Le centre numéro un des 67’s, Marco Rossi, sera « un des meilleurs joueurs de toute la ligue », selon son entraîneur-chef, André Tourigny. Rossi sera éligible au prochain repêchage de la LNH en juin prochain.

Marco Rossi affrontera les Olympiques

Les 67’s d’Ottawa sont au travail depuis quelques jours, à peine. Leurs entraîneurs n’ont même pas eu le temps d’organiser une véritable séance d’entraînement digne de ce nom.

Le camp des Olympiques de Gatineau, lui, entrera bientôt dans sa troisième semaine.

Les deux équipes qui croiseront le fer, jeudi soir à Rockland, ne sont décidément pas au même niveau.

Ça ne gêne pas trop l’entraîneur-chef de la formation ontarienne.

Et tant mieux s’il y a de l’animosité dans l’air à l’Académie canadienne internationale, selon André Tourigny.

« S’il y a de l’intensité dans la partie, je vais l’aimer », déclare-t-il.

« C’est bon de jouer des matches hors-concours qui ont une signification. Sinon, ça ne te donne pas une vraie lecture sur tes joueurs. Jeudi, il y aura une belle intensité. Une belle rivalité. Ça va être le fun. »

Tourigny ne craindra pas d’exposer quelques-uns de ses joueurs les plus importants. Il a par exemple décidé que son centre numéro un, Marco Rossi, sera de la rencontre.

Le jeune prodige autrichien était déjà un membre important de l’attaque, l’an dernier. Même s’il n’avait que 16 ans et qu’il n’avait aucune expérience du hockey nord-américain, il a trouvé le moyen de récolter 65 points en 53 parties.

Il aura un rôle encore plus important à jouer, cette année. Le marqueur de 59 buts Tye Felhaber est parti. Le leader Sasha Chmelevski aussi.

« Marco sera un joueur clé, pour nous autres. Il sera un des meilleurs joueurs de toute la ligue », prédit Tourigny.

« Il a déjà beaucoup prouvé. Tout au long de sa première saison, il a joué contre les meilleurs. Il a joué contre les premiers trios, cotre des gars plus vieux. Il était déjà notre premier joueur de centre. Il nous a suivis jusqu’en finale. Il nous a prouvé qu’il est capable d’être constant et qu’il est capable de jouer dans les deux sens de la glace. Il nous a prouvé qu’il est perfectionniste et qu’il veut s’améliorer, chaque soir. On est contents de l’avoir de notre bord. »

Rossi est déjà capable d’identifier son objectif principal pour la prochaine saison.

« Je veux un championnat. Nous avons perdu en finale, l’an dernier. Ça me fait encore mal. »

Repêchage

Il dit cela avec tellement d’assurance, sans un instant d’hésitation. On se demande s’il pense un peu à l’opportunité unique qui s’offrira à lui.

Selon presque tous les classements de fin d’été, il fait partie des espoirs de première ronde, pour le prochain repêchage de la LNH. Certains observateurs croient même qu’il se faufilera dans le top-10.

« C’est clair que ça me trotte dans le fond de la tête. Mais j’essaie vraiment de ne trop y penser. C’est vraiment de la pression inutile, à cette période de l’année. Pour l’instant, je veux juste avoir du plaisir. Et me donner au maximum, jour après jour. »

Un joueur qui est sélectionné parmi les 10 premiers, ça n’arrive pas tous les jours. Chez les 67’s, ça s’est produit seulement deux fois, depuis le tournant du millénaire. Sean Monahan a été choisi au sixième rang, en 2013. Logan Couture a été le neuvième joueur réclamé, en 2007.

Rossi possède de belles qualités, pour continuer de marcher dans les traces de ces deux joueurs. Les gens qui ont réclamé Monahan et Couture ne l’ont jamais regretté.

« C’est un gars calme. Très réservé. Mais très compétitif. Un gars qui se soucie de tous les petits détails et qui veut être meilleur chaque jour. Tout lui tient à cœur », dit Tourigny.