Mathieu Bizier

Mathieu Bizier rend déjà de précieux services aux Olympiques

Deux joueurs tenus en haute estime par les partisans des Olympiques de Gatineau reviendront au « Vieux Bob » pour la première fois samedi et dimanche, mais celui qui a été obtenu en échange de Tristan Bérubé et Jeffrey Durocher livre déjà la marchandise même s’il n’a que 17 ans.

Mathieu Bizier a inscrit huit points à ses 10 premiers matches chez les Olympiques où il a obtenu des responsabilités accrues. Avant d’être échangé par l’Océanic avec un choix de deuxième tour, il avait amassé 12 points en 33 matches à Rimouski cette saison.

« Nous avons fait un sacrifice en échangeant Jeffrey et Tristan à l’Océanic, mais Mathieu Bizier est arrivé ici et nous l’avons tout de suite placé dans un rôle offensif. Rapidement, il a été capable de nous démontrer qu’il pouvait faire le travail », a indiqué l’entraîneur-chef Éric Landry.

Ce dernier ajoute que l’apport offensif de Bizier est un boni à ce moment-ci. « Défensivement, nous savions qu’il serait impeccable alors même lorsqu’il ne marque pas, il est utile à l’équipe. Nous savons que Mathieu va se présenter tous les soirs. À 17 ans, il joue déjà de grosses minutes pour nous. Il est employé comme un vétéran de 19 ou 20 ans. D’ailleurs, on remarque des qualités de leader en lui », a ajouté Landry.

Chez l’Océanic, le directeur général et entraîneur-chef Serge Beausoleil se montre satisfait de ses récentes additions, qui comprennent celle du Gatinois D’Artagnan Joly.

« Colten Ellis a joué 51 matches l’an dernier et il a commencé à manquer d’énergie dans la partie la plus importante de la saison. Tristan Bérubé nous a permis d’ajouter de la profondeur à un poste clé. La formule a été éprouvée. Vous l’avez vu à Gatineau. Quand Philippe Desrosiers a eu des difficultés dans les séries de 2015, Louis-Philip Guindon est rentré et il a gagné neuf matches de suite. Je veux répartir la tâche entre nos gardiens. »

Beausoleil savait aussi ce qu’il achetait avec Durocher. « Quand tu réussis à aller chercher un capitaine, c’est toujours de bon augure. Jeffrey a du caractère et peut jouer dans bien des situations. Il était très prisé par d’autres clubs. Il a fallu payer le prix en laissant partir un jeune (Bizier) que nous aimions beaucoup. »