Jacques Laperrière
Jacques Laperrière

Les premières vedettes à patiner à Hull

Bien avant Luc Robitaille, Guy Rouleau, Jeremy Roenick ou encore Claude Giroux, plusieurs autres vedettes qui ont électrisé les amateurs de hockey junior au centre Robert-Guertin.

Dès son ouverture en 1957, l’aréna de Hull a accueilli le principal club-école du Canadien de Montréal. En l’absence d’une véritable ligue junior au Québec à cette époque, les Canadiens d’Ottawa-Hull rassemblaient les meilleurs joueurs de la province.

Pour Scotty Bowman, il ne fait nul doute que Ralph Backstrom a été le premier joueur étoile du club. À l’aréna de Hull, tous les yeux étaient rivés sur lui.

À LIRE AUSSI : Scotty Bowman, pionnier du hockey junior... à Hull

Des noms et des adresses

« Il était le capitaine de notre équipe l’année où nous avons gagné la coupe Memorial en 1958. En 1959, il a fait le saut directement à la LNH. Il a gagné le trophée Calder décerné à la recrue de l’année. Il a gagné la coupe Stanley à ses deux premières années. Il a gagné quatre autres coupes avec le Canadien et disputé plus de 1000 matches dans la LNH. À mon sens, il était le meilleur hockeyeur junior au Canada en 1957-58. À Montréal, il n’a jamais pu se rendre justice par contre. Il était coincé derrière Jean Béliveau et Henri Richard au centre. Il était le meilleur troisième centre de la ligue », pense Bowman.


« Nous avions plusieurs joueurs qui sont devenus des éléments essentiels du Canadien à Montréal par la suite. »
Claude Richard

Backstrom était originaire de Kirkland Lake en Ontario, mais à l’époque des Canadiens d’Ottawa-Hull, la majorité des joueurs provenaient du Québec et Bowman pouvait compter sur la crème de la crème.

« Nous avions une sorte d’équipe d’étoiles en l’absence d’une ligue junior au Québec. Comme représentants du Québec, nous étions qualifiés d’office pour la première phase du tournoi de la coupe Memorial. Nous affrontions aussi des équipes seniors. Nous avions même affronté les Sélects de Moscou à Ottawa. Nous n’avions pas de joueurs locaux, mais tous nos joueurs du Québec étaient logés à Hull. Ils aimaient ça. Les joueurs avaient l’habitude d’aller dîner dans un restaurant à hamburger sur la rue Eddy. »

Parmi ces hockeyeurs québécois, plusieurs ont accédé au grand club dont Bobby Rousseau, Jacques Laperrière, Gilles Tremblay, Claude Ruel et Jean-Claude Tremblay.

Le plus jeune frère de Maurice et Henri Richard, Claude, s’alignait aussi avec les Canadiens d’Ottawa-Hull.

« Jacques Laperrière a épousé une fille de Hull. C’était une patineuse artistique. Je m’en souviens. Il l’avait rencontré à l’aréna de Hull. Nous avions plusieurs joueurs qui sont devenus des éléments essentiels du Canadien à Montréal par la suite. Ils ont tous gagné quelques coupes Stanley », a raconté ce fils d’immigrant écossais, né à Verdun et qui gagnait 4200 $ à sa première année avec le Canadien d’Ottawa en 1956-57.