Giordano Finoro (un but) et David Aebischer (une passe) doivent une fière chandelle à leur gardien Rémi Poirier qui a bloqué 47 des 49 lancers dirigés vers lui.

Les Olympiques sont toujours en vie! [VIDÉO]

Personne n’avait prévu ce scénario sauf les joueurs des Olympiques.

Toujours privés de trois de leurs quatre meilleurs défenseurs face à la meilleure attaque de la LHJMQ, les équipiers d’Éric Landry ont refusé de mourir devant leurs partisans au centre Robert-Guertin mercredi soir. Ils n’étaient pas nombreux, mais ils ont été aussi bruyants qu’une foule de 3000 spectateurs quand Giordano Finoro a assuré une victoire de 4-2 aux Olympiques sur les Voltigeurs de Drummondville en comptant dans un filet désert.

Le Gatinois Charles-Antoine Roy s’est occupé de l’attaque en comptant le but égalisateur sur un avantage numérique en fin de deuxième période et il a ajouté le but de la victoire dès la 14e seconde de jeu en troisième période. Derrière lui et toute l’équipe, le gardien Rémi Poirier a été magistral en repoussant 47 des 49 tirs des Voltigeurs.

Pour la troisième fois en cinq matches cette saison, les Gatinois ont pris la mesure des Voltigeurs au « Vieux Bob ». Ils ont évité l’affront d’un balayage tout en forçant la tenue d’un cinquième duel à Drummondville vendredi soir.

Pas question de se faire éliminer à la maison, a dit Charles-Antoine Roy.

« Les chances n’étaient pas de notre côté, mais on y croyait. Oui, nous avions six défenseurs recrues, mais nous nous sommes tenus en équipe. D’autres se sont levés et c’est ce qui a fait que nous avons gagné. »

L’auteur du but gagnant a aussi tenu à rendre un vibrant hommage à son gardien recrue.

« Le match a été haut en émotions. Rémi a fait les gros arrêts et c’est à cause de lui que nous avons gagné. Oui, j’ai marqué deux buts, mais le crédit doit revenir à Rémi. Il faudra améliorer notre jeu en zone défensive parce que Rémi ne peut pas tout faire. En troisième période, nous avons été embouteillés dans notre territoire, mais nous avons bloqué des tirs et nous n’avons pas donné grand-chose. »

Comme dans tous les matches de la série, les Voltigeurs avaient pris les devants en première période sur un but en avantage numérique de Nicolas Beaudin, mais les Olympiques ont répliqué sur leur propre attaque massive grâce à un coup de chance où le défenseur Michal Ivan a lancé directement dans son propre filet. Un peu confus, le gardien Anthony Morrone ne pouvait rien y faire. Le but a été crédité à Mathieu Bizier.

Les visiteurs ont ensuite repris les devants sur un but de Brandon Skubel qui aurait pu avoir l’effet d’un coup de masse avec 10 secondes à faire à la première période. Les locaux n’ont cependant pas lâché et Charles-Antoine Roy a marqué le premier de ses deux buts. Quelques minutes plus tôt, il avait raté un filet complètement ouvert.

« J’en devais une »

« Je me sentais mal. Je suis retourné au banc et j’ai dit aux gars que je leur en devais une. J’étais donc bien content quand je l’ai mis dedans. Mon deuxième était encore plus important. Je ne pense pas avoir déjà inscrit des buts aussi importants dans ma carrière ! »

Le reste de la troisième période a été l’affaire de Rémi Poirier, qui a bondi de joie devant son filet quand Finoro a confirmé la victoire.

« Je sautais partout ! J’ai éprouvé un sentiment indescriptible. J’avais accordé un mauvais but en début de match. Je voulais me reprendre, mais c’est vraiment difficile de jouer contre les Voltigeurs. Quand il restait 10 minutes, je commençais à avoir hâte que ça se termine. Il me restait du jus, mais je commençais à être moins fluide dans mes mouvements à la fin. »

Poirier a aussi parlé des deux victoires surprises des Cataractes de Shawinigan contre les Huskies de Rouyn-Noranda après le match.

« Shawinigan a battu la meilleure équipe de la ligue deux fois. Nous voulons faire pareil en gagnant le prochain match. »

De son côté, l’entraîneur-chef Éric Landry a tenu à louer le travail de ses joueurs.

« Ils méritent ce résultat. Ils se sont donnés corps et âme pour l’avoir et ils l’ont eu. Ça prend un match comme ça pour montrer aux joueurs ce qu’il faut faire comme sacrifices pour gagner en séries. Il nous manquait de bonnes ressources, mais ils ont montré du caractère en voulant prolonger leur saison. »