Rassemblés au sein d'un même trio, Zack MacEwen, Vitalii Abramov et Yakov Trenin ont mené les Olympiques vers une première victoire de 4-3 mercredi soir au centre Robert-Guertin.

Les vétérans se lèvent, les Olympiques toujours en vie

Il y avait moins de croyants dans le temple de la rue Carillon mercredi soir, mais quelques vétérans des Olympiques de Gatineau étaient déterminés à ne pas terminer leur saison de manière aussi abrupte.
Muselés dans les trois premiers revers de la série, Vitalii Abramov et Yakov Trenin ont finalement solutionné le gardien Kyle Jessiman à leur quatrième essai. Réunis à Zack MacEwen dans un trio explosif, les deux Russes ont marqué leurs premiers buts de la série pour aider les Gatinois à l'emporter de 4-3 et ainsi permettre à leur équipe de souffler un peu face aux Screaming Eagles du Cap-Breton.
En ramenant la série à 3-1 en faveur des Néo-Écossais, les Olympiques ont évité d'être balayés pour la deuxième fois en 35 ans dans une série de première ronde.
D'autres vétérans avaient le goût d'étirer leur saison pour au moins un autre match local vendredi. Zack MacEwen a participé à deux des quatre buts. Le trio nouvellement improvisé par l'entraîneur-chef Éric Landry a totalisé sept points.
« Quand tu tires de l'arrière 3-0 et que tu cherches une façon de gagner, il faut essayer des choses. Ce soir, ç'a fonctionné », a indiqué Éric Landry après cette première victoire.
Loin d'être rétabli à 100 % d'une blessure au bas du corps, Alex Breton a effectué un retour au jeu en désespoir de cause. Il a stabilisé les choses en défensive en plus de contribuer une passe sur un but compté en avantage numérique.
Comme ils l'avaient fait dans le deuxième match à Sydney, les Olympiques ont pris quelques avances de deux buts en première moitié de rencontre, mais les Screaming Eagles ne lâchent jamais prise facilement. Encore une fois, ils sont revenus de l'arrière pour créer l'égalité 3-3  grâce à deux autres buts marqués en avantage numérique en deuxième période. Or, Vitalii Abramov a mis fin à sa disette offensive en marquant le but de la victoire en fin de période médiane lorsqu'il a trouvé la petite ouverture dans le haut du filet que le gardien Kyle Jessiman ne protégeait pas.
La troisième période a probablement été la meilleure des locaux qui ont dominé 11-3 au chapitre des tirs, mais elle aura été dure sur les nerfs des 2000 partisans parce que les deux équipes ont raté quelques belles occasions de marquer sans que le score ne change.
Pour la première fois en quatre matches, le gardien recrue des Screaming Eagles a été battu plus de deux fois dans une partie. En plus des deux Russes, Jacob Lapierre et Vincent Milot-Ouellet ont aussi fait secouer les cordages pour la première fois de la série.
Lapierre a récupéré un retour de tir d'Abramov pour aider son club à prendre les devants 3-2.
« Plus tu joues contre une équipe, plus tu en apprends sur leur façon de jouer. On commence peut-être à savoir comment compter des buts sur Jessiman, mais c'est la même chose de l'autre côté. Je suis content d'avoir pu aider parce que nos bons joueurs sont sortis très forts », a souligné Lapierre.
À sa deuxième partie après une absence de 10 semaines, Milot-Ouellet avait donné une avance de 2-0 aux Gatinois en première période en comptant pendant une supériorité numérique. Depuis deux ans, ç'a été sa marque de commerce chez les Olympiques.
Devant le filet, les Gatinois se sont automatiquement tournés vers Tristan Bérubé. Ils n'ont pas eu à prendre de décision sur l'identité de leur gardien partant puisque Mathieu Bellemare a été blessé au haut du corps après avoir été retiré du match de mardi. Bérubé a fait face à 31 tirs, le même nombre que Jessiman et il a très bien paru pour empêcher les visiteurs de passer aux quarts de finale de la LHJMQ.
Bérubé a ainsi signé sa première victoire en carrière dans les séries de la LHJMQ. Il a eu chaud en fin de troisième période quand Massimo Carozza l'a déjoué pour égaler la marque 4-4, mais la reprise vidéo a déterminé qu'il avait poussé la rondelle dans le filet avec sa main.
Jordan Ty Fournier, Drake Batherson et Giovanni Fiore ont été les marqueurs des Eagles.
Batherson est déjà rendu à quatre buts dans cette série et savait que les Olympiques ne mourraient pas facilement. « Ils ont le dos au mur. On savait qu'ils feraient tout pour rester en vie. C'est à nous de reprendre le momentum vendredi. »
Un remaniement de trio profitable
Il y avait moins de croyants dans le temple de la rue Carillon mercredi soir, mais quelques vétérans des Olympiques de Gatineau étaient déterminés à ne pas terminer leur saison de manière aussi abrupte.
Muselés dans les trois premiers revers de la série, Vitalii Abramov et Yakov Trenin ont finalement solutionné le gardien Kyle Jessiman à leur quatrième essai. Réunis à Zack MacEwen dans un trio explosif, les deux Russes ont marqué leurs premiers buts de la série pour aider les Gatinois à l'emporter de 4-3 et ainsi permettre à leur équipe de souffler un peu face aux Screaming Eagles du Cap-Breton.
En ramenant la série à 3-1 en faveur des Néo-Écossais, les Olympiques ont évité d'être balayés pour la deuxième fois en 35 ans dans une série de première ronde.
D'autres vétérans avaient le goût d'étirer leur saison pour au moins un autre match local vendredi. Zack MacEwen a participé à deux des quatre buts. Le trio nouvellement improvisé par l'entraîneur-chef Éric Landry a totalisé sept points.
« Quand tu tires de l'arrière 3-0 et que tu cherches une façon de gagner, il faut essayer des choses. Ce soir, ç'a fonctionné », a indiqué Éric Landry après cette première victoire.
Loin d'être rétabli à 100 % d'une blessure au bas du corps, Alex Breton a effectué un retour au jeu en désespoir de cause. Il a stabilisé les choses en défensive en plus de contribuer une passe sur un but compté en avantage numérique.
Comme ils l'avaient fait dans le deuxième match à Sydney, les Olympiques ont pris quelques avances de deux buts en première moitié de rencontre, mais les Screaming Eagles ne lâchent jamais prise facilement. Encore une fois, ils sont revenus de l'arrière pour créer l'égalité 3-3  grâce à deux autres buts marqués en avantage numérique en deuxième période. Or, Vitalii Abramov a mis fin à sa disette offensive en Complètement débordés mardi, les Olympiques ont rapidement trouvé des solutions pour franchir la ligne rouge où ils sont constamment attendus par quatre joueurs des Screaming Eagles.
« Nous avons été beaucoup plus rapides sur la glace que la veille et l'effort était bien meilleur aussi. Nous étions constamment dans le jeu, et ce, dans toutes les phases. C'est la plus grande différence », a fait remarquer l'entraîneur-chef Éric Landry.
Ce dernier savait qu'il avait un travail de motivation à faire pour que ses joueurs évoluent à leur plein potentiel alors que la côte s'annonce difficile à remonter. Il s'est donc assuré d'aller puiser dans la volonté de chacun. Mercredi, ses vétérans ont répondu favorablement.
« Il faut trouver des façons de garder les joueurs concentrés sur la prochaine partie. Il faut travailler sur les éléments qui vont leur permettre d'y croire. J'ai déjà vu plusieurs remontées dans l'histoire du hockey », a ajouté Landry.
Ce dernier a donné la note de passage à tous ses joueurs pour cette victoire tant attendue. Son équipe a accordé moins de tirs et a écopé de moins de pénalités (5), mais il y a eu une série de trois punitions consécutives qui a donné une chance aux Screaming Eagles de revenir dans le match en deuxième période. Les visiteurs ont marqué deux fois pour faire fondre l'avance de 3-1 pour raviver de mauvais souvenir aux partisans gatinois.
« Nous avons perdu la concentration un peu en deuxième et ils en ont profité pour revenir dans le match. Pendant le reste du match, nous avons bien contrôlé le jeu et nous n'avons pas essayé de trop en faire », a dit Landry, qui était content de voir Trenin débloquer.
« À part les punitions, Yakov a toujours travaillé d'arrache-pied dans cette série. Il s'est présenté à tous les matches. »
Chez les Screaming Eagles, Drake Batherson soulignait que son équipe aimait revenir dans les matches au moment où tout le monde pourrait les croire battus. « Ç'a été notre marque de commerce cette année. Nous gardons toujours les choses simples et nous suivons le plan de match. Souvent, il se produit de bonnes choses. »
Près du vestiaire des Olympiques, Zack MacEwen était soulagé d'étirer sa saison de rêve d'au moins un autre match. Avant la rencontre, Éric Landry lui avait fait cadeau de deux compagnons de trio en or.
« Je n'avais pas joué avec les deux en même temps cette année. Nous avons eu des chances tôt dans le match et nous avons aussi assuré une présence physique », a dit celui qui se disait fatigué après avoir passé beaucoup de temps sur la patinoire mercredi.
Il n'allait surtout pas s'en plaindre. De toute façon, le club aura congé d'entraînement jeudi. « Ce sont les séries. Tout le monde est fatigué, mais il faut aller à la guerre quand même ! »
À présent que la première victoire est en poche, MacEwen sera à la recherche d'un deuxième gain vendredi. « Il faut rester positif et contrôler ce que nous pouvons contrôler. Plusieurs personnes répètent que le hockey junior est la meilleure période de leur vie. Je veux étirer la sauce le plus longtemps possible. »