La LHJMQ se dit hautement préoccupée par les nombreux bancs vides au centre Robert-Guertin cette saison.

Olympiques: la LHJMQ aux aguets et prête à intervenir au besoin

Hautement préoccupée par les nombreux bancs vides au centre Robert-Guertin cette saison, la LHJMQ est en contact avec les Olympiques de Gatineau, mais va laisser les propriétaires régler leurs affaires entre eux lundi prochain avant d’intervenir.

« C’est troublant de voir qu’il n’y a plus beaucoup de gens qui assistent aux matches des Olympiques. Nous travaillons très fort pour avoir une ligue droite et pour assurer la pérennité de nos franchises. Nous savons que les propriétaires vont tenir une rencontre lundi. Nous n’avons pas à intervenir avant ça. Ils ont de sérieuses discussions à avoir avant de prendre une décision. Nous observons la situation de près. Nous ne voulons pas attendre qu’il soit trop tard avant d’agir », a expliqué Maxime Blouin, directeur des communications à la LHJMQ.

Devant la chute drastique des assistances à Guertin, la mise en tutelle du club a été évoquée cette semaine, mais sur ce point, la LHJMQ s’est faite rassurante.

« Jusqu’à présent, les Olympiques paient toutes leurs factures. Ils n’éprouvent pas encore des problèmes financiers. Nous avons aussi confiance que le déménagement dans un nouvel amphithéâtre va donner un second souffle à l’organisation. »

Pour la LHJMQ, les Olympiques font face à deux défis de taille au niveau de leurs activités quotidiennes.

« Il y a un roulement important d’employés chez les Olympiques et leur personnel de bureau n’a pas beaucoup d’expérience dans la gestion d’une équipe de hockey. Toutes nos franchises qui vont bien ont des employés de longue date. Ça prend de la stabilité pour avoir du succès. Il y a aussi le centre Robert-Guertin qui est désuet. C’est difficile de présenter un spectacle de grande qualité quand tu n’as même pas accès à un écran géant. Quand ils honorent des anciens, ils sont limités à des bandes audio. Ils sont 10 ans en arrière », a ajouté Maxime Blouin.

Ce dernier a rappelé que les Olympiques de Hull et les Prédateurs de Granby avaient déjà aidé la LHJMQ à gagner ses lettres de noblesse dans les années ’90 en remportant deux coupes Memorial de suite après deux décennies sans championnat canadien.

« À Chicoutimi, ils ont aussi atteint le fond du baril avant l’arrivée du groupe de Guy Carbonneau au début des années 2000. Les partisans avaient perdu toute leur fierté, mais c’est revenu aujourd’hui. L’organisation a repris vie. Ça peut se faire à Gatineau avec les bonnes personnes assises dans les bonnes chaises. »