposé d’accueillir les Olympiques lors de la prochaine saison de la LHJMQ.

«Il y a une municipalité prête à nous accueillir si nous n’arrivons pas à jouer dans notre région, mais ce n’est pas l’avenue que nous voulons utiliser. Nous voulons régler le dossier afin de jouer chez nous. En politique, j’ai toujours été un homme de compromis. J’ai souvent eu à mettre de l’eau dans mon vin pour trouver des solutions. La Ville devra nous appuyer et nous voulons aussi trouver une façon d’aider les itinérants comme nous l’avons fait depuis le début de la pandémie. Nous avons encore besoin d’un peu d’amour», ajoute MacMillan.

À ce sujet, ce dernier s’attend d’avoir une rencontre avec le maire Maxime Pedneaud-Jobin d’ici la fin de la semaine.

«Ça pourrait être mercredi, jeudi ou vendredi. Son bureau m’a contacté aujourd’hui. Je vais rencontrer le maire avec François Beaudry, le président de notre conseil d’administration. Pour l’instant, ils disent que cette patate chaude n’est pas de leur faute et que ça vient de Santé Québec. On dit que le CISSSO a étudié 14 sites et qu’aucun d’entre eux n’était adéquat. Je ne connais pas la liste des endroits proposés, mais j’en connais certains qui ont été considérés et qui ont été refusés, dont celui de la Légion de Hull (local libre) et de la Fonderie.»

Gatineau n’est pas la seule ville de LHJMQ à devoir trouver des endroits pour loger ses itinérants, mais ailleurs en province, les municipalités n’ont pas été obligées de réquisitionner les amphithéâtres de leurs équipes sportives. Il y a bien l’Océanic de Rimouski qui a prêté son aréna pour des tests de dépistage de la Covid-19, mais l’équipe reprendra possession des lieux bientôt.

Momemtum coupé

«Depuis décembre 2019, nous travaillons à rebâtir la crédibilité de notre club. Nous avons fait tout ce qu’il fallait. Nous avons même vendu nos loges pour les trois prochaines saisons. Nous avons près de 700 abonnements saisonniers de vendus pour la prochaine saison. Tout ce travail tomberait à l’eau. Nos gens ne peuvent plus travailler. Il n’y a rien à vendre. Ce sont des pertes énormes», a conclu Norm MacMillan.

À LIRE AUSSI : «Il faut travailler davantage avec nos partenaires», dit Boudrias