Les travaux ont été lancés lundi à Saint-Tite, en vue de la Classique hivernale 2019. Rappelons que le plat de résistance de cet événement tenu sur 10 jours par les Cataractes sera les deux matchs face à l’Océanic et les Remparts, les 8 et 9 février.

LHJMQ: sept prétendants, une coupe

CHRONIQUE / Les jeux sont faits dans la LHJMQ. Après une période de transactions fertile en émotions, sept clubs ont décidé de s’équiper pour tenter de soulever la coupe du Président. Avec le nouveau format des séries, il y aura des déceptions dans certains de ces marchés, c’est inévitable. Jetons un coup d’œil à ce nouvel ordre des forces.

1. Huskies de Rouyn-Noranda

Mario Pouliot s’est transformé en chirurgien ces dernières semaines. Il n’a pas ajouté énormément de nouveaux visages aux Huskies, mais il a réussi à arracher deux des joueurs les plus convoités en Noah Dobson et Joël Teasdale. Déjà l’équipe la plus performante de la ligue, les Huskies méritent le titre d’équipe à battre avec ces deux acquisitions. Dobson est un cheval, un vrai. Le meilleur défenseur de la ligue, sans l’ombre d’un doute. Teasdale, peut-être l’attaquant le plus complet de la ligue. Les deux ont de l’expérience en séries. Tout comme Pouliot, qui a mené le Titan à la Coupe Memorial pas plus tard que le printemps dernier. À souligner aussi le retour de Louis-Filip Côté, qui vient donner encore plus de coffre à une belle attaque.

2. Mooseheads d’Halifax

Cam Russell a été un peu plus discret qu’anticipé au cours de la dernière période des transactions. Faut dire que le directeur-gérant du club hôte de la Coupe Memorial avait fait pas mal d’emplettes au cours de la saison morte et des premiers mois du calendrier. Russell a quand même ajouté un vétéran attaquant de 20 ans, Keith Getson, et le Shawiniganais Alexis Sansfaçon comme police d’assurance dans le champ arrière. L’attaque est bien garnie, tout comme la défense. Reste à voir le travail qui sera livré entre les poteaux par Alexis Gravel. Ne pas oublier dans l’équation Éric Veilleux. Ce dernier a de l’expérience à revendre. Il a vu neiger, le petit général. En période de tempête, ce bagage est inestimable.

3. Voltigeurs de Drummondville

Stéphane Desroches a utilisé ses cartouches pour étoffer la brigade défensive de Steve Hartley. Pierre-Olivier Joseph était très convoité, probablement le meilleur arrière du circuit après Dobson. Michal Ivan a vécu le spectaculaire printemps du Titan l’an dernier, il va mettre l’épaule à la roue lui aussi. En attaque, il faudra surveiller Shane Bowers, qui évolue dans la NCAA. Après avoir acquis ses droits, les Voltigeurs vont tout mettre en œuvre pour l’attirer à Drummondville. Même sans Bowers, cette attaque fait peur! Le dossier Maxime Comtois va aussi attirer les regards, après la controverse déclenchée par ce tir de pénalité raté au Championnat du monde junior. Comtois est revenu avec une épaule en compote, il va rater au moins deux semaines. Ce n’est peut-être pas vilain pour un jeune homme de 19 ans qui doit refaire ses forces, autant mentalement que physiquement.

4. Océanic de Rimouski

Les attentes sont grandes à Rimouski. Parce que sa grande vedette Alexis Lafrenière sera de retour l’an prochain, Serge Beausoleil a quand même acheté avec modération. Reste que les additions de Dartagnan Joly, Tristan Bérubé et Jeffrey Durocher lui offrent plus de la latitude pour se préparer à la guerre. En plus de son empereur, l’Océanic mise maintenant sur le meilleur duo de gardiens du circuit. L’attaque est solide, la défensive pas vilaine non plus. Sur papier, l’Océanic est probablement un peu inférieur aux trois premières équipes du palmarès, mais pas par un mille. C’est jouable.

5. Drakkar de Baie-Comeau

Dur de suivre Steve Ahern. En un mois, le Drakkar aura utilisé pas moins de cinq gardiens! C’est le dernier arrivé, Raphaël D’Orio, qui constitue sa plus belle prise. Au sein d’une équipe à maturité, il pourra enfin montrer son vrai potentiel. Sur les rangs pour Pierre-Olivier Joseph et Joël Teasdale, Ahern a toutefois mordu la poussière. Pascal Corbeil amène une belle dimension offensive dans le champ arrière, mais sinon, le reste des mouvements est davantage relié à la profondeur. Résultat, Martin Bernard pilote une équipe mature, équilibrée. Mais elle n’est pas aussi explosive que les plus sérieux prétendants à la Coupe du Président.

6. Wildcats de Moncton

Voilà une équipe qui traverse des moments plus difficiles, après un début de saison exceptionnel. Les Wildcats ont été conservateurs au cours des dernières semaines, travaillant des dossiers secondaires. Christian Huntley et Aleksi Anttalainen vont donner un bon coup de main, mais on est loin de l’impact attendu des Dobson, Joseph et Teasdale. Cette équipe est néanmoins bourrée de vétérans et elle est mature physiquement. Elle ne sera pas facile à tasser une fois le printemps installé… si l’électrochoc offert lundi fonctionne! En effet, Darren Rumble a été limogé par les Wildcats et il a été remplacé par Josh Hepditch sur une base intérimaire.

7. Screaming Eagles du Cap-Breton

Les Screaming Eagles passent sous le radar, mais ont néanmoins réalisé de belles acquisitions. Shawn Boudrias, Derek Gentile et Roddie Sandilands viennent compléter une équipe dont le noyau a été élevé ensemble par Marc-André Dumont. Si les astres s’alignent, qui sait jusqu’où les Screaming Eagles peuvent se rendre. Le gardien Kevin Mandolese est sous-estimé. Sandilands va contribuer à lui offrir un peu plus de protection.