Giordano Finoro (17) a marqué un but de toute beauté dans la partie supérieure du filet après avoir reçu une passe parfaite de Pier-Olivier Roy en troisième période.

Les recrues des Olympiques dictent le ton

Pour un troisième match de suite, Éric Landry a regardé le match à partir des gradins.

Pour un troisième match de suite, l’entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau a pu se coucher avec le sourire aux lèvres.

Non seulement sa jeune équipe est-elle demeurée invaincue mercredi, mais ce sont ses recrues qui ont dicté le ton à une victoire de 4-0 contre les Huskies de Rouyn-Noranda devant près de 1000 personnes au Complexe Branchaud-Brière par un beau soir d’été.

Devant le filet, Rémi Poirier a enregistré son premier blanchissage en repoussant 29 rondelles. La recrue de 17 ans n’a toujours pas cédé après 90 minutes en matches préparatoires. Il a maintenant bloqué 45 tirs consécutifs.

«Il a fait de l’excellent travail. Il est sorti du lot ce soir», a indiqué Landry, dont le fils, Manix, a également récolté son premier point à son premier match hors-concours en carrière dans la LHJMQ.

L’attaquant gatinois de 16 ans a préparé le deuxième but du match, celui de l’Ontarien Kieran Craig au début de la troisième période. C’était déjà le quatrième but en deux matches pour l’espoir de 17 ans d’Alexandria, dont la place avec l’équipe est pratiquement assurée. Ne reste plus qu’à l’équipe à l’annoncer.

Les vétérans William Basque, Giordano Finoro et Brandon Yeamans (à une seconde de la fin sur une échappée) ont été les autres marqueurs des Olympiques, qui ont mis les deux gardiens des Huskies à l’épreuve 28 fois. Prêté par les Foreurs de Val-d’Or, le défenseur de 18 ans Darick Louis-Jean, a récolté deux passes dans la victoire.

Premier choix des Olympiques au dernier repêchage de la LHJMQ, Pier-Olivier Roy a aussi fourni une passe en préparant habilement le but de Finoro.

«J’ai trouvé que nos jeunes avaient bien fait ce soir, a lancé Éric Landry. Ils se sont vraiment démarqués. Nos trois joueurs de 16 ans (Roy, Landry, William Paré) ont démontré beaucoup d’intensité. Ils ont fait de beaux jeux. On voit tout de suite que Roy est un véritable choix de première ronde. Il a fait des jeux intelligents. Il a fait une bonne prise d’information pour préparer le but de Finoro. Kieran Craig a continué de créer des chances. Il a beaucoup d’habiletés. Nos vétérans ont très bien encadré nos jeunes joueurs autant en attaque qu’en défense.»

La tenue des recrues gatinoises fait déborder la direction des Olympiques d’enthousiasme.

«Nous sommes très contents de voir ce que nous avons entre les mains. Les Huskies ont une bonne équipe. Ils avaient de bons jeunes et de bons vétérans ce soir. Ils étaient physiques et nous avons bien répondu», a ajouté Landry.

Des coupes
Les Olympiques ont procédé à deux coupes après le match en retranchant les attaquants Zachary Gravel (18 ans) et l’auteur du dernier but, Brandon Yeamans (20 ans).

Après la victoire à Drummondville, les Gatinois avaient aussi libéré l’attaquant Yannick Abel (17 ans) et les gardiens Alexis Giroux (16 ans) et Jean-Philippe Tourigny (18 ans). Jérémy Quesnel, grand ami de Kieran Craig à Alexandria, a quant à lui choisi de rentrer chez lui afin de garder son admissibilité au réseau américain de la NCAA.

Le Russe Iaroslav Likhachev n’a pas encore joué son premier match avec les Olympiques. Ceux-ci vont attendre après leur prochain match à Branchaud-Brière samedi avant de l’envoyer dans la mêlée. À ce moment, l’équipe sera presque complète.

Il reste 31 joueurs au camp des Olympiques.

+

Le Gatinois Mathieu Gagnon marque des points auprès de ses entraîneurs chez les Huskies de Rouyn-Noranda.

GAGNON EN POSITION ÉTRANGE

Capitaine à sa deuxième saison avec l’Intrépide de Gatineau l’année dernière, Mathieu Gagnon a éprouvé une sensation bizarre en enfilant un uniforme différent au Complexe Branchaud-Brière mercredi soir.

La recrue de 17 ans se bat pour un poste dans l’alignement des Huskies de Rouyn-Noranda et il pouvait compter sur l’appui de plusieurs parents et amis à son troisième match préparatoire contre les Olympiques à Gatineau.

Choix de cinquième ronde des Huskies en 2017, Gagnon n’a pas encore récolté de point malgré 11 tirs au but, mais ça n’empêche pas la direction de son équipe d’avoir une opinion favorable de lui.

«Nous aimons vraiment son jeu sur les 200 pieds de la patinoire. C’est un bon garçon. Intelligent avec la rondelle. Il fait les bons jeux. Il est haut sur notre liste. On le regarde de près», a indiqué son entraîneur-chef Mario Pouliot, qui a mené le Titan d’Acadie-Bathurst à la coupe Memorial la saison dernière avant de rentrer à Rouyn-Noranda pour remplacer Gilles Bouchard, devenu adjoint de Benoît Groulx à Syracuse dans la Ligue américaine.

Les Huskies ont 12 vétérans admissibles à un retour cette saison, mais ils ont un blessé à long terme là-dessus et ils aimeraient aussi injecter du sang neuf à leur alignement.

«Mathieu a des chances. Il connaît un bon camp. Il cadrerait bien dans notre système. C’est un centre droitier, capable de tuer des punitions. Nous n’avons que deux centres droitiers», a signalé Pouliot.

Mathieu Gagnon ne tiendra jamais rien pour acquis. Il ne l’a jamais fait dans sa jeune carrière et il assure être prêt à jouer le rôle qu’on voudra bien lui donner.

«Aujourd’hui, mon rôle est de jouer dans le troisième trio et d’écouler les punitions et je suis fier de le faire. Mon camp va bien. Je m’améliore chaque jour. Je n’utilisais pas assez ma vitesse au début. J’ai fait l’ajustement. Je jouerai toujours dans mon identité.»

Quant à sa préparation dans le vestiaire visiteur à Branchaud-Brière, Gagnon a avoué que ça avait une sensation particulière.

«C’est sûr que ça me rappelle de bons souvenirs de l’Intrépide que de revenir ici. Le chandail des Huskies est différent de celui de l’Intrépide, mais je suis à l’aise avec ça. Je n’étais pas nerveux pour le match de ce soir. J’étais surtout excité.»

Il semble sur la bonne piste, mais Gagnon devrait savoir d’ici lundi s’il va passer la saison en Abitibi. L’année dernière, il avait été rappelé à quelques occasions, marquant un but en huit matches.