Alexis Lafrenière a été surveillé étroitement pendant ses deux matches au centre Robert-Guertin en fin de semaine, mais il a quand même trouvé le moyen de marquer deux buts dans les victoires de 3-2 et 4-3 de l’Océanic de Rimouski devant les Olympiques de Gatineau.

Océanic 4/Olympiques 3: Lafrenière a fait courir les foules

Des combinaisons parfaites ont contribué à remplir le centre Robert-Guertin comme à ses belles années en fin de semaine.

Ceux qui l’avaient déserté au fil du temps cherchaient sans doute l’occasion idéale d’y remettre les pieds, surtout que les Olympiques de Gatineau ont été parmi les meilleurs clubs de la LHJMQ depuis le retour de la pause de Noël.

Ils venaient de gagner 12 de leurs 16 derniers matches avant la seule visite de la saison de l’Océanic de Rimouski samedi et dimanche.

Pour les 7492 partisans qui se sont entassés dans les gradins du «Vieux Bob» au cours des deux matches âprement disputés, le passage de l’Océanic représentait l’excuse parfaite pour renouer avec leurs Olympiques. Bien sûr, Alexis Lafrenière était l’attraction principale. Considéré comme un joueur de franchise dans la LNH, il est aussi le meilleur espoir en vue de la prochaine séance de sélection du circuit Bettman.

L’Océanic, c’est aussi l’équipe de la recrue gatinoise Mikaël Martel et du gardien Creed Jones, invincible depuis qu’il a été échangé de Gatineau à Rimouski.

Presque tout le monde aura trouvé son compte dans les deux duels. Face à l’équipe de l’heure de la LHJMQ, les Olympiques se sont admirablement bien défendus. Ils se sont inclinés 3-2 devant Creed Jones samedi et 4-3 devant son partenaire Colten Ellis dimanche. Chaque fois, les équipiers d’Éric Landry ont pu croire à la victoire jusqu’à la fin, mais en fin de compte, l’Océanic a pu signer ses neuvième et dixième gains consécutifs.

Alexis Lafrenière a été surveillé étroitement tout le week-end. Les Gatinois ont réussi à le contenir et à limiter les dégâts. Il a quand même trouvé le moyen de marquer un but dans chacun des deux matches, mais pendant deux jours consécutifs, le meilleur hockeyeur junior de la planète s’est fait voler la vedette par... Mikaël Martel!

Le «policier» de l’Océanic avait trouvé le fond du filet une fois en 47 matches dans la LHJMQ avant de rentrer à maison pour la première fois de sa carrière junior. L’ancien de l’Intrépide de Gatineau a marqué deux fois plutôt qu’une samedi.

C’est même lui qui a inscrit le but gagnant avec moins de trois minutes à jouer dans ce match.

Dimanche, il a ajouté son troisième but du week-end en profitant de deux bonds favorables. La rondelle a d’abord frappé la rampe derrière le filet pour revenir sur le gardien Rémi Poirier. Elle est ensuite passée entre les jambières du gardien des Olympiques pour amener le pointage à 3-2. Ce but allait encore être celui de la victoire jusqu’à ce que son ancien coéquipier Manix Landry réduise l’écart à 4-3 avec 14 secondes à écouler au match.

«J’ai tout donné. C’est une soirée de rêve! J’avais une centaine de parents et amis ici ce soir. Je me suis nourri de cette énergie-là. Quelques mauvais bonds (des Olympiques) ont joué en ma faveur. J’ai créé ma propre chance en travaillant fort», avait-il dit après le duel de samedi.

Il ne pensait sûrement pas avoir un autre coup de chance dimanche devant 3780 spectateurs, dont Pierre Dorion et sa garde rapprochée des Sénateurs d’Ottawa.

Alexis Lafrenière, lui, dit avoir essayé de ne pas se soucier de la présence de l’état major des Sénateurs, une équipe qui pourrait hériter du premier choix au repêchage.

«J’essaie de ne pas trop y penser. Je me concentre sur moi et les façons de m’améliorer. Je n’ai pas connu mes deux meilleurs matches ici. Je peux jouer mieux, mais nous avons gagné les deux matches. Il y avait beaucoup de monde dans les gradins. Nous avons eu du plaisir.»

Lafrenière se réjouissait aussi pour son coéquipier Martel, qui a connu le week-end de sa vie sur sa propre patinoire. «Mikaël travaille fort. Il est intense. C’est l’fun de voir qu’il peut produire comme ça. C’est bon pour lui. Ça va lui amener de la confiance.»

+

«NOUS AVONS JOUÉ SANS COMPLEXE» — ÉRIC LANDRY

Éric Landry grinçait des dents après avoir vu son équipe mordre la poussière malgré une lutte farouche contre l’Océanic de Rimouski.

Sa troupe a été dans le coup dans les deux duels contre cette équipe aspirante à la coupe du Président, mais elle n’a pas été récompensée avec des points au classement.

« L’Océanic a acheté beaucoup de joueurs pour gagner un championnat, mais nous avons joué sans complexe contre eux. Beaucoup de curieux sont venus voir Alexis Lafrenière, mais je pense que les gens ont aussi vu que nous avions une bonne équipe. Le jour approche où ils vont venir voir notre équipe ! »

L’entraîneur-chef des Olympiques a aimé la combativité de ses jeunes joueurs face à un club mature et physique.

« Nous avons démontré que le jeu physique ne nous intimidait pas. C’est dur de sortir de ce week-end sans point alors que nous étions si près. Il a fallu des buts chanceux sur des jeux imprévisibles pour faire la différence dans les deux matches. Quand c’est ce que ça prend pour nous battre, ça démontre que nous allons dans la bonne direction. Nous avons été la première équipe marquer plus que deux buts contre l’Océanic depuis plus de 10 matches. C’est aussi un pas dans la bonne direction », a-t-il ajouté.

Dans les deux matches, Kieran Craig avait donné une priorité de 1-0 aux Gatinois. David Aebischer a aussi compté samedi. Pier-Olivier Roy et Manix Landry ont été les autres compteurs dimanche. À part Mikaël Martel (trois buts) et Alexis Lafrenière (deux), Dmitry Zavgorodniy a été le seul autre Océanic à battre Rémi Poirier en fin de semaine. Il l’a fait à deux reprises.

Le défenseur David Aebischer a d’ailleurs tenu à remercier les partisans d’avoir été présents en si grand nombre contre la bande à Lafrenière.

« C’est clair. Quand le “Bob” est plein, ça nous motive. C’était l’fun de voir autant de monde et nous aurons besoin de nos partisans dans les prochains matches. Ils sont importants. Nous sommes impliqués dans une course aux séries. Nous avons perdu contre l’Océanic, mais je pense que nous avons démontré que nous n’étions pas loin d’eux. Nous sommes en progression. Nous jouons plus vite. Nous sommes plus confiants. Nous jouons mieux en équipe. » Après avoir limité les dégâts contre Lafrenière, Aebischer veut voir son club poursuivre avec une victoire mercredi à Boisbriand.