Tristan Luneau a été sélectionné par les Olympiques au tout premier rang du repêchage de la LHJMQ.
Tristan Luneau a été sélectionné par les Olympiques au tout premier rang du repêchage de la LHJMQ.

Luneau accepte de venir à Gatineau [PHOTOS + VIDÉO]

C’était une soirée historique pour les Olympiques de Gatineau.

Pour la première fois en 47 ans, ils avaient le privilège de choisir le premier joueur d’une séance de sélection de la LHJMQ.

Tristan Luneau s’élevait au-dessus de la mêlée dans la cuvée des joueurs nés en 2004, mais le défenseur de Victoriaville étudiait aussi ses options au sud de la frontière.

À LIRE AUSSI : Les Olympiques volent le spectacle

Allait-il venir à Gatineau si les Olympiques le sélectionnaient?

L’espoir numéro un de la séance a rapidement mis fin au suspense en se présentant au quartier général des Olympiques dans un hôtel de Gatineau vendredi soir.

Maxime Talbot, double champion de la coupe du Président chez les Olympiques était aussi sur place. C’est lui qui a annoncé la sélection de Tristan Luneau. Talbot a aussitôt tendu une casquette et un chandail au dossard numéro 8 vers le premier choix de l’encan 2020 de la LHJMQ.

Le Droit a eu accès en photos à la "War room" des Olympiques de Gatineau lors du repêchage de la LHJMQ vendredi soir.

Luneau s’est empressé de visser la casquette sur sa tête et d’enfiler le chandail. En entrevue, il a été sans équivoque.

«Je suis fier d’être un Olympique. Mon contrat est signé. C’est officiel. Je vais me rapporter à l’équipe», a dit le seul joueur qui a eu le privilège d’endosser son nouveau chandail au cours de la première ronde de ce repêchage virtuel.

Les Olympiques s’étaient entendus avec le capitaine des Estacades de Trois-Rivières il y a quelques jours, mais ils tenaient à garder l’effet-surprise pour le grand jour.

«Dans mon coeur, ça faisait plusieurs jours que je savais que je voulais venir à Gatineau, mais je continuais à considérer mes options. Toutes mes rencontres avec les nouveaux dirigeants de l’organisation ont fait pencher la balance. Je sentais que c’était une place où je pouvais développer mes aptitudes dans les prochaines années.»

Tristan Luneau avait un engagement verbal envers l’Université du Wisconsin, mais cette semaine, il a choisi de poursuivre son chemin dans la LHJMQ. Ses parents, présents à Gatineau vendredi, l’ont guidé dans sa réflexion, mais c’est vraiment le joueur qui a tranché.

«La décision a été difficile à prendre, mais en même temps, tous les changements qui sont survenus à Gatineau et les discussions des derniers jours ont facilité mon choix. Pour mon développement, c’était mieux pour moi de jouer dans l’équipe la plus décorée de la LHJMQ. Selon moi, ce n’est pas un hasard. Je voulais poursuivre ici, surtout que l’équipe compte maintenant plusieurs très bons jeunes joueurs. Nous allons viser un championnat d’ici deux ou trois ans.»

Antonin Verreault, sélectionné au deuxième rang, et Noah Warren, choisi au huitième rang, sont également ses grands amis. Le trio a joué ensemble aux Jeux olympiques de la jeunesse en Suisse l’hiver dernier. Ils se retrouveront à Gatineau la saison prochaine.


« Je suis fier d’être un Olympique. Mon contrat est signé. C’est officiel. Je vais me rapporter à l’équipe »
Tristan Luneau

S’il a hésité longuement avant de s’engager envers les Olympiques, Luneau était tout à fait fébrile lorsqu’il a filmé la vidéo de l’annonce de sa sélection avec Maxime Talbot.

«En tournant la vidéo officielle, je tremblais sur ma chaise. On dirait que je ne le croyais pas. C’est un sentiment incroyable.»

À présent qu’il porte l’étiquette du joueur numéro un de la séance de sélection 2020 de la LHJMQ, Luneau se dit encore plus motivé.

«C’est tout un honneur. Je vais m’entraîner fort pour répondre aux attentes. Quand tu es le premier choix, ça donne plus de motivation. Je serai prêt au prochain camp d’entraînement.»

À sa deuxième saison dans la Ligue midget AAA du Québec la saison dernière, Luneau a amassé six buts et 30 points en 37 matches. Il avait récolté 24 points en 42 matches à 14 ans chez les Estacades.