Le commissaire Gilles Courteau s’est entretenu avec le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin mardi.
Le commissaire Gilles Courteau s’est entretenu avec le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin mardi.

Olympiques: le commissaire Courteau intervient

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Il commence à en avoir l’habitude. La saga du centre Robert-Guertin est un feuilleton qui s’étire depuis plus de 10 ans.

Mort, enterré, ressuscité. Les scénarios à la Lance et Compte ont été répétés à profusion. Au moment où les formules semblent avoir toutes été épuisées, une nouvelle intrigue surgit toujours.

À LIRE AUSSI : des négos en cours pour redonner aux Olympiques leur domicile

Des parents préoccupés à l’école secondaire de l’Île

Champagne dénonce «la complaisance du cabinet» du maire Pedneaud-Jobin

Commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau n’est donc pas tombé en bas de sa chaise quand il a appris que l’équipe la plus décorée de son circuit allait devoir retourner au front pour avoir le loisir de disputer la 47e et dernière saison de son histoire dans le vénérable amphithéâtre de la rue Carillon.

Encore une fois, il a dû s'entretenir avec la Ville de Gatineau pour protéger les intérêts de la formation outaouaise. Cette fois, c'est Maxime Pedneaud-Jobin lui-même qui aurait fait les premiers pas. Occupé à rencontrer les propriétaires des équipes des Maritimes en vue d’établir un plan pour commencer la saison le 1er octobre, Gilles Courteau a fait parler son directeur des communications à sa place mardi.

«Le commissaire a eu une discussion avec le maire de Gatineau. Il a parlé aux Olympiques à quelques reprises, a indiqué Maxime Blouin. Il essaie de comprendre la situation et il cherche des solutions.»

Comme d’habitude, Gilles Courteau a confiance que les Olympiques pourront surmonter le nouvel obstacle qui se dresse devant eux.

«Nous en saurons davantage dans les prochains jours, mais peu importe le dénouement, nous nous attendons à trouver des solutions pour que les Olympiques soient en mesure de disputer leur prochaine saison», a ajouté Maxime Blouin.

Les Olympiques de Trois-Rivières?

Selon les informations du Droit, la Ville de Trois-Rivières serait prête à accueillir les Olympiques pendant une saison s’ils devaient se retrouver sans domicile en Outaouais. Le groupe de l’ex-joueur de la LNH Marc-André Bergeron aurait approché le président Norm MacMillan au cours des derniers jours. Ce dernier n’a pas voulu confirmer la nouvelle, mais il ne l’a pas niée non plus.

De toute façon, la priorité des Olympiques, c’est de rester dans la région en insistant pour que son bail de location avec la Ville de Gatineau soit respecté.

«Ça bouge depuis 24 heures, a souligné Norm MacMillan. Il n’y a rien de fini, mais on avance. Au moins, on se parle. Depuis 9 h ce matin, je reçois des appels sans arrêt. Je pense que nous avons bien placé nos pions. Nous recevons beaucoup d’appuis autour de la table du conseil municipal. Je ne peux dévoiler les détails, mais je pense que nous allons dans la bonne direction.»

Même s’il est encouragé par les discussions de sa dernière journée, l’ancien ministre libéral admet que les solutions ne feront pas l’affaire de tous. Si les Olympiques arrivent à récupérer leur domicile, ce pourrait être fait avec des semaines de retard. Le CISSSO de l’Outaouais aura effectivement besoin de temps pour réorganiser ses plans en déménageant son centre pour sans-abri ailleurs dans le secteur Hull.

Le président des Olympiques de Gatineau, Norm MacMillan

«De nouveaux endroits ont été offerts pour loger les itinérants pendant les 12 prochains mois (ils ont besoin de 60 places au lieu de 20 comme c’était le cas au Gîte-Ami), mais il faudra du temps pour évaluer ces nouvelles adresses. Nous pensons pouvoir sauver la majorité de la saison, mais on pourrait devoir accepter de prêter notre domicile pour une troisième fois. Il faudra faire preuve de patience», a admis MacMillan.

Le conseil d’administration des Olympiques tenait une rencontre mardi soir. Norm MacMillan s’attendait à pouvoir divulguer plus d’informations à la suite de cette rencontre.