Édouard St-Laurent marque sur une échappée.

Les Remparts ont protégé leur avance

Finalement, les Remparts de Québec n’auront pas étiré leur voyage inutilement en revenant à Gatineau lundi pour compléter un match interrompu par une panne d’électricité le 4 novembre dernier.

Les Diables rouges menaient 2-1 après 38 minutes de jeu quand le centre Robert-Guertin avait été plongé dans le noir. Lundi soir, devant une centaine de spectateurs rassemblés pour voir 22 minutes de jeu, ils ont doublé cette avance pour consolider leur victoire de 4-2 sur les Olympiques.

Plusieurs joueurs ont changé de camp depuis le match du mois de novembre. Olympiques et Remparts ont d’ailleurs procédé à une transaction entre eux. Celle-ci a fait en sorte que Pier-Olivier Lacombe a joué pour les deux équipes durant ce match ! Braeden Virtue, blessé lors du dernier passage des Remparts, a remplacé Lacombe dans l’alignement gatinois lundi soir.

Le match a repris abruptement avec les Remparts en avantage numérique en fin de deuxième période. Les locaux sont parvenus à écouler la punition, mais Édouard St-Laurent a placé les visiteurs en position confortable en profitant d’une rondelle bondissante qui a passé par-dessus le bâton du capitaine Gabriel Bilodeau pour s’échapper et faire 3-1 en troisième période.

Mathieu Bizier a ramené les Olympiques dans le coup avec un but en désavantage numérique contre le nouveau gardien Kyle Jessiman, mais Nicolas Savoie a mis le match hors de portée des Gatinois à l’aide d’un tir de loin, qui a surpris Creed Jones après un revirement. Philipp Kurashev et Andrew Coxhead avaient donné une priorité de 2-1 aux Remparts dans le match initial. Métis Roelens avait assuré la réplique des Gatinois en novembre. Il a aussi participé au but de Bizier lundi pour lui donner 10 points à ses neuf derniers matches.

Dans son bureau, après le match, l’entraîneur-chef Éric Landry était content de mettre ce match de côté.

« Nous sommes rentrés de Baie-Comeau à cinq heures du matin dimanche. Normalement, le lundi, nous récupérons de nos voyages. Ce n’était pas un match complet, mais ç’a demandé de l’énergie quand même. Nous avions une période pour aller chercher au moins un but. Nous avons ouvert le jeu. Nous avons mis de la pression en jouant un style plus offensif qu’à l’habitude. Nous voulions réduire l’écart. Nous avons marqué en désavantage numérique, mais ce n’était pas assez. »

Chez les Remparts, l’entraîneur-chef Patrick Roy s’est dit surpris par l’allure de la reprise du jeu. D’ailleurs, les deux gardiens ont eu à se signaler sur les nombreuses occasions de marquer.

« Honnêtement, j’ai été surpris. Ça jouait ! Le jeu était pas mal up and down. Je m’attendais à ce que ça soit plus serré, mais les deux équipes ont pratiqué un jeu ouvert. »

Roy a éprouvé une sensation étrange en commençant un match avec un avantage numérique en territoire des Olympiques.

« On m’a dit qu’il y a juste à Gatineau que ça pouvait arriver, ces choses-là ! Ça va leur faire du bien d’avoir un nouvel amphithéâtre. Je suis content pour les Olympiques. Ça va amener un vent de fraîcheur. Les partisans méritent ça. »

Même s’il ne restait que 22 minutes à jouer, Roy n’a pas hésité à utiliser ses quatre trios.

« J’aime nos quatre trios. Ça ne me dérange pas du tout de rouler avec les quatre trios. Je suis content des changements que nous avons faits. C’est dommage que nous ayons perdu notre match contre les Olympiques à domicile la semaine dernière, car nous avons une fiche de 4-1-1 à nos six derniers matches. »

S’il y a eu un avantage pour le « Roi Patrick » de revenir à Gatineau pour une période et des poussières lundi soir, c’est que la file était beaucoup moins longue qu’à l’habitude pour obtenir son autographe après le match.

« Ça faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé, mais j’ai signé plus d’autographes avant le match qu’il y avait de spectateurs ! »

+

UN MATCH, DEUX ÉQUIPES POUR LACOMBE

Il a commencé le match dans l’uniforme des Olympiques de Gatineau. Deux mois plus tard, il l’a complété dans l’uniforme des Remparts de Québec.

Pier-Olivier Lacombe a réalisé un rare exploit lundi soir au centre Robert-Guertin en jouant un match officiel de la LHJMQ pour deux équipes différentes. Avec les Olympiques, le 4 novembre dernier, il avait obtenu trois tirs au but et il avait été puni deux fois avant que le match soit arrêté en raison d’une panne de courant. Son équipe était en retard 2-1 après 38 minutes de jeu. Échangé aux Remparts de Québec au début du mois de janvier, il s’est présenté au « Vieux Bob » lundi en se dirigeant dans le vestiaire adverse. Cette fois, il devait protéger l’avance des Diables rouges dans les 22 dernières minutes de jeu. Ceux-ci ont à nouveau eu l’avantage 2-1, mais dans son cas, ça équivalait à un match nul de 3-3. Sentait-il qu’il avait gagné, perdu ou fait match nul après ce duel partagé entre deux clubs ?

Pier-Olivier Lacombe a réussi l’exploit de disputer un match complet pour deux équipes différentes de la LHJMQ. Le défenseur de 19 ans a commencé le match avec les Olympiques le 4 novembre dernier et il l’a complété avec les Remparts lundi soir.

« Dans ma tête, j’ai gagné, c’est sûr ! C’est vraiment bizarre de commencer un match avec une équipe et de le finir dans l’autre. C’est quelque chose d’assez différent, mais je suis déjà bien installé chez les Remparts. J’ai été bien accueilli. Les gars sont bien gentils avec moi. Ç’a été un choc d’être échangé. Je n’avais pas entendu de rumeurs, mais quand j’ai su que j’allais poursuivre ma carrière à Québec, j’étais bien content. »

Lundi soir, il a tiré deux fois sur Creed Jones, mais les Olympiques ont été en mesure de le menotter.

« J’ai joué trois matches avec les Remparts. Il y a juste contre les Olympiques que je n’ai pas compté. J’ai marqué des buts dans mes deux autres matches. J’ai le même rôle avec les Remparts que j’avais avec les Olympiques et j’évolue sur la première unité du jeu de puissance. »

Quand le match a repris avec 1:54 à faire à la deuxième période, il était d’ailleurs sur la glace pour l’attaque massive des Diables rouges.

« J’avais déjà repris un match contre l’Armada ici l’an dernier, alors je savais un peu à quoi m’attendre, mais 20 minutes, c’est court. Il n’y avait pas de momentum pour commencer notre avantage numérique. Tu sais que tu vas jouer 4-5 fois pendant 20 minutes, alors c’est intense. J’avais parlé aux gars des Olympiques avant le match. J’avais beaucoup d’amis à Gatineau, mais j’en ai tout autant à Québec maintenant et nous sortons d’ici avec les deux points. Ça fait mon bonheur ! »