Mathieu Gagnon soulève la coupe du Président sur la patinoire des Mooseheads de Halifax le 11 mai dernier. Dimanche, au même endroit, il a célébré la conquête de la coupe Memorial avec les Huskies de Rouyn-Noranda.

Mathieu Gagnon double champion avec les Huskies

Programmé à ne jamais voir trop loin. À penser uniquement au prochain match, au processus et à sa routine, Mathieu Gagnon devait encore se pincer lundi pour réaliser que son nom serait gravé sur deux trophées prestigieux dès son année recrue : la coupe du Président et la coupe Memorial.

De retour à l’aéroport de Rouyn-Noranda où les Huskies ont été accueillis en héros après avoir gagné la finale de la coupe Memorial 4-2 à Halifax la veille, le Gatinois était encore sur un nuage.

« Je ne réalise pas encore toute l’ampleur de ce que nous venons d’accomplir. Nous avons pris les matches, un à la fois, toute l’année, mais là, il n’y a plus de prochain match ! Nous l’avons gagné. Nous sommes champions canadiens et j’en suis fier », a lancé l’ancien capitaine de l’Intrépide de Gatineau.

Centre du quatrième trio des Huskies pour l’année de ses 17 ans (il a eu 18 ans le 30 avril), Gagnon avait un rôle effacé dans un club bourré de talent, mais il a savouré chaque moment de la domination des Huskies, qui ont finalement remporté 79 matches en incluant les séries et le tournoi de la coupe Memorial. Leur fiche s’est arrêtée à 79-13-1. Deux fois, ils ont soulevé des coupes devant des gradins pleins... à Halifax !

« Ce n’est pas facile de jouer là-bas. Les partisans n’étaient clairement pas de notre côté dans la finale. Encore moins pendant le tournoi de la coupe Memorial. C’est une des bonnes foules de la LHJMQ, mais c’est plaisant de jouer dans un environnement où le hockey junior est apprécié. La coupe Memorial, c’est tellement gros. L’ambiance a été incroyable toute la semaine. Je vais en conserver des souvenirs pour la vie. »

Un point en finale

Dans la finale, Gagnon a fait sentir sa présence en préparant habilement le but d’assurance dans la troisième période d’un match où les Mooseheads avaient pris les devants 2-0.

« J’ai eu des frissons. On le voit sur la reprise que j’étais excité. C’était 2-2 après deux périodes. C’était un but important. Parce que la production offensive ne faisait pas partie de mes tâches cette année, j’ai pris ce point dans la finale comme une récompense pour tous mes efforts et mes sacrifices de la saison », a dit celui qui aura récolté deux passes en cinq matches pendant le tournoi national.

À Halifax, Gagnon co-chambrait avec Peter Abbandonato, le meilleur compteur de la LHJMQ en saison régulière. L’aîné se revoyait en Gagnon pendant cette saison phénoménale où les Huskies ont été pratiquement invincibles.

« Nos trois joueurs de 20 ans : Samuel Harvey, Jacob Neveu et Abbandonato ont vécu la même chose que moi quand ils ont gagné la coupe en 2016. Ils avaient des rôles limités à 17 ans, mais là, ils tous été des rouages importants de leur deuxième coupe du Président et d’une première coupe Memorial. J’ai été une éponge pendant tout notre parcours. J’ai essayé d’absorber toutes sortes d’informations afin de devenir un leader à mon tour quand j’aurai des responsabilités plus importantes. »

Aucun regret

Peu importe son temps de glace, le joueur recrue ne troquerait pas son expérience de la dernière année pour rien au monde.

« Sur une base individuelle, ce n’était pas l’idéal pour moi, mais je n’échangerais jamais ce que j’ai vécu avec personne. Nous avions un bon groupe de joueurs, de bons entraîneurs et avec tout ce que j’ai vécu et appris cette saison, je suis 10 fois meilleur comme joueur que je l’étais au début de la saison. Cette expérience va m’apporter beaucoup dès la saison prochaine. »

Peu importe ce que l’avenir lui réserve, Mathieu Gagnon pourra toujours dire qu’il a fait partie de la meilleure des 18 équipes de la LHJMQ à sa première saison. Il a même été membre de la meilleure des 60 équipes de la Ligue canadienne.