Selon Craig Button de TSN, Marco Rossi a toutes les qualités requises pour diriger un premier trio au plus haut niveau.
Selon Craig Button de TSN, Marco Rossi a toutes les qualités requises pour diriger un premier trio au plus haut niveau.

Loterie de la LNH: les débats peuvent commencer

Alexis Lafrenière, c’est le gros lot.

Pour les Sénateurs d’Ottawa, il n’a jamais été l’unique cible. Avec deux choix parmi les six premiers, un troisième choix en première ronde et pas moins de quatre choix de deuxième ronde, ils ont accordé une importance toute particulière à tous les jeunes joueurs de talent.

Bien malin celui qui pourrait prédire l’issue du prochain repêchage.

Les journalistes qui sont spécialisés dans l’évaluation des espoirs ne sont pas capables de s’entendre sur la stratégie que l’équipe devrait adopter!

Il y a d’abord un débat intéressant à faire entre les deux centres qui suivent Lafrenière sur la plupart des classements.

D’un côté, il y a le Canadien Quinton Byfield. De l’autre, il y a l’Allemand Tim Stützle.

L’Allemand Tim Stützle

Entre les deux, lequel est le meilleur?

«Moi, j’estime que Stützle n’est pas très loin de Lafrenière», estime Mathias Brunet, de La Presse.

«Je dois avouer que je ne comprends pas les dépisteurs qui ont dit qu’il ne va pas dans la circulation dense. Moi, ce que j’ai vu, c’est le contraire! Sa créativité, sa passion, son sens du jeu... Ça prend un joueur spécial, à son âge, pour dominer dans une ligue d’élite comme celle de l’Allemagne.»

Scott Wheeler, de L’Athlétique, croit pour sa part que Stützle risque de faire carrière en tant qu’ailier dans la LNH.

Une équipe qui veut sortir de cet imprévisible repêchage avec un bon joueur de centre devrait donc se tourner vers Byfield.

L'attaquant Quinton Byfield

«Quinton est le meilleur des deux. Il est aussi un centre naturel. Il n’y a pas vraiment de faiblesses, dans son jeu. On ne peut pas ignorer son potentiel offensif. En plus, il mesure six pieds et quatre pouces. Il pourrait finir par à ressembler à Eric Staal ou à Evgeni Malkin. Des joueurs comme ça, il n’y en a jamais plus de deux ou trois dans la ligue, en même temps.»

Craig Button, de TSN, comprend le débat.

«Les gens ont de la misère à les départager parce que ce sont deux excellents joueurs», dit-il.

«Ce qui me semble évident, en étudiant la banque d’espoirs des Sénateurs, c’est qu’ils ont besoin d’un centre numéro un.»

Si les Sénateurs n’ont pas la chance de réclamer un des deux joueurs mentionnés plus haut, Button est d’avis que Marco Rossi a également toutes les qualités requises pour diriger un premier trio au plus haut niveau.

Pour la suite des choses, c’est aussi compliqué.

Jamie Drysdale est le meilleur défenseur disponible, cette année.

Le défenseur Jamie Drysdale

Wheeler croit que les Sénateurs n’en ont pas besoin. «Ils misent déjà sur Thomas Chabot, Erik Brännström, Lassi Thomson et Jacob Bernard-Docker. Je crois sincèrement qu’ils vont utiliser leurs deux premiers choix pour sélectionner deux attaquants.»

Brunet est cependant d’avis que Drysdale apporterait une dimension différente.

«C’est un game breaker. Il n’est pas parfait, défensivement, mais toutes les équipes ont besoin d’un game breaker, en 2020.»

Button penche de côté. «Pour les Sénateurs, la meilleure façon d’améliorer leur équipe serait d’y ajouter un centre numéro un et un défenseur numéro un. Drysdale, à mon avis, est un futur défenseur numéro un. Et il est droitier.»

Le gardien russe Yaroslav Askarov

Askarov

Depuis quelques jours, une rumeur circule en ville. Les Sénateurs pourraient aussi chercher à mettre la main sur Yaroslav Askarov, le meilleur gardien disponible.

«Le repêchage sera virtuel, cette année. Dans une année normale, ça se passerait dans un amphithéâtre avec une grande estrade. Si c’était une année normale, et si Askarov était toujours disponible au moment où les Sénateurs feraient leur troisième choix... Eh bien, je dirais à Pierre Dorion de courir vers l’estrade à la vitesse d’Usain Bolt», ricane Button.

«Il est possiblement le meilleur gardien disponible, au repêchage, depuis Carey Price, en 2005.»

Brunet croit que les Sénateurs devront possiblement compléter une transaction, afin d’améliorer son rang de sélection. «S’il réussit à sortir de ce repêchage avec un centre, Drysdale et Askarov, il sera en business

Wheeler est quand même perplexe.

«Le prix à payer dans une transaction qui lui permettrait d’avancer, de cette façon, pourrait être très élevé.»