Le capitaine des Olympiques, Taylor Burke.

Les Olympiques vident leurs casiers

C'était la journée des adieux au centre Robert-Guertin hier.
La majorité des joueurs ont défilé dans le bureau de l'entraîneur Benoît Groulx avant de s'éparpiller aux quatre coins du Québec et des Maritimes. Les deux joueurs les plus attendus avaient toutefois quitté la veille pour poursuivre leurs saisons dans la Ligue américaine. Émile Poirier s'est envolé vers l'Ouest américain pour rallier les rangs du Heat d'Abbotsford à San Antonio alors que Vincent Dunn était en chemin vers Binghamton où il pourrait faire ses débuts professionnels dès ce soir.
Accolades et poignées de mains étaient à l'honneur près du vestiaire des Olympiques. Certains, comme Derek Sheppard et Adam Stevens, ont fait des adieux définitifs. Les deux attaquants de 19 ans ne seront pas de retour avec l'équipe et ça pourrait aussi être le cas de Deverick Ottereyes. D'autres, comme Jean-Simon Deslauriers, Élie Bérubé, Marc-Olivier Crevier-Morin et Mickaël Beauregard avaient déjà hâte de se retrouver à l'ouverture du camp d'entraînement au début du mois d'août.
«Je ne reviendrai pas, a indiqué Derek Sheppard. Il n'y a pas de poste de joueurs de 20 ans dans l'organisation pour moi la saison prochaine, mais je comprends la situation. J'aimerais peut-être jouer ailleurs dans la ligue ou passer à la Ligue de l'Ontario. Je pourrais me diriger vers l'école. Je garde mes options ouvertes», a ajouté l'homme fort des Olympiques.
Adam Stevens a pour sa part indiqué qu'il préférait fréquenter l'université la saison prochaine.
Avenir incertain pour Burke
Le capitaine Taylor Burke était encore ému à l'idée de rentrer à Halifax. Gatineau l'accueillerait à bras ouverts la saison prochaine, mais le premier choix de l'équipe en 2010 ne savait pas s'il disputerait une cinquième saison junior.
«J'aimerais bien que ça fonctionne pour moi au niveau supérieur. Les salaires des joueurs de 20 ans de la LHJMQ sont appelés à descendre en flèche la saison prochaine. Tu passes ta carrière à avoir hâte de faire un peu d'argent, mais je ne baserai pas ma décision là-dessus. Je ferai ce qui est mieux pour ma carrière de joueur. S'il faut que je revienne ici à 20 ans, je vais le faire dans le but de connaître une saison dominante afin d'obtenir un contrat professionnel.»
Depuis un an, quelques joueurs de 20 ans de la LHJMQ ont profité d'une grosse saison pour enfin se faire remarquer par des équipes de la LNH. Stefan Fournier, Jack Nevins, Ben Duffy et Zach O'Brien ont signé des contrats d'agent libre à 20 ans récemment.
Quant à Simon Tardif-Richard, sa chevelure blonde avait déjà retrouvé sa couleur naturelle hier parce qu'il se prépare à visiter les universités McGill et Concordia prochainement.
Brodeur, numéro un
De son côté, Anthony Brodeur espérait profiter du départ de Robert Steeves pour s'emparer du poste de gardien numéro un comme Benoît Groulx l'avait avancé en conférence de presse au début de la saison.
«Les plans n'ont pas changé. Pour le moment, Brodeur est notre numéro un. Il a l'étoffe pour le devenir. Ses coéquipiers pensent la même chose. Il devra toutefois connaître un bon été à l'entraînement», a avancé Benoît Groulx.
Brodeur se croit prêt à relever le défi. «Je vais m'entraîner fort tout l'été pour devenir le numéro un. J'ai aimé mon expérience cette année. J'ai connu des difficultés à mes débuts, mais j'ai bien terminé l'année. Je ne regrette pas mon choix de venir jouer au hockey junior canadien. J'espère que ça va rapporter des dividendes l'an prochain.»
jfplante@ledroit.com