Derick Brassard et Louis Robitaille ont souhaité la bienvenue à Antonin Verreault et Noah Warren au quartier général des Olympiques de Gatineau samedi matin.
Derick Brassard et Louis Robitaille ont souhaité la bienvenue à Antonin Verreault et Noah Warren au quartier général des Olympiques de Gatineau samedi matin.

Les trois amigos réunis à Gatineau

Parce qu’ils font partie de l’élite des hockeyeurs de leur groupe d’âge au Québec, Tristan Luneau, Antonin Verreault et Noah Warren sont des amis de longue date.

Au hockey mineur, ils n’ont jamais été coéquipiers pendant une saison. Luneau est natif de Victoriaville, Verreault vient de Mirabel et Warren de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Par contre, ils ont souvent été réunis dans des ligues d’été et des événements de Hockey Québec. Ils ont aussi gagné la médaille de bronze avec l’équipe canadienne aux Jeux olympiques de la jeunesse en Suisse l’hiver dernier.

Le trio a été rassemblé de nouveau samedi matin dans un hôtel de Gatineau. Cette fois, ils portaient tous le chandail des Olympiques de Gatineau.

«Je me suis levé à 5 heures pour m’en venir ici ce matin. C’est un peu tôt, mais ça valait vraiment la peine», a lancé Noah Warren, choisi au huitième rang de la première ronde vendredi soir.

Un défenseur de 6’5’’, Warren était extrêmement ravi de renouer avec ses copains Verreault et Luneau.

«On se suit depuis longtemps. On a pu se faire un gros câlin! On a fait un tour de ville. On a rencontré tout le personnel de hockey de l’équipe. Ça m’a donné une impression très favorable. Je suis très excité de porter ce chandail et de me joindre à une équipe au passé glorieux. Ils ont gagné sept coupes du Président et une coupe Memorial. Nous voulons aller chercher la huitième coupe et pourquoi pas la deuxième coupe Memorial tant qu’à faire?», a ajouté celui qui compare son style de jeu à celui de Seth Jones des Blue Jackets de Columbus.


« Je pense être capable de jouer un rôle offensif dès l’année prochaine avec les Olympiques. Je prépare un peu plus de buts que j’en compte, mais je suis capable de la mettre dedans aussi. »
Antonin Verreault

Antonin Verreault, meilleur compteur de l’équipe canadienne aux Jeux olympiques de la jeunesse, était aussi satisfait de se retrouver avec un chandail des Olympiques sur le dos.

«C’est un sentiment incroyable. Je pensais vraiment que les Olympiques allaient me repêcher. Je n’en reviens pas que Tristan Luneau et Noah Warren seront mes coéquipiers. C’est incroyable. Je suis vraiment content de nous voir ensemble», a dit le deuxième choix de la séance de vendredi soir.

À 15 ans, Verreault a été le huitième compteur de la Ligue de hockey midget AAA avec une récolte de 17 buts et 48 points en 39 matches.

«Je pense être capable de jouer un rôle offensif dès l’année prochaine avec les Olympiques. Je prépare un peu plus de buts que j’en compte, mais je suis capable de la mettre dedans aussi. Je joue à haute vitesse. Je ne suis jamais satisfait. Je veux m’améliorer tous les jours. Je compare mon style à celui de Johnny Gaudreau (des Flames de Calgary)», indiqué l’attaquant de 5’7’’.

Après deux saisons à évoluer dans la Ligue midget AAA à 14 et 15 ans, le défenseur Noah Warren pense aussi être prêt à faire le saut dans la LHJMQ.

«Avec mon gabarit, je devais me retenir un peu pour éviter les punitions! La LHJMQ va me permettre d’être plus physique qu’au midget AAA. Je suis reconnu pour mon jeu défensif, mais je suis capable de jouer dans les deux sens de la patinoire et d’assurer le jeu de transitions avec ma première passe.»

Samuel Savoie

Enfin, parce qu’il est au Nouveau-Brunswick, Samuel Savoie devra attendre plus longtemps que les trois autres choix de première ronde des Olympiques avant d’avoir son nouveau chandail. Le franc-tireur des Flyers de Moncton a été choisi au quatrième rang du repêchage de la LHJMQ vendredi.

«Je suis vraiment excité d’avoir été repêché par Gatineau. C’est l’endroit où je me voyais. Je suis dans le territoire des Sea Dogs de Saint-Jean, mais il n’y avait pas beaucoup d’ouverture pour moi dans cette équipe. Pour moi, la meilleure façon de me rendre chez les professionnels, c’était de commencer à jouer pour les Olympiques», a dit l’auteur de 56 points en 37 matches la saison dernière.

Véritable passionné du hockey, l’attaquant de 5’9’’ ne connaît pas personnellement Xavier Simoneau, mais il assure avoir le même style que le patineur vedette de St-André-Avellin.

«Je l’ai vu jouer à la télévision. Je suis une peste comme lui. Nous adorons le jeu. Nous sommes compétitifs et émotifs», a expliqué la recrue et le joueur par excellence de la Ligue midget AAA du Nouveau-Brunswick/Île-du-Prince-Édouard.